Posts Tagged ‘rêve’

Tous en scène

031796

« Buster Moon est un élégant koala qui dirige un grand théâtre, jadis illustre, mais aujourd’hui tombé en désuétude. Buster est un éternel optimiste, un peu bougon, qui aime son précieux théâtre au-delà de tout et serait prêt à tout pour le sauver. C’est alors qu’il trouve une chance en or pour redorer son blason tout en évitant la destruction de ses rêves et de toutes ses ambitions: une compétition mondiale de chant. Cinq candidats sont retenus pour ce défi: Une souris aussi séduisante que malhonnête, un jeune éléphant timide dévoré par le trac, une truie mère de famille débordée par ses 25 marcassins, un jeune gorille délinquant qui ne cherche qu’à échapper à sa famille, et une porc épic punk qui peine à se débarrasser de son petit ami à l’égo surdimensionné pour faire une carrière solo. Tout ce petit monde va venir chercher sur la scène de Buster l’opportunité qui pourra changer leur vie à jamais. »

Ce magnifique film d’animation, des studios franco-américains Illumination, est un réel bijou de bonheur totalement dynamisant. Chacun des divers personnages, tous terriblement attachants tant on reste admiratif de la passion qui les anime intensément, apporte une touche magique de poésie, développant une sincère douceur des sentiments dans cette façon de vivre ensemble.

Entre réelle tendresse, humour, gags enchanteurs et espièglerie, le rythme ne faiblit jamais, délicieusement porté par une musique diablement entrainante. En effet, il se révèle tout bonnement impossible de résister à pousser la chansonnette face aux multiples tubes irrésistibles qui s’enchainent avec les différents protagonistes.

Grâce à un scénario particulièrement inventif, le spectateur « plus adulte » se surprend à analyser les divers profils psychologiques et autres réactions générées par la compétition entre les candidats, devant alors subitement faire face à l’adversité, la jalousie et le dédain pour puiser au fond de soi la force nécessaire à l’obtention d’une prochaine reconnaissance. Les enfants charmés se régaleront, quant à eux, à détester les méchants tout en défendant vigoureusement le candidat digne représentant de leur espoir de réussite.

Qu’importe l’âge, voici un grand show véritablement appréciable !

Chaque grand artiste a sa vérité. »

Pierre Rosenberg

Ballerina

affiche-ballerina

« Félicie est une jeune orpheline bretonne qui n’a qu’une passion : la danse. Avec son meilleur ami Victor qui aimerait devenir un grand inventeur, ils mettent au point un plan rocambolesque pour s’échapper de l’orphelinat, direction Paris, ville lumière et sa Tour Eiffel en construction ! Félicie devra se battre comme jamais, se dépasser et apprendre de ses erreurs pour réaliser son rêve le plus fou : devenir danseuse étoile à l’Opéra de Paris… »

Ce sympathique film d’animation français est réalisé par Eric Summer et Eric Warin. Cette belle histoire, dont la trame n’a rien à envier aux dessins animés Walt Disney, présente une épopée romanesque aux fortes valeurs morales. Émotions, amitié, tendresse et humour symbolisent le parcours des protagonistes sur un rythme palpitant.

En effet, les décors sont de toute beauté et le voyage entre la Bretagne et l’Opéra offre une magnifique reconstitution d’un Paris haussmannien à la fin du XIXe siècle. Certes, l’adorable héroïne, véritable charmeuse auréolée d’une certaine grâce, se révèle particulièrement attachante tant nous avons aussi envie de croire en la réalisation de son rêve.

Cependant, ce sont certainement les différentes chorégraphies (créées avec minutie par l’ancienne danseuse étoile Aurélie Dupont et son époux, le danseur Jérémie Bélingard) qui époustouflent le spectateur. Au son d’une musique envoutante, entre petits pas, arabesques et autres entrechats, chaque danse se joue d’audace et de perfection devant le travail réalisé soigneusement, entretenu par le désir de la passion.

Un sublime conte qui illuminera d’étoiles le regard des plus petits et offrira de beaux instants de féérie aux plus grands. Un concentré de bonheur au cinéma !

La vie est un rêve, fais en une réalité. »

Mère Teresa

Le Petit Prince

prince

« Pour réussir son entrée à la prestigieuse Académie Werth, la Petite Fille et sa maman emménagent dans une nouvelle maison. Les vacances studieuses de la Petite Fille (sérieuse et adulte avant l’âge), rythmées par l’emploi du temps rigoureux établi par sa maman, vont être perturbées par l’Aviateur, un voisin aussi excentrique que généreux. Avec lui, elle va découvrir un monde extraordinaire où tout est possible. Un monde dans lequel l’Aviateur a autrefois croisé un mystérieux Petit Prince. C’est alors que l’aventure de la Petite Fille dans l’univers du Petit Prince commence. C’est aussi là que la Petite Fille redécouvre son enfance au travers des rencontres du Petit Prince avec le Renard, la Rose, le Serpent, le Vaniteux, le Businessman. Elle comprendra qu’on ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux. »

Cette remarquable adaptation très librement inspirée du splendide livre d’Antoine de Saint-Exupéry est une véritable réussite. Mark Osborne réalise ici une époustouflante vision moderne de ce chef d’œuvre littéraire intemporel.

Ce superbe film d’animation est un authentique conte philosophique qui dessine habilement le réalisme de notre société actuelle. Les joies et peines de la vie (l’amour, la mort, la perte de son enfance) sont explorées finement avec poésie, sans jamais tomber dans une forme de mièvrerie.

Toutefois, les images en 3D, malgré une prouesse dans la création, ne me semblent pas assez réussies émotionnellement, le graphisme étant assez sombre. Heureusement, le stop-motion (animation image par image) commémore dignement, avec tendresse, les délicates aquarelles de Saint-Exupéry.

De plus, le doublage français (ah ! le renard qui parle grâce à Vincent Cassel) se révèle particulièrement réussi, notamment grâce à l’incroyable André Dussolier qui donne réellement vie au personnage de l’aviateur.

Certains seront sans doute perplexes et ce film sera sans doute trop audacieux, ultra modernisé, totalement éloigné du récit de Saint-Exupéry. Cependant, afin de l’apprécier pleinement, il faut s’évader du roman, ne retenir que ce titre de « Petit Prince » pour alors vivre cette histoire en contemplant la magie de ce récit initiatique.

De l’enfance à l’âge adulte, l’important étant toujours, continuellement, de continuer à rêver.

On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux. »

Antoine de Saint-Exupéry

Venise, cet autre Paradis

Depuis toute petite, mon esprit s’évade à la simple évocation de la ville de Venise, véritable symbole d’une architecture luxuriante, d’une richesse de patrimoine et d’un romantisme voguant sur chacun des canaux.

Depuis longtemps, cette cité au cadre magnifique, fascinant, presque irréel me passionne et cette destination me faisait évidemment fortement envie. Inutile de préciser que je viens alors de réaliser un rêve en partant à Venise, avec mon chéri, dans la ville des amoureux par excellence.

Carole m’avait raconté, avec émerveillement, son séjour lors du célébrissime festival de Venise, l’atmosphère qui habitait ce lieu, la magie qui s’emparait de chacun lors des ballades dans les ruelles, le côté mystérieux qui enveloppait chaque recoin. Cependant pour ma première fois dans la cité de Venise, je souhaitais la découvrir vierge de tous artifices, simplement illuminée de sa splendeur naturelle.

Cet été me semblait propice pour concrétiser ce souhait.

Un bonheur immense : 4 jours en couple, sans mon fils adoré, dans un endroit magique !

(suite…)

1 2