Posts Tagged ‘passion’

Un + Une

Un-Une-affiche

« Antoine ressemble aux héros des films dont il compose la musique. Il a du charme, du succès, et traverse la vie avec autant d’humour que de légèreté. Lorsqu’il part en Inde travailler sur une version très originale de Roméo et Juliette, il rencontre Anna, une femme qui ne lui ressemble en rien, mais qui l’attire plus que tout. Ensemble, ils vont vivre une incroyable aventure… »

C’est le nouveau film de Claude Lelouch, à voir absolument, selon moi… Pourquoi un tel engouement ?

Tout d’abord, le duo formé par le couple star est exquis. L’actrice Elsa Zylberstein, constamment à fleur de peau, se révèle parfois attachante, souvent agaçante, mais toujours surprenante avec son côté mystique. D’autre part, Jean Dujardin, très pragmatique, mais désarmant de charme et de naturel, est tout bonnement formidable. De plus, la présence de Christophe Lambert et Alice Pol ajoute indéniablement un atout supplémentaire.

Débordant de générosité, ce film reflète une magnifique histoire d’amour ! Alors, on ouvre ses chakras et l’on se laisse gagner par une quête de sens spirituels… Tout en savourant les jolies scènes d’émotions, les images surprenantes de l’Inde et ses traditions ancestrales, bercées par la tendre musique mélodieuse de Francis Lai.

Ce voyage, ce cheminement presque initiatique dans la romance, nous remplit d’émotions, de couleurs, de saveurs et de passion pour ce pays. Parfois maladroit, évidemment touchant, il n’est que peu envisageable de rester indifférent.

Les inconditionnels de Claude Lelouch ou de Jean Dujardin vont adorer cette comédie romantique qui apaise le karma… Une totale renaissance artistique pour le réalisateur, en adéquation avec sa légendaire liberté de filmer selon l’expression de ses pensées… Certainement l’un de ses plus beaux films !

Une fois que vous aurez senti la poussière de l’Inde, vous ne vous en libérerez jamais. »

Rumer Godden 

Ricki and the Flash

Ricki-And-The-Flash-Affiche-France

« Pour accomplir son rêve et devenir une rock star, Ricki Rendazzo a sacrifié beaucoup de choses et commis bien des erreurs… Dans l’espoir de se racheter et de remettre de l’ordre dans sa vie, elle revient auprès des siens. »

Honnêtement dès que Meryl Streep déboule dans un film, je me précipite pour LA voir. Pourtant, cette fois-ci le sujet me paraissait assez simple et je n’étais donc que peu conquise. Mais comment résister à cette grande actrice américaine (une des meilleures de notre époque) qui dégaine la guitare ?

Comme toujours Madame Streep, totalement bluffante en rockeuse, excelle dans ce rôle de mère atypique, lui insufflant un véritable dynamisme qui favorise l’élan principal de ce long-métrage réalisé par Jonathan Demme. L’exubérance de son look (qui lui va à ravir), l’excentricité du personnage et son désir de rédemption lui permettent d’exprimer encore une fois son immense talent. Quelle prestation admirable !

Malgré un scénario un peu trop convenu (problèmes familiaux, réconciliations et happy end), une histoire typiquement américaine dégoulinante de clichés et de guimauve, ce film est sauvé par ces pointes d’humour et ces instants d’émotion.

Une agréable comédie sympathique dont on retiendra principalement la musique et l’interprétation subtile de cette mère de famille féministe confrontée à certains choix cornéliens.

Le seul mauvais choix est l’absence de choix. »

Amélie Nothomb

We Are Your Friends

we are

« Cole, un DJ de 23 ans vit dans le milieu de l’électro et des nuits californiennes. La journée, il traîne avec ses amis d’enfance. La nuit il mixe, dans l’espoir de composer le son qui fera danser le monde entier. Son rêve semble alors possible lorsqu’il fait la connaissance de James, un DJ expérimenté, qui décide de le prendre sous son aile… »

Ce plaisant premier film de Max Joseph présente habilement l’envers du décor du monde la nuit. Entre désillusion et émotions perdues, les choix se révèlent fatidiques pour exister sous le soleil de Californie.

Le casting réunit le charmant Zac Efron et la magnifique Emily Ratajkowki, idoles de la jeunesse qu’ils incarnent certes parfaitement. Cependant, l’acteur Wes Bentley illumine totalement le film à chacune de ses apparitions développant alors un intérêt réel pour ce trio amoureux au sein duquel l’ambigüité plane constamment.

Malgré quelques clichés sur l’industrie musicale, le spectateur se surprend à s’immerger dans le milieu glauque de la nuit en affectionnant notamment cette jeunesse désabusée dont la motivation engendre l’espoir de la réussite.

La mise en scène dynamique permet d’apprécier particulièrement ce long-métrage. Pas inoubliable, mais vraiment agréable.

Un film divertissant qui donne envie de se bouger… et pas seulement au son de cette musique électro enivrante.

La nuit est la preuve que le jour ne suffit pas. »

Elizabeth Quin

Amy

AMY-Affiche-France

« Dotée d’un talent unique au sein de sa génération, Amy Winehouse a immédiatement capté l’attention du monde entier. Authentique artiste jazz, elle se servait de ses dons pour l’écriture et l’interprétation afin d’analyser ses propres failles. Cette combinaison de sincérité à l’état brut et de talent a donné vie à certaines des chansons les plus populaires de notre époque. Mais l’attention permanente des médias et une vie personnelle compliquée associées à un succès planétaire et un mode de vie instable ont fait de la vie d’Amy Winehouse un château de cartes à l’équilibre précaire. Le grand public a célébré son immense succès tout en jugeant à la hâte ses faiblesses. Ce talent si salvateur pour elle a fini par être la cause même de sa chute. Avec les propres mots d’Amy Winehouse et des images inédites, Asif Kapadia nous raconte l’histoire de cette incroyable artiste, récompensée par six Grammy Awards. »

Ce film est un magnifique documentaire, troublant et passionnant, sur la courte vie de la chanteuse exceptionnelle Amy Winehouse, décédée, en pleine jeunesse, tragiquement en 2011.

Que l’on soit fan ou non de cette artiste unique, impossible de ne pas être captivé par le parcours d’une simple Anglaise, d’un quartier pauvre au nord de Londres, propulsée au rang de star mondiale. De l’ascension fulgurante vers la gloire à la sombre descente en enfer, les témoignages de proches et archives diverses se révèlent terriblement émouvants.

Le cinéaste Asif Kapadia maitrise parfaitement son documentaire, mettant en avant, sans aucun tabou, la complexité de la personnalité d’Amy, les ravages d’une célébrité surmédiatisée et l’hypocrisie de son entourage face à sa dérive.

Plongeant dans une intimité qui devrait demeurer privée, parfois la caméra devient excessivement indécente, tellement la réalité se dessine dans une profonde noirceur. Le spectateur ému, presque honteux de ne pouvoir agir et donc la sauver, assiste alors impuissant à une douloureuse plongée dévastatrice dans une détresse émotionnelle et physique.

Un véritable hommage sincère à une grande artiste qui a passé sa destinée sous l’œil d’une caméra, dont la frontière délicate entre vie publique et privée n’existait plus, fracassant sans doute l’éclat fragile d’Amy, lui laissant son âme écorchée pour seule alliée.

Une vie détruite, à l’équilibre éphémère, un cœur instable certainement meurtri par de nombreux excès et une immense sensibilité.

À défaut d’atténuer ce sentiment de gâchis, ces images permettent de se souvenir de cette voix merveilleuse et du talent inouï de compositrice. Son plus beau testament demeure le génie de sa musique.

Une légende s’est éteinte, son étoile brille encore.

Si je mourais demain, je serais une fille heureuse. »

Amy Winehouse

1 2 3 4 5