Posts Tagged ‘nature’

Provence enchanteresse : Lourmarin, Gordes, Roussillon…

Retrouver avec bonheur mon amie à Aix, découvrir en sa compagnie le sud de la France, plus particulièrement cette splendide Provence, permet de voyager profondément et intensément dans la beauté typique de cette formidable région. Devant tant d’éclat et d’émerveillement, je n’ai souvent pu émettre que des « oh », « magnifique », « superbe »… réduisant à néant ma verve pourtant d’habitude si prolifique. On admire tout bonnement, on se tait, on respecte et on s’imprègne intégralement de ces paysages uniques.

Le doux soleil, la tendre quiétude, et la chaleur humaine ne peuvent que réchauffer toute âme insensible aux paysages environnants. Même les plus réfractaires seront béats d’admiration devant une telle nature. Honnêtement, j’ai complètement craqué devant ces incomparables villages qui semblent presque irréels tellement chaque décor reflète la magie d’une carte postale.

Tout d’abord, le village de Roussillon est simplement sublime de richesses naturelles. Dépaysement total garanti, les couleurs incroyables sont éclatantes et enchantent la vision. Le sentier des ocres qui imprègne nos pas de « poussière rouge » m’a rappelé, avec émotion, mon périple antérieur dans l’Ouest américain… Que de merveilles accessibles d’un simple regard !

Au niveau architectural, impossible de résister à Gordes, village dont les bâtiments et habitations sont recouverts de pierres typiques : sèches blanches. Une véritable immersion dans le temps s’opère en nous, lorsque l’on découvre, au détour des ruelles, de lourdes portes, des voutes ornées d’un passé. De plus, le panorama exceptionnel qui domine la vallée et la montagne se révèle impressionnant, nous sommes ridiculement minuscules devant la superbe de cette nature.

Passer une journée à Fontaine de Vaucluse reste aussi un enchantement. L’impressionnante source reflète la magie de ce site naturel. Impossible de résister à cette immense fontaine, qui jaillit dans cette vallée agrémentée de grottes mystérieuses, dont l’eau se révèle translucide et d’un coloris verdoyant unique. Pour en apprendre un peu plus, la fabrique du papier au sein du moulin reste très intéressante, tout en se replongeant dans l’ère du 15e siècle.

Cependant, mon coup de cœur demeure pour le village de Lourmarin. Littéralement, je suis tombée amoureuse de ses allées, ses moindres pavés, ses maisons fleuries, son château qui révèle la force de son patrimoine, ses vendeurs à l’accent savoureux sur le marché, ses galeries d’art, et le souvenir perpétuel d’Albert Camus dont l’âme flotte dans les ruelles sinueuses.

S’installer confortablement à la terrasse d’un café, profiter du calme ambiant et d’une atmosphère pittoresque. Savourer tout simplement l’instant présent. Le bonheur est tel que l’on entendrait presque les olives chantées au son des cigales.

Sous le charme, j’y retournerai, évidemment pour continuer à visiter tous ces recoins qui me sont encore inconnus, mais aussi pour revivre l’émerveillement de cette Provence si envoutante. Très certainement, le sortilège du sud que l’on quitte à regret, en pouvant seulement s’incliner devant son immense beauté.

DSC05409 DSC05396 DSC05394 DSC05437 DSC05441 DSC05453

Quand la couleur est à sa richesse, la forme est à sa plénitude. »

Paul Cezanne

Grizzly

grizzly

« Une année de la vie d’une famille de grizzlys en Alaska, et leur interaction avec la faune voisine : loups, saumons, orques… Dans des paysages grandioses, on découvre la vie trépidante de ces animaux emblématiques, pour répondre à la question suivante : comment le grizzly peut-il être, dans notre inconscient collectif, à la fois un animal féroce et le symbole de l’animal rassurant pour tous les enfants du monde ? »

Le dernier Disney Nature, réalisé par Alastar Fothergill et Keith Scholey, offre une vision spectaculaire et sauvage de l’Alaska en contant avec un incroyable talent le quotidien de deux adorables oursons (trop mimis), Amber et Scout, accompagnés de leur maman Sky.

Sincèrement, on hésite entre le documentaire et le film, ce qui offre manifestement, une totale visibilité pour un plus large public.

Les petits vont se régaler en suivant les aventures intrépides de ces peluches vivantes, véritables symboles emblématiques de l’enfance. Personnellement, je me suis même surprise à me remémorer les aventures du dessin animé japonais « Bouba » que je suivais avec passion (et  beaucoup de larmes !) étant enfant. Les plus grands pourront eux percevoir le message écologique de ce long-métrage et la nécessité absolue de préserver impérativement le cycle de vie des animaux afin que la nature puisse prospérer.

Un magnifique film qui regorge de paysages grandioses, époustouflants de beauté. À savourer sans modération et avec délectation en famille, en couple ou simplement seul pour apprécier la quiétude de l’Alaska.

Pour les amoureux inconditionnels des animaux, vous succomberez forcément devant le charisme attachant de cette famille d’ours. Impossible de rester insensible et indifférent !

Le monde n’est pas une fabrique et les animaux ne sont pas des produits à l’usage de nos besoins. »

Arthur Schopenhauer

1 2 3 4