Posts Tagged ‘magie’

Peter et Elliott le Dragon

042288

« Depuis de longues années, M. Meacham, un vieux sculpteur sur bois, régale les enfants du coin avec ses histoires sur un féroce dragon qui vivrait au plus profond de la forêt voisine. Pour sa fille Grace, garde forestière de son état, tout ceci n’est que contes à dormir debout… jusqu’au jour où elle fait connaissance avec Peter. Ce mystérieux petit garçon de 10 ans – qui dit n’avoir ni famille ni foyer – assure qu’il vit dans les bois avec un dragon géant baptisé Elliott. Et la description qu’il en fait correspond étonnamment à celui dont parle son père… Avec l’aide de la jeune Natalie – la fille de Jack, le propriétaire de la scierie -, Grace va tout mettre en oeuvre pour découvrir qui est vraiment Peter, d’où il vient, et percer le secret de son incroyable histoire… »

Encore un nouveau remake d’un classique de Disney datant de l’année 1977. Pourtant, dépoussiéré un vieux film traditionnel représente toujours un challenge incroyable, surtout lorsque la première version conserve encore la magie des souvenirs d’une tendre enfance.

Sur fond de message écologique, le réalisateur David Lowery offre une certaine modernité à ce classique du genre avec notamment de superbes images, vraiment crédibles, du dragon Elliott, beaucoup plus charismatique que celui de la version originale. L’acteur incarnant Peter (Oakes Fegley) se révèle extraordinaire et fait oublier les autres protagonistes… Même un mythique Robert Redford (certes vieillissant) ne peut lutter face cette adorable bouille d’enfant.

Sans s’encombrer de fioritures, l’histoire retranscrit superbement la relation amicale, hautement symbolique, et terriblement émouvante entre un jeune orphelin et son environnement atypique, plus particulièrement avec cette figure paternelle représentée par un animal. Devant une telle complicité, chacun d’entre nous rêverait d’avoir un ami aussi formidable !

Un beau conte fantastique à réserver à un public encore friand d’une certaine féérie et toujours croyant en un monde d’aventures irréelles…

Retrouver son meilleur ami, c’est aussi retrouver une partie de sa vie. »

Anthony Ca

Alice de l’autre côté du miroir

alice

« Les nouvelles aventures d’Alice et du Chapelier Fou. Alice replonge au pays des merveilles pour aider ses amis à combattre le Maître du Temps. »

Cette jolie suite du splendide film « Alice au pays des merveilles » de Tim Burton nous est proposée six ans après ce premier volet. Ainsi, la charmante héroïne de Lewis Carroll a bien grandi, tout en gardant la fougueuse impertinence de sa tendre enfance.

En respectant la beauté grandiose des décors originels, le réalisateur James Bobin offre une touche plus légère, dotée d’une nouvelle émotion ainsi qu’une réflexion plus intense sur les liens familiaux, une certaine forme de féminisme et la prise de conscience face à cette vie qui s’écoule trop rapidement… Un voyage fantastique, magique et envoutant !

Sur un rythme effréné, la qualité de prestation des acteurs, notamment les fameux protagonistes Johnny Depp, Mia Wasikowska, Anne Hataway, de même que le nouvel arrivant Sacha Baron-Cohen (à l’humour redoutable), reste stupéfiante grâce à la vive énergie enjouée qui imprègne cette fabuleuse production Disney.

Un délicieux divertissement familial, loufoque et surréaliste, dont la multitude d’effets spéciaux réjouira les petits et grands… L’important étant de garder une âme d’enfant malgré le temps qui passe.

La vie est un torrent, le temps passe et passe incessamment. »

Soren Kierkegaard

Zootopie

zoo

« Zootopia est une ville qui ne ressemble à aucune autre : seuls les animaux y habitent ! On y trouve des quartiers résidentiels élégants comme le très chic Sahara Square, et d’autres moins hospitaliers comme le glacial Tundratown. Dans cette incroyable métropole, chaque espèce animale cohabite avec les autres. Qu’on soit un immense éléphant ou une minuscule souris, tout le monde a sa place à Zootopia !Lorsque Judy Hopps fait son entrée dans la police, elle découvre qu’il est bien difficile de s’imposer chez les gros durs en uniforme, surtout quand on est une adorable lapine. Bien décidée à faire ses preuves, Judy s’attaque à une épineuse affaire, même si cela l’oblige à faire équipe avec Nick Wilde, un renard à la langue bien pendue et véritable virtuose de l’arnaque… »

Avec ce nouveau long-métrage extraordinaire, Disney revient aux véritables racines de ses succès mythiques en animant des animaux aux comportements humains.

Rich Moore et Byron Howard (« Volt », « Raiponce », « Les Mondes de Ralph ») nous offrent ici un superbe graphisme doté d’une réelle ingéniosité et d’un humour vraiment tordant… Inévitablement devant une telle richesse, tous les éléments sont ainsi réunis pour constituer la panoplie d’un incontestable joyau d’animation. Un véritable coup de cœur !

En effet, les personnages hauts en couleur sont définitivement craquants et terriblement attachants. Comment résister au charisme et à l’énergie débordante de l’adorable lapine Judy Hopps ? De ce fait, les effets visuels et la finesse du détail révèlent tant de la magie que le spectateur a parfois l’impulsion de tendre la main vers l’écran pour caresser ces peluches vivantes, aux pelages et expressions si réalistes !

Au-delà du simple divertissement distrayant, un discours subtil, sensible et intelligent se dessine, mettant à nu les véritables travers de notre société et stéréotypes bien ancrés. À travers des bestioles humanisées totalement irrésistibles, les réalisateurs expriment plus facilement leurs idées et divers constats de ce qui nuit définitivement à notre monde actuel… Parfois, la compréhension pour autrui s’en trouve ainsi plus aisée. Entre parodies, différents clins d’œil cinématographiques et autres caricatures, cette comédie offre une réflexion sur le « vivre ensemble » présentant en conséquence un message social et de tolérance.

Un véritable chef-d’œuvre, à la fois poilu et poilant !

Il n’y a point de bonheur sans courage, ni de vertu sans combat. »

Jean-Jacques Rousseau

Star Wars VII : Le Réveil de la Force

052074

« Dans une galaxie lointaine, très lointaine, un nouvel épisode de la saga « Star Wars », 30 ans après les événements du « Retour du Jedi ». »

Petite fille ( tout en me déguisant en Princesse Leia), j’étais une inconditionnelle de la trilogie « Star Wars », mon grand frère ayant l’obsession de passer en boucle ces films sur le vieux magnétoscope familial. Ensuite, la maturité me poussant vers d’autres galaxies, j’ai légèrement décroché, mais là impossible de ne pas courir pour découvrir l’évènement cinématographique de cette fin d’année. L’appel de ces retrouvailles a été immédiat et il m’a vraiment fallu beaucoup de force et de patience pour réussir à décrocher des places dans une salle obscure. L’attente et l’excitation en valaient-elles la peine ?

Ce septième épisode de « Star Wars » se situe trente-deux ans après « Le retour du Jedi » et représente aussi le premier opus d’une nouvelle trilogie. Place à J.J. Abrams afin de réaliser ce grandiose blockbuster et tenter alors de rivaliser avec le fantastique, voir génialissime, George Lucas. Ce difficile pari est largement gagné !

Concernant la magie du décor, les effets spéciaux sublimes, l’humour ravageur ou la créativité des costumes, le fan étoilé sera amplement contenté. La bande-son émerveille définitivement ce réel spectacle visuel. En effet, il est un véritable plaisir de retrouver des musiques mythiques, un générique porteur d’une intense nostalgie. Que du bonheur !

Le casting n’est pas en reste puisque Daisy Ridley et John Boyega  incarnent avec conviction les héros courageux de ce nouvel opus. Les légendaires Luke Skywalker et Princesse Leia peuvent être fiers de ces dignes successeurs.

Définitivement, mon cœur, même défait de sa naïveté et de ses premiers émois d’adolescente, palpite toujours pour le charme ravageur d’Harrison Ford ! Un plaisir unique de le retrouver en compagnie de Carrie Fisher.

Impossible de manquer l’immersion dans cette galaxie lointaine ! Dés en sortant, une seule envie : y retourner afin d’en profiter encore tout en analysant, avec délice, les détails parfois insignifiants et pourtant tellement captivants.

Une réelle réussite spectaculaire, émouvante, familiale et totalement ancrée dans la modernité.

L’impatience dévorante sera difficilement maitrisable tant la suite est vivement désirée.

 Que la Force soit avec toi. »

Maître Yoda

1 2 3 4