Posts Tagged ‘saga’

Moi, Moche et Méchant 3

527507_jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

« Alors que Gru, totalement déprimé par sa mise à pied, tente de trouver une nouvelle voie, un mystérieux individu se présente pour l’informer du décès de son père. Dans la foulée, il lui annonce l’existence d’un frère jumeau prénommé Dru qui a exprimé le désir d’une rencontre. Ébranlé par la nouvelle, Gru interroge sa mère qui avoue son secret: après avoir donné naissance à des jumeaux, elle a divorcé en faisant la promesse à son ex-mari de disparaître totalement de sa vie en échange d’un des enfants. Tout en précisant, en substance, qu’elle n’a pas eu son mot à dire et que Gru n’est somme toute qu’un second choix. Si Gru, tout d’abord enthousiasmé à l’idée d’avoir un frère, se rend avec Lucy et les filles dans son île natale, Freedonia, pour rencontrer son jumeau, il déchante vite quand il découvre que Dru est nettement supérieur à lui, et ce en tout point. Là où Gru est un misanthrope aussi dépourvu d’emploi que de cheveux, Dru arbore une masse capillaire impressionnante, un charisme naturel et une fortune colossale héritée de son père et de son élevage de cochons. Gru est rapidement miné par un sentiment d’infériorité, quand Dru lui révèle sa faille: leur père n’a jamais vu en lui l’étoffe d’un méchant, et de ce fait ne l’a pas formé dans cette direction qui est pourtant la marque de fabrique de la famille. Avec son aide, ils pourraient à eux deux perpétuer la tradition familiale… »

Voici le troisième volet des aventures de Gru dans lequel nous retrouvons avec plaisir les adorables Minions aux multiples facéties agrémentées de leur incroyable vocabulaire (vraiment trop mimi). Malgré les importants succès commerciaux des précédents opus, le spectateur pourrait largement se lasser de cette saga lucrative sans fin, pourtant le pari est encore une fois réussi.

Certes, de légères longueurs apparaissent puisque le scénario ne révèle que peu de surprises, toutefois cette suite reste véritablement appréciable. En effet sur un rythme délirant, l’humour omniprésent et les gags à foison divertissent avec une énergie éclatante cette ambiance années 80 rythmée par une B.O. phénoménale.

Un excellent moment d’animation en compagnie de tous nos personnages préférés (tout en découvrant de nouveaux protagonistes) qui pétille délicieusement l’été.

Bref, un plaisir distrayant et savoureux pour les petits et plus grands.

Certainement, un numéro 4 en préparation… À suivre !

Pourquoi les moustiques ne pourraient pas se nourrir de graisse plutôt que de sang ? »

Un Minion

Rogue One : A Star Wars Story

rogueone_onesheeta_1000_309ed8f6

« Situé entre les épisodes III et IV de la saga Star Wars, le film nous entraîne aux côtés d’individus ordinaires qui, pour rester fidèles à leurs valeurs, vont tenter l’impossible au péril de leur vie. Ils n’avaient pas prévu de devenir des héros, mais dans une époque de plus en plus sombre, ils vont devoir dérober les plans de l’Étoile de la Mort, l’arme de destruction ultime de l’Empire. »

Tellement attendu, voici le premier spin off, de la saga “Star Wars”, une superproduction toujours aussi spectaculaire… Effectivement, « Rogue One » ne fait pas exception à la règle et symbolise parfaitement un excellent blockbuster !

Ce film fantastique d’aventure est réalisé brillamment par Gareth Edwards, qui reste fidèle à l’univers créé par George Lucas, tout en modernisant une version complexe plus sombre et mature,  grâce notamment à l’introduction de nouveaux héros tellement éloignés de l’histoire de la famille Skywalker.

En effet, tous les ingrédients sont réunis dans ce film de guerre : entre scènes de combat incroyables et batailles spatiales rythmées par des effets spéciaux fabuleux, des touches d’humour (cependant plus noir) avec un robot craquant et quelques apparitions du mythique Dark Vador, on assiste ensuite à un affrontement final grandiose.

De plus, les personnages semblent terriblement réalistes, ancrés dans une normalité qui fissure légèrement le côté merveilleux des précédents épisodes. Au sein d’un casting implacable, l’actrice Felicity Jones incarne à merveille, avec tout le charme qui la caractérise, la rebelle garçonne terriblement sérieuse. Et évidemment, j’ai littéralement savouré de retrouver la présence de mon « acteur chouchou » Forest Whitaker en extrémiste.

Bref, une guerre des étoiles toujours épique dont ce nouvel opus contentera habilement les fans ultimes de la célèbre saga tout en séduisant les novices qui découvrent peu à peu ce monde obscur.

Rendez-vous en 2018 pour le second film dérivé, consacré à Han Solo… Que la Force soit avec vous !

L’histoire est un perpétuel recommencement. »

Thucydide

Hunger Games : La Révolte, partie 2

Hunger

« Alors que Panem est ravagé par une guerre désormais totale, Katniss et le Président Snow vont s’affronter pour la dernière fois. Katniss et ses plus proches amis – Gale, Finnick, et Peeta – sont envoyés en mission pour le District 13 : ils vont risquer leur vie pour tenter d’assassiner le Président Snow, qui s’est juré de détruire Katniss. Les pièges mortels, les ennemis et les choix déchirants qui attendent Katniss seront des épreuves bien pires que tout ce qu’elle a déjà pu affronter dans l’arène… »

Après quatre ans d’attente tout de même, voici enfin, le dernier épisode tant désiré et espéré par les nombreux fans pour ainsi clôturer cette saga fantastique

L’action se déroule véritablement dans cet opus et correspond alors à une incontestable suite des évènements du film partie 1. Les rebelles prennent enfin les armes et la guerre est désormais totale. Des moments bien sombres en perspectives… Indéniablement, ce blockbuster spectaculaire comporte de multiples moments d’action hyper impressionnants.

Cependant, malgré une intrigue prenante, le rythme, écrasé par de nombreuses longueurs, frôle parfois la lenteur de l’ennui. Heureusement, le casting reste toujours aussi épatant. Les interprétations laissent entrevoir une intensité émotionnelle plus poignante notamment pour Jennifer Lawrence qui se révèle encore plus charismatique et combattante dans son rôle d’héroïne touchante. Quant à Julianne Moore, elle tout bonnement excellente. Comme toujours, je reste en adoration totale devant le cynique Donald Shutterland qui magnifie à la perfection l’atmosphère angoissante. Sans oublier, une petite pensée pour le regretté Philip Seymour Hoffman décédé pendant le tournage.

Cette adaptation reste fidèle et respectueuse du livre de Suzanne Collins, offrant alors un dénouement surprenant ! Les passionnés se réjouiront de cette fin épique, même si l’on peut déplorer qu’elle ne soit pas aussi grandiose que celle attendue. Il manquait certainement une touche d’artifice afin de faire exploser dignement le final et célébrer avec brio ce dénouement.

Toutefois, la magnifique saga Hunger Games nous manque déjà.

L’heure de la fin des découvertes ne sonne jamais. »

Colette 

Le Hobbit : la Bataille des Cinq Armées

hobbit

« Atteignant enfin la Montagne Solitaire, Thorin et les Nains, aidés par Bilbon le Hobbit, ont réussi à récupérer leur royaume et leur trésor. Mais ils ont également réveillé le dragon Smaug qui déchaîne désormais sa colère sur les habitants de Lac-ville. À présent, les Nains, les Elfes, les Humains mais aussi les Wrags et les Orques menés par le Nécromancien, convoitent les richesses de la Montagne Solitaire. La bataille des cinq armées est imminente et Bilbon est le seul à pouvoir unir ses amis contre les puissances obscures de Sauron. »

Suite et fin, avec ce troisième et dernier volet, de la trilogie dédiée à Bilbo et la saga sur la Terre du Milieu.

Avec cet ultime film, Peter Jackson offre un épilogue grandiose déployant des scènes de batailles titanesques assez sensationnelles. Les Orques, les Elfes et les Nains combattent dans une lutte incroyable et comme toujours les effets spéciaux sont renversants.

Le spectacle en 3D donne une magie supplémentaire et transporte encore plus précisément le spectateur.

De plus, j’ai découvert à cette occasion l’existence du fauteuil DBOX (siège dynamique). Complètement dans l’action, mon siège vibrait, bougeait, se penchait au gré des mouvements scéniques. Un truc de dingue ! Hélas, toutes les salles de cinéma ne sont pas encore équipées de ces fauteuils et le prix pour se trémousser reste relativement élevé (6 euros en plus et 2 euros pour le supplément 3D).

Même sans cet atout « fessier », le film excelle dans son rôle de divertissement et offre des moments épiques, permettant ainsi de clôturer définitivement la trilogie.

Un moment d’apothéose !

Et le combat cessa faute de combattants. »

Pierre Corneille