Posts Tagged ‘humour’

Fast & Furious 8

305158

« Maintenant que Dom et Letty sont en lune de miel, que Brian et Mia se sont rangés et que le reste de l’équipe a été disculpé, la bande de globetrotteurs retrouve un semblant de vie normale. Mais quand une mystérieuse femme entraîne Dom dans le monde de la criminalité, ce dernier ne pourra éviter de trahir ses proches qui vont faire face à des épreuves qu’ils n’avaient jamais rencontrées jusqu’alors. Des rivages de Cuba aux rues de New York en passant par les plaines gelées de la mer arctique de Barrents, notre équipe va sillonner le globe pour tenter d’empêcher une anarchiste de déchaîner un chaos mondial et de ramener à la maison l’homme qui a fait d’eux une famille. »

Déjà, le huitième volet de cette saga culte, toujours porté par l’acteur (particulièrement musclé qui fleure bon la testostérone) Vin Diesel. Au niveau du casting, on retrouve également les comédiens Dwayne Johnson et Jason Statham qui sont excellents. En apparition bonus, le spectateur se délectera de la magnifique Charlize Theron dans le rôle implacable de la méchante glaciale.

Agrémenté d’une mise en scène redoutablement efficace, cet énorme blockbuster (fidèle à la lignée des épisodes précédents, malgré la disparition brutale du regretté Paul Walker) est réalisé par F. Gary Gray. Dans ce nouvel opus, teinté de beaucoup plus d’humour, l’ambiance excessive reste au rendez-vous avec de réelles cascades incroyables, aux sublimes prouesses techniques, et des scènes de course- poursuites donnant le vertige.

Voici donc un film d’action, grand spectacle, totalement jouissif. À voir absolument au cinéma ! Les fans vont adorer, sans aucune déception, et souhaiteront certainement une suite à cette inépuisable saga…

Ne jamais confondre mouvement et action. »

Ernest Hemingway

RAID dingue

raid

« Johanna Pasquali est une fliquette pas comme les autres. Distraite, rêveuse et maladroite, elle est d’un point de vue purement policier sympathique mais totalement nulle. Dotée pourtant de réelles compétences, sa maladresse fait d’elle une menace pour les criminels, le grand public et ses collègues. Assignée à des missions aussi dangereuses que des voitures mal garées ou des vols à l’étalage, elle s’entraîne sans relâche pendant son temps libre pour réaliser son rêve : être la première femme à intégrer le groupe d’élite du RAID. Acceptée au centre de formation du RAID pour des raisons obscures et politiques, elle se retrouve alors dans les pattes de l’agent Eugène Froissard (dit Poissard), le plus misogyne des agents du RAID. Ce duo improbable se voit chargé d’arrêter le redoutable Gang des Léopards, responsable de gros braquages dans les rues de la capitale. Mais avant de pouvoir les arrêter, il faudrait déjà qu’ils parviennent à travailler en binôme sans s’entretuer au cours des entraînements ou des missions de terrain plus rocambolesques les unes que les autres. »

Cette sympathique comédie d’action française est réalisée, et interprétée, par l’humoriste Dany Boon. Pour son nouveau film, l’acteur s’est soumis à un entrainement intensif afin d’être crédible dans son rôle de superflic misogyne au sein du RAID. Ainsi, sa métamorphose physique reste impressionnante dévoilant aussi une autre facette de son talent beaucoup plus en retenue et sobriété.

Sur un rythme comique, sa comparse, la comédienne Alice Pol se révèle incroyable en tant que jeune policière maladroite, une sorte de version féminine de Gaston Lagaffe (mixée à Michel Blanc et Pierre Richard dans les vieux films des années 80) qui multiplie les situations burlesques avec entrain et malice.

Certes, ce duo explosif de protagonistes s’avère formidable, mais les nombreux personnages secondaires (Michel Blanc, Sabine Azéma, Patrick Mille, Florent Peyre…) offrent aussi de réels instants sympathiques qui dynamisent le rythme. De plus, une mention spéciale à Yvan Attal, excellent dans le rôle du « méchant » et particulièrement drôle dans une scène d’anthologie…

Bref, « RAID dingue » propose un moment de détente appréciable, tout en prônant les valeurs de ce corps d’élite, grâce à des dialogues efficaces et un scénario prenant, malgré une fin prévisible.

À voir pour illuminer la morosité d’un dimanche gris…

Le vrai courage ne se laisse jamais abattre. »

Fénelon

Papa ou Maman 2

070308

« Deux ans ont passé. Après avoir raté leur séparation, les Leroy semblent parfaitement réussir leur divorce. Mais l’apparition de deux nouveaux amoureux dans la vie de Vincent et de Florence va mettre le feu aux poudres. Le match entre les ex-époux reprend. »

Personnellement, j’avais adoré le premier opus « Papa ou Maman » donc je me suis précipitée pour visionner cette suite, réalisée de nouveau par Martin Bourboulon. Pourtant, il est évidemment délicat de prolonger des aventures sans risquer d’essouffler les spectateurs, tant le sujet semble avoir déjà été largement exploité… Toutefois, dans le cas présent, le pari de réunir les protagonistes est nettement réussi puisque c’est toujours drôle et caustique !

Voici donc une comédie irrésistible, aussi hilarante que le film précédent, avec un humour beaucoup plus corrosif, délicieusement « piquant » sur un rythme effréné.

Ainsi, on retrouve avec plaisir le duo formé par Laurent Laffite, charmant tout en étant irrévérencieux, et Marina Foïs, époustouflante de réalisme dans son rôle de femme blessée. Inévitablement, la complicité fonctionne et ce couple de parents terribles, totalement immatures, demeure encore une fois excellent.

Au sein de situations rocambolesques ponctuées de répliques savoureuses, les autres acteurs Jonathan Cohen et Sara Giraudeau, en qualité de dignes  fiancés  respectifs, sont également fantastiques en s’intégrant parfaitement dans cet univers de folie. Dans cette alchimie parfaite, la sublime Nicole Garcia se révèle épatante en endossant le rôle de la sympathique mère retraitée, plus précisément amoureuse de son gendre.

Bref, un divertissement efficace et sympathique qui offre un agréable moment de détente. Prochainement, une suite à cette suite ?

À chaque jour suffit sa peine, à chaque être sa famille. »

Jacques Sternberg

Ma famille t’adore déjà !

6288a4_d6de976006435ed37fb03bfc2a5dab3698aaa9

« Julien, trentenaire bonne pâte et modeste, créateur d’applications pour smartphone, est fou d’amour pour Eva, journaliste dans la presse professionnelle. Après avoir accepté la demande en mariage de Julien, Eva est obligée de le présenter à ses parents qui résident sur l’île de Ré. Au cours d’un week-end de folles péripéties, Julien va faire exploser sa future belle-famille qui ne tenait que par des mensonges et des faux-semblants… »

Cette sympathique comédie française est réalisée par l’humoriste Jérôme Commandeur, qui signe ici sa première réalisation, avec Alan Corno et produite par Dany Boon.

Ce film dispose d’une pléiade de têtes d’affiche, notamment Thierry Lhermitte et Marie-Anne Chazel en duo redoutablement efficace dans le rôle des beaux parents. De plus, on retrouve avec plaisir Sabine Azéma, tout en savourant la prestation de Valérie Karsenti, réellement formidable. Enfin, le couple formé par Arthur Dupont et Déborah François s’avère particulièrement attachant. Finalement, cette galerie d’individus déjantés reste assez réaliste !

Malgré la facilité du scénario (les histoires de famille sont une source inépuisable pour le cinéma ce qui rend l’originalité du sujet de moins en moins convaincante), le panel de personnages savoureux, à l’humour ravageur, offre une vision fraiche et pragmatique à de nombreux moments. En effet, la représentation de certains aspects masculins se révèle intelligemment démontrée, principalement lors des scènes avec la nounou allemande, ultra-sexy en mini bikini, donnant vie à diverses situations cocasses.

Bref, tout en admirant les magnifiques images de l’île de Ré et en nous délectant de dialogues souvent délicieusement piquants, voici un honnête divertissement facétieux, simplement efficace dans l’amusement de l’instant.

En famille, tout se sait, mais rien ne se dit. »

Jean Gouny

1 2 3 4 9