Posts Tagged ‘liberté’

Arrêter de fumer : le deuil de la cigarette (2)

Une semaine seulement après ma première séance d’acupuncture, me voici prête psychologiquement pour endurer la seconde phase, celle qui représente concrètement le début du sevrage, et je dois m’y présenter « vierge » de tout tabac. En réalité, il me restait 5 pauvres cigarettes nichées dans mon paquet, il était donc inenvisageable de ne pas les consommer complètement (impossible de les jeter, je suis contre le gaspillage !).

Consciente de ma démarche honteuse, j’ai presque eu les larmes aux yeux en écrasant mon (je l’espère !) dernier mégot. En véritable droguée au tabac, j’avoue avoir reniflé mes doigts à plusieurs reprises avant de nettoyer au savon toutes traces et senteurs du passage de la cigarette dans ma vie.

Naturellement, je mens donc effrontément à mon acupuncteur en lui précisant que je suis une « ex-fumeuse » depuis la veille au soir.

Visiblement pour me punir de ce petit mensonge, la pose d’aiguilles est beaucoup (ÉNORMÉMENT) plus douloureuse, centrée principalement sur les pieds, le nez, les tempes et le front. Non seulement je souffre atrocement, mais je ne me sens pas du tout au top de mon sex-appeal. 30 minutes d’inconfort, durant lesquelles je suis pourtant censée respirer doucement, apprécier paisiblement l’harmonie de mon corps et ressentir la plénitude… Que dalle !

Une boule de stress habite entièrement mon corps et envahit intégralement mon esprit. Au bout de quelques minutes, je louche sur les aiguilles posées sur mon nez et tente de les dégommer d’un simple regard, toutefois, je n’ose pas bouger tellement la douleur irradie chaque point transpercé par ces immenses pointes (qui finalement me semblent être des javelots !) Même la musique zen m’irrite prodigieusement. Dans quelle galère me suis-je embarquée ?!

Mais le pire reste à venir incontestablement (ne jamais se contenter de ce que l’on a !)

(suite…)

Débordée de vivre

Indéniablement, mes journées défilent chaque semaine à un rythme infernal sans que je voie le temps passer. Étrangement, mon chéri semble toujours surpris quand je lui mentionne gentiment « je n’ai pas le temps ! ».

Certes, je suis bien tranquillement à la maison, dépourvue de contraintes horaires, sans réelles obligations bien stressantes ou une pression constante de la hiérarchie à gérer sereinement, mais pour autant, je demeure complètement débordée !

Pourtant, je gère au mieux les activités quotidiennes… en déléguant énormément.

Tout d’abord, le lave-vaisselle tourne à plein régime, cependant je dois tout de même ranger les assiettes et autres couverts. Ensuite, le lave-linge coopère dignement avec le sèche-linge, me laissant le soin malgré tout de plier les vêtements et les ramasser dans les penderies respectives. Par contre, je trouve le fer à repasser peu compétent et pour remédier à sa flemmardise, j’ai donc décidé de ne plus l’utiliser et de seulement repasser ce qui semble froissé (appréciation personnelle !).

En ce qui concerne, cette garce de poussière, elle a droit à un bon coup de plumeau une fois par semaine (plus, cette dernière pourrait y prendre sérieusement goût !) Cependant, je passe l’aspirateur tous les jours, car cela équivaut à effectuer un peu de sport et bruler ainsi les calories accumulées par les tablettes de chocolat englouties quotidiennement.

Mon « toc des sanitaires » déploie aussi une frénésie incommensurable à son entretien journalier (j’envisage sensiblement d’entamer une prochaine thérapie pour expliquer cet engouement – le seul et unique – au récurage des WC).

Autrement, je cuisine beaucoup, ce qui implique de perdre énormément de temps et d’énergie dans les rayons de l’enseigne Picard pour déguster de bons petits plats semblants « faits maison », tout en tentant de respecter un régime alimentaire dit « sain ».

(suite…)

1 2 3 4