Posts Tagged ‘enfant’

Les Minions

les minions

« A l’origine de simples organismes monocellulaires de couleur jaune, les Minions ont évolué au cours des âges au service de maîtres plus abjectes les uns que les autres. Les disparitions répétitives de ceux-ci, des tyrannosaures à Napoléon, ont plongé les Minions dans une profonde dépression. Mais l’un d’eux, prénommé Kevin, a une idée. Flanqué de Stuart, l’adolescent rebelle et de l’adorable petit Bob, Kevin part à la recherche d’un nouveau patron malfaisant pour guider les siens. Nos trois Minions se lancent dans un palpitant voyage qui va les conduire à leur nouveau maître : Scarlet Overkill, la première superméchante de l’histoire. De l’Antarctique au New York des années 60, nos trois compères arrivent finalement à Londres, où ils vont devoir faire face à la plus terrible menace de leur existence : l’annihilation de leur espèce. »

La principale qualité de ces trois minions se symbolise justement par « des êtres » vraiment mignons. Dans « Moi, Moche et Méchant », les minions coloraient le décor et n’étaient nullement identifiables. À présent, ces trois petits adorables gnomes jaunes à lunettes et salopettes bleues prennent réellement vie dans ce dessin animé, devenant ainsi terriblement attachants et personnalisés : Stuart, Kevin et Bob (vraiment trop mimi !)

Ce nouveau film de Pierre Coffin explose d’ingéniosité, le spectateur est séduit par les nombreuses références cinématographiques ou musicales et les divers clins d’œil nostalgiques. Le scénario reste très épuré, mais l’animation révèle véritablement l’envie de s’éclater naïvement et d’exciter nos zygomatiques. Pas de prise de tête, une aventure généreuse sans chercher une réelle trame narrative.

Ce film enchaine de multiples gags qui séduiront principalement les plus petits. Totalement enfantin, avec un côté burlesque appréciable et une animation trépidante. Il y a là la magie des films muets de par cet attrait visuel.

Un concentré de bonne humeur contagieuse, saupoudré d’une bonne dose (bien grasse) d’humour potache.

Rien de transcendant, cependant impossible de ne pas craquer littéralement … C’est vrai qu’ils sont vraiment « minions » !

Il y a les amis, il y a la famille, puis il y a les amis qui deviennent une famille. »

Les Minions

L’insouciance de la jeunesse

Comme vous pouvez l’imaginer, j’aime profondément (et presque constamment) mon fils adoré, mais je dois bien l’admettre : être parent d’un adolescent de 15 ans se révèle parfois –souvent ? – énormément difficile et épuisant. Ce grand gaillard, qui me dépasse d’une tête, égaye quotidiennement mes journées en ayant une créativité débordante pour toutes les situations farfelues. Un véritable concentré de folklore ! L’inventivité est un art dans lequel il excelle.

Sa phrase préférée du moment est : « T’inquiètes, je gère ! » Évidemment, cela reste en théorie et non en pratique.

Pourtant, j’ai le sentiment de m’être grandement adaptée au florilège d’élucubrations de mon fils. Régulièrement, je tente, en expérimentant la respiration ventrale et la méditation, de rester souriante et conciliante (dans l’espoir secret d’obtenir ainsi le titre de « mère la plus cool ») tout en me persuadant que cette phase délicate passera un jour ou l’autre (si possible le plus rapidement), et si ce n’est pas le cas, j’envisage sereinement, dès l’âge de sa majorité, une union avec la première personne intéressée par le spécimen !

Malgré mes efforts pour contenir ma lassitude, mon intense ouverture d’esprit est cependant tuée dans l’œuf très fréquemment et beaucoup trop souvent.

Dernièrement, mon fils a décidé de partir avec des copains à Aix en Provence pour faire les boutiques… Son passe-temps favori depuis quelques mois. Les mecs sont presque plus coquets que les filles maintenant !

(suite…)

Bob l’Éponge – le Film : un héros sort de l’eau

BOB+L+EPONGE+LE+FILM+UN+HEROS+SORT+DE+L+EAU+-3D

« Tout baigne à Bikini Bottom pour Bob l’éponge, l’éternel optimiste et ses amis: Patrick l’étoile de mer fidèle, Carlo le calamar égoïste, Sandy l’écureuil et Monsieur Krabs, le crustacé obsédé par l’argent ! Cependant tout bascule quand la recette du pâté de crabe est volée par le diabolique pirate Steak Barbare (et les mouettes qui ne le quittent jamais…) ! Pour sauver leur monde, Bob et ses amis vont unir leurs forces (avec l’aide de Plankton, l’ennemi de toujours !) et débarquer dans le nôtre ! Transformés en superhéros, ils vont apprendre à maîtriser leurs superpouvoirs, mais … ça va faire des vagues ! »

Accompagnée d’un jeune enfant de 6 ans qui trépigne d’impatience de voir enfin son héros jaune sur grand écran, je vous conseille d’éviter de le gaver de soda et de pop-corn, l’excitation étant déjà à son paroxysme. Par contre, n’hésitez pas à vous munir de provisions pour vous, adulte peu préparé à affronter un tel film… Au moins, la mastication vous occupera un certain moment !

L’humour peut être tordant, réellement hilarant, uniquement si l’on apprécie particulièrement la série. Dans le cas contraire, pour ceux qui visualisent une éponge, uniquement sur le bord de l’évier de cuisine, il se révélera lourd et grotesque.

Totalement absurde et régressif, mais une véritable pépite de situations joyeuses et cocasses pour tout spectateur, en culotte courte ou non, se régalant des péripéties de Bob à la télévision. En effet, le rythme est frénétique, les images en 3D – entrecoupées d’images réelles – vraiment réussies, il est alors difficilement possible de s’ennuyer.

Un agréable délire, avec de multiples gags, parfois au second degré, qui devraient satisfaire les fans, quel que soit leur âge. Pour les autres… Courage pendant 1h30 !

Il faut affronter la réalité avec une pointe d’humour ; autrement on passe à côté. »

Lawrence Durrell

Babysitting

babysitting

Gros battage médiatique pour le film « Babysitting », beaucoup de critiques positives, mais aussi négatives. Bref, plutôt dans le doute, peu convaincue, pas réellement envie de le visionner, mais besoin tout de même de me faire ma propre opinion, j’ai donc accompagné mon fils, sans grande conviction.

Un sale gosse capricieux, Rémy, confié, par le papa,  à un employé soi-disant « modèle » le temps d’un week-end. Ce dernier, Franck, se révèle être un trentenaire quelque peu déjanté. Suite à la disparition du fameux baby-sitter et de leur rejeton, la police a retrouvé une caméra qui permet alors aux parents de visionner, avec horreur, les images tournées pendant la soirée.

Grosse surprise !

Peu conventionnelle, cette comédie, non sans rappeler certaines superproductions américaines telles que « Very Bad Trip » et « Projet X », est une recette simple, banale, mais cela fonctionne merveilleusement. En effet, ce film comporte des scènes hilarantes et même si l’humour reste potache (ambiance crises de rires hystériques avec les potes lors d’une soirée), mon fils a bien rigolé pendant toute la projection. Effectivement, impossible de ne pas faire travailler ses zygomatiques !

Avec les plans filmés « caméra au poing », le spectateur s’éclate et part en vrille avec Franck et Rémi. Des acteurs très prometteurs qui arrivent à nous transporter dans de multiples situations totalement absurdes. Complètement fou, bien rythmé, décalé et très rafraichissant.

Un film drôle, efficace, qui se déguste juste pour le plaisir de profiter, sans penser.

Le trop de confiance attire le danger. »

Pierre Corneille

1 2 3