Posts Tagged ‘spectacle’

La Momie

la-momie-affiche-984232

« Bien qu’elle ait été consciencieusement enterrée dans un tombeau au fin fond d’un insondable désert, une princesse de l’ancienne Égypte, dont le destin lui a été injustement ravi, revient à la vie et va déverser sur notre monde des siècles de rancœurs accumulées et de terreur dépassant l’entendement humain. Des sables du Moyen-Orient aux pavés de Londres en passant par les ténébreux labyrinthes d’antiques tombeaux dérobés, La Momie nous transporte dans un monde à la fois terrifiant et merveilleux, peuplé de monstres et de divinités, dépoussiérant au passage un mythe vieux comme le monde. »

Après deux précédents opus (dont l’original date de 1932), ce blockbuster, nouvelle version 2017 de «  La Momie »,  est réalisé par Alex Kurtzman.

Même si l’horreur laisse parfois la place à de l’humour en mode autodérision, le film demeure intéressant grâce aux différentes scènes d’action spectaculaires ainsi qu’aux cascades et effets spéciaux incroyables qui s’enchaînent avec une vive efficacité… Pas le temps de s’ennuyer tant le rythme est effréné.

Au milieu de ces divers monstres, encore énergique et bondissant de tous les côtés, Tom Cruise, toujours aussi beau (merci le botox !) et indestructible, crève l’écran ainsi que la divine Annabelle Wallis. Diaboliquement séductrice, Sofia Boutella reste effrayante comme « Momie ». De plus, l’interprétation de Russel Crowe (qui sera le héros du prochain long-métrage du Dark Universe d’Universal), dans le rôle du Docteur Jekyll, est excellente.

Voici un premier volet divertissant, une belle introduction pour la suite, qui concentre une bonne dose d’adrénaline.

Le prodige et le monstre ont les mêmes racines. »

Victor Hugo

Tous en scène

031796

« Buster Moon est un élégant koala qui dirige un grand théâtre, jadis illustre, mais aujourd’hui tombé en désuétude. Buster est un éternel optimiste, un peu bougon, qui aime son précieux théâtre au-delà de tout et serait prêt à tout pour le sauver. C’est alors qu’il trouve une chance en or pour redorer son blason tout en évitant la destruction de ses rêves et de toutes ses ambitions: une compétition mondiale de chant. Cinq candidats sont retenus pour ce défi: Une souris aussi séduisante que malhonnête, un jeune éléphant timide dévoré par le trac, une truie mère de famille débordée par ses 25 marcassins, un jeune gorille délinquant qui ne cherche qu’à échapper à sa famille, et une porc épic punk qui peine à se débarrasser de son petit ami à l’égo surdimensionné pour faire une carrière solo. Tout ce petit monde va venir chercher sur la scène de Buster l’opportunité qui pourra changer leur vie à jamais. »

Ce magnifique film d’animation, des studios franco-américains Illumination, est un réel bijou de bonheur totalement dynamisant. Chacun des divers personnages, tous terriblement attachants tant on reste admiratif de la passion qui les anime intensément, apporte une touche magique de poésie, développant une sincère douceur des sentiments dans cette façon de vivre ensemble.

Entre réelle tendresse, humour, gags enchanteurs et espièglerie, le rythme ne faiblit jamais, délicieusement porté par une musique diablement entrainante. En effet, il se révèle tout bonnement impossible de résister à pousser la chansonnette face aux multiples tubes irrésistibles qui s’enchainent avec les différents protagonistes.

Grâce à un scénario particulièrement inventif, le spectateur « plus adulte » se surprend à analyser les divers profils psychologiques et autres réactions générées par la compétition entre les candidats, devant alors subitement faire face à l’adversité, la jalousie et le dédain pour puiser au fond de soi la force nécessaire à l’obtention d’une prochaine reconnaissance. Les enfants charmés se régaleront, quant à eux, à détester les méchants tout en défendant vigoureusement le candidat digne représentant de leur espoir de réussite.

Qu’importe l’âge, voici un grand show véritablement appréciable !

Chaque grand artiste a sa vérité. »

Pierre Rosenberg

La Grande Muraille

LGM

« Entre le courage et l’effroi, l’humanité et la monstruosité, il existe une frontière qui ne doit en aucun cas céder. William Garin, un mercenaire emprisonné dans les geôles de la Grande Muraille de Chine, découvre la fonction secrète de la plus colossale des merveilles du monde. L’édifice tremble sous les attaques incessantes de créatures monstrueuses, dont l’acharnement n’a d’égal que leur soif d’anéantir l’espèce humaine dans sa totalité. Il rejoint alors ses geôliers, une faction d’élite de l’armée chinoise, dans un ultime affrontement pour la survie de l’humanité. C’est en combattant cette force incommensurable qu’il trouvera sa véritable vocation : l’héroïsme. »

Ce blockbuster chinois américanisé est réalisé par le maître du cinéma Zhang Yimou. Particulièrement spectaculaire, ce film, doté d’une magnifique mise en scène, offre des scènes de combat épiques, des images aux décors somptueux notamment de la magnifique Grande Muraille de Chine au travers de son histoire cachée.

En effet, l’ensemble demeure visuellement très beau, grâce à des effets numériques sublimes, aussi ces décors incroyables permettent un dépaysement total. Le mélange des couleurs des uniformes de l’armée chinoise est tout bonnement incroyable et les multiples cascades restent saisissantes. Grandiose !

Sur un rythme endiablé, sans fioritures inutiles, et même si le scénario peine à se révéler efficace, le charme indéniable de Matt Damon opère toujours. Comme à son habitude, n’en déplaise à la critique qui l’a fustigé, il sublime ce long-métrage par sa simple présence ainsi que sa partenaire, la comédienne chinoise, Jing Tian.

Du grand spectacle à voir essentiellement au cinéma !

Ce n’est pas la distance qui mesure l’éloignement. »

Saint-Exupéry

Star Wars VII : Le Réveil de la Force

052074

« Dans une galaxie lointaine, très lointaine, un nouvel épisode de la saga « Star Wars », 30 ans après les événements du « Retour du Jedi ». »

Petite fille ( tout en me déguisant en Princesse Leia), j’étais une inconditionnelle de la trilogie « Star Wars », mon grand frère ayant l’obsession de passer en boucle ces films sur le vieux magnétoscope familial. Ensuite, la maturité me poussant vers d’autres galaxies, j’ai légèrement décroché, mais là impossible de ne pas courir pour découvrir l’évènement cinématographique de cette fin d’année. L’appel de ces retrouvailles a été immédiat et il m’a vraiment fallu beaucoup de force et de patience pour réussir à décrocher des places dans une salle obscure. L’attente et l’excitation en valaient-elles la peine ?

Ce septième épisode de « Star Wars » se situe trente-deux ans après « Le retour du Jedi » et représente aussi le premier opus d’une nouvelle trilogie. Place à J.J. Abrams afin de réaliser ce grandiose blockbuster et tenter alors de rivaliser avec le fantastique, voir génialissime, George Lucas. Ce difficile pari est largement gagné !

Concernant la magie du décor, les effets spéciaux sublimes, l’humour ravageur ou la créativité des costumes, le fan étoilé sera amplement contenté. La bande-son émerveille définitivement ce réel spectacle visuel. En effet, il est un véritable plaisir de retrouver des musiques mythiques, un générique porteur d’une intense nostalgie. Que du bonheur !

Le casting n’est pas en reste puisque Daisy Ridley et John Boyega  incarnent avec conviction les héros courageux de ce nouvel opus. Les légendaires Luke Skywalker et Princesse Leia peuvent être fiers de ces dignes successeurs.

Définitivement, mon cœur, même défait de sa naïveté et de ses premiers émois d’adolescente, palpite toujours pour le charme ravageur d’Harrison Ford ! Un plaisir unique de le retrouver en compagnie de Carrie Fisher.

Impossible de manquer l’immersion dans cette galaxie lointaine ! Dés en sortant, une seule envie : y retourner afin d’en profiter encore tout en analysant, avec délice, les détails parfois insignifiants et pourtant tellement captivants.

Une réelle réussite spectaculaire, émouvante, familiale et totalement ancrée dans la modernité.

L’impatience dévorante sera difficilement maitrisable tant la suite est vivement désirée.

 Que la Force soit avec toi. »

Maître Yoda

1 2