Un rayon de soleil

Mon appréhension injustifiée a laissé place à la tristesse de se quitter déjà. Enfin, j’ai rejoint cette relation « virtuelle » non sans quelques craintes, toutefois totalement envolées et infondées lors de nos premiers échanges.

Rien ne nous prédestinait vraiment à nous rencontrer physiquement. Notre lien derrière nos écrans aurait pu se conjuguer encore de nombreuses années. Maintenant, tout semble différent… Parfois, le web, ce monde virtuel sans véritables fondements de valeurs qui se nourrit peu à peu de vanité et de superficialité, offre toutefois un splendide arc-en-ciel relationnel. Une bulle d’oxygène !

Auparavant, en pensant à elle, je ressentais uniquement une forte sympathie à son égard, pourtant, à présent je l’évoque en qualité d’amie proche, terme pourtant employé avec beaucoup de restrictions me concernant de par mon coté sélectif (à mes yeux, la qualité des liens prime sur la quantité). En effet, l’amitié ne s’accorde pas avec une logique tangible, difficile de comprendre pourquoi nous construisons de réelles affinités avec telle ou telle personne ?

Avec elle, je ne peux toujours pas répondre à cette question fondamentale. Depuis elle, je n’évoque plus ces interrogations élémentaires. Simplement, je sais et le ressens.

Quelques modestes jours ont suffi pour que notre complicité soit réciproque, qu’une confiance évidente s’installe entre nous, permettant de partager des sujets parfois intimes, sans jugements et avec beaucoup de rires communiés.  Une étrange sensation de se connaître depuis toujours, de ne pas être seulement une étrangère l’une pour l’autre. Une totale fluidité dans le cours naturel de la vie.

À présent, je l’associe à certains moments de bonheur, je me rappelle avec un sourire aux lèvres certaines expressions de langage, je pense aussi à des moments du quotidien banalement normaux ayant cependant provoqué un débat dans une belle hilarité. Ces rares journées auprès d’elle ont chassé les nuages qui parfois assombrissaient mes pensées.

Spontanément, elle m’a ouvert les portes de sa charmante maison, sa famille (redoutablement formidable) m’a accueillie sans aucune retenue. Tous ont donné une saveur délicieuse au temps partagé, de simples moments insignifiants sont devenus de beaux instants.

Le futur de notre relation reste encore indéfini, mais promet certainement de précieux moments. Comme une évidence, lorsqu’une lumière éclaire vos pas, il n’est plus nécessaire d’avancer à tâtons vers le lendemain.

La seule amitié qui vaille est celle qui naît sans raison. »

Arthur Van Schendel

Comments are closed.