Posts Tagged ‘liberté’

Sans enfants et Heureuse

D’aussi loin que je me souvienne, sincèrement, je n’ai jamais eu de désir d’enfant. Toute petite déjà, je ne me suis jamais visualisée dans mon futur en qualité de maman, entourée d’un ou plusieurs bambins en culottes courtes. Tout comme, il semble incohérent de demander à des hétérosexuels ou homosexuels le choix de leur sexualité, certaines jeunes filles ne ressentent aucune envie de donner la vie. Et fréquemment cela dérange énormément notre société actuelle soumise à une intense pression sociale. La Femme doit féconder pour se réaliser…

(suite…)

La Danseuse

094836_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

« Loïe Fuller est née dans le grand ouest américain. Rien ne destine cette fille de ferme à devenir la gloire des cabarets parisiens de la Belle Epoque et encore moins à danser à l’Opéra de Paris. Cachée sous des mètres de soie, les bras prolongés de longues baguettes en bois, Loïe réinvente son corps sur scène et émerveille chaque soir un peu plus. Même si les efforts physiques doivent lui briser le dos, même si la puissance des éclairages doit lui brûler les yeux, elle ne cessera de perfectionner sa danse. Mais sa rencontre avec Isadora Duncan, jeune prodige avide de gloire, va précipiter la chute de cette icône du début du 20ème siècle. »

En réalisant son premier long-métrage, Stéphanie Di Guisto a choisi de s’inspirer librement de l’histoire méconnue de la danseuse américaine Loïe Fuller. Dans ce biopic romanesque, la beauté visuelle, auréolée d’une splendide lumière domine chaque plan grâce à de nombreux mouvements épiques de danse, totalement portés par une réelle sensualité.

Le casting se révèle assez prestigieux. Pourtant, l’actrice française Soko, à elle seule, subjugue et envoute totalement ce film. Entre force immense et tendre délicatesse, sa performance demeure exceptionnelle tant cette dernière semble habitée par le personnage de l’héroïne et les émotions ressenties. Ainsi, celle-ci exprime merveilleusement la sensibilité artistique de cette femme, indissociable de son talent chorégraphique novateur à cette époque.

Évidemment, le spectateur conquis se laissera aussi charmer par la gracieuse juvénile Lily-Rose Depp, interprétant Isadora Duncan, même si sa présence n’apparait seulement qu’après une heure de film. Une très belle révélation ! Incontestablement, ses premiers pas de comédienne novice s’avèrent réellement très prometteurs pour un futur avenir étoilé.

Un magnifique film, émouvant et enveloppé d’une douce poésie, qui décline le portrait d’une femme libérée et passionnée.

L’acte le plus courageux est toujours de penser par soi-même. À haute voix. »

Coco Chanel

 

Chère 2016

L’année particulière que nous venons de quitter, 2015 qui appartient dorénavant au passé, a été porteuse de beaucoup d’émotions contradictoires. De multiples évènements, parfois heureux, et des instants de vie dramatiques l’ont jalonnée.

Il est d’usage d’établir des listes de bonnes résolutions pour te fêter dignement. Cependant, nous préférons ne pas nous contenter de l’éternel traditionnel « Bonne année, bonne santé ».

Ainsi, pour que tu puisses t’y consacrer pleinement, voici quelques requêtes expressément souhaitables. À toi de t’y employer à fond afin d’en faciliter la concrétisation !

(suite…)

Et maintenant ?

Ruban_noirDepuis cette funeste journée, ce maudit vendredi 13 qui ne sera plus qu’un jour de deuil à Paris et pour tous les Français,  je succombe à une énorme peine et me sens dans une impasse, tellement peu invincible. Le chagrin me fait penser aux victimes décédées. Ce sentiment de tristesse, mêlé à une profonde injustice, m’oppresse. Je pleure de rage, de colère, de désespoir, d’incompréhension. Quel gâchis ! Impossible pour moi d’arrêter de souffrir, de réfléchir, trouver enfin le calme absolu, le silence apaisé. Le chemin de la vie sur terre demeure parfois bien lourd, certains obstacles restent insurmontables. Toutefois, l’espoir d’un monde meilleur, d’une vie plus facile avec moins de souffrance ne doit pourtant pas être qu’une vague illusion…

Assommée, j’ai le cœur lourd, qui saigne de larmes. Dans ces moments délicats, lorsque ma conscience prend le dessus, je n’éprouve parfois plus l’envie d’affronter une réalité injuste et décevante. Je n’arrive pas à passer à autre chose. Je ne le désire pas. Parfois, je crains d’oublier, en menant de nouveau une vie normale. À ce moment-là, j’ai l’impression d’avoir perdu gros, mes illusions, mon insouciance, ma légèreté. Tragiquement, je deviens nostalgique de l’avant.

(suite…)

1 2 3 4