Posts Tagged ‘histoire’

Le Roi Arthur : La Légende d’Excalibur

157608

« Jeune homme futé, Arthur tient les faubourgs de Londonium avec sa bande, sans soupçonner le destin qui l’attend – jusqu’au jour où il s’empare de l’épée Excalibur et se saisit, dans le même temps, de son avenir. Mis au défi par le pouvoir du glaive, Arthur est aussitôt contraint de faire des choix difficiles. Rejoignant la Résistance et une mystérieuse jeune femme du nom de Guenièvre, il doit apprendre à maîtriser l’épée, à surmonter ses démons intérieurs et à unir le peuple pour vaincre le tyran Vortigern, qui a dérobé sa couronne et assassiné ses parents – et, enfin, accéder au trône… »

Ce blockbuster, épique et spectaculaire, est réalisé par le cinéaste londonien Guy Richie, connu notamment pour « Sherlock Holmes » ou « Agents très spéciaux ».

Pour cette adaptation totalement irrévérencieuse par rapport aux faits historiques, le réalisateur revisite le mythe à la manière d’un film d’aventure d’un genre fantastique. Ainsi, la mythique légende du roi Arthur prend une nouvelle dimension grâce à de multiples effets visuels, réellement grandioses, parsemés sur un rythme effréné et époustouflant.

Au sein de cet excellent divertissement, les acteurs, Charlie Hunnam (en Roi Arthur) et Jude Law (dans le rôle du méchant) se révèlent excellents et offrent une réelle implication d’interprétation, permettant d’oublier alors un scénario quelque peu fade.

Cependant, il est impossible de s’ennuyer en se délectant de cette version atypique, agrémentée d’une musique endiablée, aux décors médiévaux magnifiques. Voici un agréable voyage en compagnie d’Arthur à travers la Grande-Bretagne…

En avant pour l’aventure !

Entre l’histoire et la légende, je choisirai toujours la légende. »

John Ford

Que Le Bal Des Pétasses commence

Ce futur roman était écrit depuis quelque temps déjà, néanmoins nous avons choisi d’y réfléchir encore, retravailler méticuleusement ce second livre, puis le relire avec une intense attention. En effet, prendre le temps nécessaire afin de digérer certaines émotions délicates…

Étrangement, cette sensation d’appréhension persiste au moment de le dévoiler publiquement, de partager avec vous le récit de la vie quotidienne d’un bureau exclusivement féminin, géré par une chef impitoyable et régi par un secret inavouable.

(suite…)

Elvis & Nixon

030364_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

« En 1970, Elvis Presley se rend à Washington dans le but de convaincre le président Nixon de le nommer agent fédéral. Se présentant à l’improviste à la Maison Blanche, la rock-star réussit à faire remettre une lettre en mains propres au président pour solliciter un rendez-vous secret. Conseillers de Nixon, Egil « Bud » Krogh et Dwight Chapin expliquent à leur patron qu’une rencontre avec Elvis au cours d’une année électorale peut améliorer son image. Mais Nixon n’est pas d’humeur à donner satisfaction à l’artiste. C’est sans compter sur la détermination d’Elvis ! Il propose un « contrat » à Krogh et Chapin : il signera un autographe pour la fille de Nixon en échange d’un tête-à-tête avec le président. À la très grande surprise de Nixon et de ses conseillers, l’homme politique et le chanteur se découvrent des affinités. À commencer par leur mépris affiché pour la contreculture… »

Elvis représente le premier artiste que j’ai admiré et que j’admire toujours. Lorsque j’étais enfant, beaucoup écoutaient Dorothée ou Chantal Goya (une époque sans doute lointaine pour certains nettement encore trop jeunes !) mais dès mes six ans, j’ai été submergée par l’homme et le personnage charismatique que représentait Elvis. The King : un mythe toujours unique et irremplaçable !

Le film de Liza Johnson retrace une rencontre totalement improbable entre l’icône Elvis et le président Nixon. Deux personnages énigmatiques que tout oppose et dont la finalité de cette entrevue, dans le fameux bureau ovale, ne pouvait être imaginée.

Certes, au premier abord, le spectateur (encore plus s’il est fan) ne pourra qu’être dérouté par le choix de Michael Shannon pour incarner Elvis. En effet, il ne lui ressemble nullement physiquement et pourtant l’acteur réussit parfaitement à retranscrire la personnalité du chanteur, l’aura qui émanait de lui. Quant à l’excellent Kevin Spacey, il demeure impérial dans le rôle de Nixon, président tant détesté, en détournant à souhait les subtilités de son personnage.

Qu’importe si la réalité de ce rendez-vous est véritablement retranscrite, cela demeure un moment absolument incroyable dans son déroulement tant cette histoire véridique semble rocambolesque entre ces célébrités improbables. Ce duo, particulièrement réussi, porte totalement le film sur ses épaules et permet d’offrir une réelle comédie vraiment drôle, légèrement loufoque.

Une rencontre de haute voltige entre ces deux symboles de l’Amérique, qui allie de l’humour piquant et un jeu subtil entre les ego des protagonistes.

Je ne veux pas manquer le paradis à cause d’un détail technique. »

Elvis Presley

Le voyage de Fanny

252348_jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

« Du haut de ses 12 ans, Fanny a la tête dure ! Mais c’est surtout une jeune fille courageuse qui, cachée dans un foyer loin de ses parents, s’occupe de ses deux petites sœurs. Devant fuir précipitamment, Fanny prend alors la tête d’un groupe de huit enfants, et s’engage dans un dangereux périple à travers la France occupée pour rejoindre la frontière suisse. Entre les peurs, les fous rires partagés et les rencontres inattendues, le petit groupe fait l’apprentissage de l’indépendance et découvre la solidarité et l’amitié… »

Inspiré du roman autobiographique « Le journal de Fanny » de Fanny Ben-Ami, cet incroyable film de Lola Doillon évoque l’exode authentique des réfugiés et le triste sort de leurs enfants durant la tourmente de la guerre… Un sujet, hélas, toujours tristement d’actualité.

Cependant, malgré un scénario malheureusement assez classique face au contexte historique, le bonheur naïf et la joie de cette magnifique troupe d’enfants permettent d’alléger énormément la tragédie du récit, en proposant de riches instants en émotions.

À la fois combative, intelligente et obstinée, l’actrice Léonie Souchaud (qui crève littéralement l’écran) excelle dans son rôle d’héroïne, dirigeant ainsi formidablement cette folle équipée. En effet, elle caractérise merveilleusement cette âme d’enfant devenant courageusement adulte afin d’affronter des situations tragiques… Véritable symbole de l’enfance fracassée par l’effroi.

Au gré d’une immersion au sein de magnifiques paysages, entre humour et réflexion, voici un divertissement familial qui représente une bouleversante aventure humaine, offrant aussi une vision parfois poétique, mais toujours sensible et émouvante, grâce à un aspect pédagogique salvateur.

Le rire dans l’enfance est toujours près des larmes. »

Ernest Legouvé

1 2