Posts Tagged ‘héros’

San Andreas

sanadreas

« Lorsque la tristement célèbre Faille de San Andreas finit par s’ouvrir, et par provoquer un séisme de magnitude 9 en Californie, un pilote d’hélicoptère de secours en montagne et la femme dont il s’est séparé quittent Los Angeles pour San Francisco dans l’espoir de sauver leur fille unique. Alors qu’ils s’engagent dans ce dangereux périple vers le nord de l’État, pensant que le pire est bientôt derrière eux, ils ne tardent pas à comprendre que la réalité est bien plus effroyable encore… »

Brad Peyton réalise un excellent film catastrophe qui en met plein les yeux sur un tremblement de terre filmé avec un rare réalisme.

Même si le scénario de ce long-métrage, concernant cette faille dans la plaque tectonique qui longe la Californie, se révèle énormément prévisible, cependant cette superproduction nous procure un moment de détente absolue.

Les fans de Dwayne Johnson seront enchantés par ses exploits héroïques et sa musculature irréprochable. Quant à la talentueuse Alexandra Daddario, elle représente un atout charme non négligeable.

Du grand spectacle avec des effets spéciaux hallucinants !

Ce film catastrophe destiné exclusivement à produire du sensationnel lié à des émotions instantanées (mais fugaces) démontre toutefois la fragilité de notre Terre et la vulnérabilité de ses habitants face aux catastrophes naturelles.

En y réfléchissant suffisamment, l’on peut se demander à quelle frontière se situe la part de fantastique et celle d’une réalité concrète dont la date est encore incertaine.

La terre n’est qu’un grain de sable dans le désert infini des mondes. »

Anatole France

Avengers : l’ère d’Ultron

Avengers

« Alors que Tony Stark tente de relancer un programme de maintien de la paix jusque-là suspendu, les choses tournent mal et les superhéros Iron Man, Captain America, Thor, Hulk, Black Widow et Hawkeye vont devoir à nouveau unir leurs forces pour combattre le plus puissant de leurs adversaires : le terrible Ultron, un être technologique terrifiant qui s’est juré d’éradiquer l’espèce humaine. Afin d’empêcher celui-ci d’accomplir ses sombres desseins, des alliances inattendues se scellent, les entraînant dans une incroyable aventure et une haletante course contre le temps… »

Près de 2h30 de spectacle non-stop pour ce deuxième « Avengers » dont le retour était vivement attendu. Les fans trépignaient d’impatience et l’attente en valait la peine. Ce nouvel opus est tout bonnement un excellent blockbuster, dont l’histoire est étoffée, plus rythmée avec des personnages approfondis.

Dans cette suite, on retrouve avec plaisir l’équipe de superhéros du premier volet : Robert Downey Jr, Mark Rufffalo, Chris Evans, Chris HemsWorth, Scarlett Johansson …

Comme toujours, ce film regorge d’action à couper le souffle, de scènes de cascades spectaculaires, de combats époustouflants et une bonne dose d’humour à la sauce Marvel.

La 3D en met plein les yeux, encore plus, si comme moi vous avez la chance de pouvoir profiter de la nouvelle technologie d’un fauteuil DBOX. Magiiiiique ! Le fauteuil, super confortable, vibre en même temps que les scènes du film, les sensations se révèlent alors encore plus intenses.

Avec ce deuxième volet, Joss Whedon orchestre ici un époustouflant, surexcité et imaginatif long-métrage. Un divertissement spectaculaire pour les fans de l’univers Marvel !

La violence sucrée de l’imaginaire console tant bien que mal de la violence amère du réel. »

Roland Topor

American Sniper

American-Sniper-affiche-14397

«Tireur d’élite des Navy SEAL, Chris Kyle est envoyé en Irak dans un seul but : protéger ses camarades. Sa précision chirurgicale sauve d’innombrables vies humaines sur le champ de bataille et, tandis que les récits de ses exploits se multiplient, il décroche le surnom de « La Légende ». Cependant, sa réputation se propage au-delà des lignes ennemies, si bien que sa tête est mise à prix et qu’il devient une cible privilégiée des insurgés. Malgré le danger, et l’angoisse dans laquelle vit sa famille, Chris participe à quatre batailles décisives parmi les plus terribles de la guerre en Irak, s’imposant ainsi comme l’incarnation vivante de la devise des SEAL : « Pas de quartier ! » Mais en rentrant au pays, Chris prend conscience qu’il ne parvient pas à retrouver une vie normale.»

Le nouveau film de Clint Eastwood, en qualité de réalisateur, est enfin sorti en salles et bien avant sa projection au cinéma, la polémique enflait déjà.

Certes, chacun a sa propre opinion concernant la guerre en Irak, toutefois le spectateur pour apprécier toute la psychologie de ce long-métrage devra, auparavant, se débarrasser littéralement de ses préjugés afin d’être objectif et apte au débat (sans doute conflictuel) que suscite ce film. Difficile pourtant de rester neutre face à un tel sujet : glorifier en héros ce tireur d’élite « légendaire » ou le décrier en simple tueur sanguinaire, responsable de 160 morts ? That is the question !

Cette adaptation impressionnante du livre de Chris Kyle « American Sniper : l’autobiographie du sniper le plus redoutable de l’histoire militaire américaine » se révèle intense. Un rythme soutenu, des images percutantes, parfois provocantes, une tension palpable. La réalisation et la mise en scène sont impeccables avec un Bradley Cooper méconnaissable, virulent, totalement habité par le personnage. Une brillante performance d’acteur !

Cependant, ce film, diablement controversé, représente principalement une ouverture sur la déshumanisation des hommes, ces soldats confrontés à la guerre et dépourvus de sensibilité dans leurs combats, hantés par des traumatismes psychologiques irrémédiables (dont le stress post-traumatique) lors du retour dans une vie réelle et paisible.

Clint Eastwood, cinéaste magicien, toujours autant contestataire et indéniablement rusé, arrive encore une fois à nous provoquer une profonde réflexion, aux questions tortueuses et aux réponses encore plus ambigües.

Regrettable cependant de ne pas creuser plus la discussion idéologique sur la manière de combattre le terrorisme et approfondir le sujet concernant l’avenir des soldats revenants avec leurs séquelles incommensurables nécessitant un suivi médical indispensable pour combler, apaiser, espérer guérir les chocs psychiques et autres dégâts émotionnels liés à la guerre et aux choix imposés. Comment reprendre une existence sereine après l’horreur absolue ?

Poignant, émouvant, dérangeant, parfois exagérément patriotique : les défauts restent les qualités de ce film.

À la guerre, on tue non pour tuer, mais pour ne pas être tué.”

Henri Brialmont

Bob l’Éponge – le Film : un héros sort de l’eau

BOB+L+EPONGE+LE+FILM+UN+HEROS+SORT+DE+L+EAU+-3D

« Tout baigne à Bikini Bottom pour Bob l’éponge, l’éternel optimiste et ses amis: Patrick l’étoile de mer fidèle, Carlo le calamar égoïste, Sandy l’écureuil et Monsieur Krabs, le crustacé obsédé par l’argent ! Cependant tout bascule quand la recette du pâté de crabe est volée par le diabolique pirate Steak Barbare (et les mouettes qui ne le quittent jamais…) ! Pour sauver leur monde, Bob et ses amis vont unir leurs forces (avec l’aide de Plankton, l’ennemi de toujours !) et débarquer dans le nôtre ! Transformés en superhéros, ils vont apprendre à maîtriser leurs superpouvoirs, mais … ça va faire des vagues ! »

Accompagnée d’un jeune enfant de 6 ans qui trépigne d’impatience de voir enfin son héros jaune sur grand écran, je vous conseille d’éviter de le gaver de soda et de pop-corn, l’excitation étant déjà à son paroxysme. Par contre, n’hésitez pas à vous munir de provisions pour vous, adulte peu préparé à affronter un tel film… Au moins, la mastication vous occupera un certain moment !

L’humour peut être tordant, réellement hilarant, uniquement si l’on apprécie particulièrement la série. Dans le cas contraire, pour ceux qui visualisent une éponge, uniquement sur le bord de l’évier de cuisine, il se révélera lourd et grotesque.

Totalement absurde et régressif, mais une véritable pépite de situations joyeuses et cocasses pour tout spectateur, en culotte courte ou non, se régalant des péripéties de Bob à la télévision. En effet, le rythme est frénétique, les images en 3D – entrecoupées d’images réelles – vraiment réussies, il est alors difficilement possible de s’ennuyer.

Un agréable délire, avec de multiples gags, parfois au second degré, qui devraient satisfaire les fans, quel que soit leur âge. Pour les autres… Courage pendant 1h30 !

Il faut affronter la réalité avec une pointe d’humour ; autrement on passe à côté. »

Lawrence Durrell

1 2 3 4