Posts Tagged ‘vie’

Avec ou sans Bac ?

L’approche imminente du baccalauréat me rappelle avec effroi les souvenirs douloureux de ma jeunesse liés à cette période particulièrement éprouvante. Combien de maudites journées ai-je passées à me morfondre seule enfermée dans ma chambre, en espérant décrocher ce précieux sésame, ce diplôme me permettant d’ouvrir les portes de mon avenir afin d’appréhender sereinement ma vie future d’adulte ?

Je me souviens encore de ces multiples soirées à réviser des fiches récapitulatives de cours, je me revois telle une actrice débutante, devant mon miroir, figeant un timide sourire, une expression corporelle dans l’unique but de me donner une prestance, une contenance pour les oraux. De plus, je n’oublie toujours pas l’éternelle menace de mon père qui m’affirmait d’un ton ferme et autoritaire « Tu décroches le bac et tu continues tes études, sinon t’as seulement six mois pour te créer une nouvelle vie avant que je ne te mette dehors » ! Bref, à mon époque, le bac représentait une lourde épée de Damoclès au-dessus de nos jeunes têtes. Plusieurs semaines avant les épreuves obligatoires, mes boyaux se tordaient déjà d’une angoisse incommensurable. Mais ça, ce périple psychologique, c’était avant !

(suite…)

Départ pour un nouvel envol

Tous les ans, la tradition incontournable des bonnes résolutions revient inlassablement chaque 1er janvier. Parfois, le réveillon festif de la veille (accompagné d’un peu trop de bulles de champagne) égaye encore plus d’un fol optimisme la réalité enjolivée de notre esprit quelque peu embué.

En vieillissant dans la joie et la bonne humeur, malgré une certaine maturité évidente (ce que les jeunes appellent, avec dédain, les rides), l’inventaire de toutes nos espérances inassouvies augmente, nos projets personnels deviennent alors totalement fantasmagoriques… Cependant, la croyance dans la concrétisation de ces souhaits reste souvent une expérience éphémère le temps des cris joyeux de la « Bonne Année ».

À présent, je préfère, grâce à une forme de sagesse, ne pas me risquer à céder à la tentation d’une énième liste de bonnes résolutions, puisque je ne m’en rappelle nullement la semaine suivante et même en notant rigoureusement l’ensemble de mes motivations, je sais oh combien mon manque de conviction ne me permettra jamais d’atteindre la quête de perfection que je m’affligeais régulièrement auparavant. Ah la lucidité !

Pourtant, cette année, la lassitude de l’habitude quant à des promesses rapidement oubliées ne m’a pas gagnée. En effet, je suis habitée d’une heureuse dynamique, d’une féroce envie de bonheur, pour entamer ces douze prochains mois.

En toute honnêteté, l’année 2017 a vraiment été ponctuée d’embuches tant son chemin fut caillouteux, douloureux et sinueux. Ainsi, le meilleur de cette fichue période ne peut être que le pire de 2018.

Parfois, il suffit de réapprendre à gravir l’escalier de la vie !

S’aimer, en restant soi-même, demeure certainement la plus belle des résolutions.

D’ailleurs, j’en profite pour vous souhaiter, au nom du duo Le Caillou Rose, une formidable et merveilleuse année 2018.

Toute ma vie, j’ai été à la quête du bonheur. »

France Gall

Octobre Rose 2017

Voilà, encore une année qui s’écoule doucement puisque nous sommes déjà au mois d’octobre.

Ce désormais célèbre mois d’Octobre rose,  le mois où l’on parle le plus du cancer du sein, le mois où je dois faire obligatoirement ma mammographie de contrôle, le mois où cette angoisse stressante me vrille le corps et le souvenir de « Petit crabe » enserre douloureusement mon cœur, le mois durant lequel je passe mon doigt sur les cicatrices de mon sein conservé…

Et cette année 2017 honore aussi les 25 ans du célèbre ruban rose, symbole emblématique et internationale de la lutte pour la sensibilisation au cancer du sein.

(suite…)

Enfin l’été

Avec les premières chaleurs qui parcourent le ciel, c’est définitivement un réel bonheur de pouvoir enfin profiter de journées illuminées, en ayant l’impression que l’été est devenu un hôte permanent dans notre quotidien. Ainsi, s’envelopper de la douceur du soleil qui réchauffe les corps et les âmes, reléguant dans un morne passé les frimas de l’hiver et les tourments de l’automne.

Automatiquement, cette nouvelle saison me procure une sensation de bien-être, m’entrouvre les portes d’une quiétude éternelle pour ces prochains mois… Je renais et me délecte de me laisser vivre en ayant le sentiment de me trouver en vacances, malgré les tumultes de la routine. Juste en scrutant l’horizon, je découvre avec émerveillement la magie des dégradés de couleurs, l’intensité fabuleuse de la lumière. Un coucher de soleil n’est-il pas un instant unique d’une beauté remarquable ?

(suite…)

1 2 3 14