Posts Tagged ‘courage’

Room

afficheroom

« Jack, 5 ans, vit seul avec sa mère, Ma. Elle lui apprend à jouer, à rire et à comprendre le monde qui l’entoure. Un monde qui commence et s’arrête aux murs de leur chambre, où ils sont retenus prisonniers, le seul endroit que Jack ait jamais connu. L’amour de Ma pour Jack la pousse à tout risquer pour offrir à son fils une chance de s’échapper et de découvrir l’extérieur, une aventure à laquelle il n’était pas préparé. »

Inspiré du roman éponyme d’Emma Donoghue, traitant d’un célèbre fait divers macabre autrichien, ce film de Lenny Abrahamson dévoile un véritable thriller psychologique, se déroulant en deux phases. Dans cette histoire malsaine, poignante et pourtant terriblement touchante, seul l’amour transparait continuellement en fil conducteur, tant ce huis clos physique et intellectuel est oppressant, déroutant.

L’actrice phénoménale Brie Larson (récompensée notamment d’un Oscar, largement mérité, pour sa bouleversante prestation) est tout simplement époustouflante de justesse, émouvante en maman-courage, tentant de survivre constamment pour l’unique amour inconditionnel de son fils. Ce dernier, le jeune et adorable Jacob Tremblay excelle en enfant candide et spectateur de cette vie qui l’entoure, cette prison qui ne lui semble pas exister… Lui aussi méritait amplement une statuette tant sa performance est spectaculaire ! En effet, on plonge inévitablement dans son regard subjuguant, ses grands yeux vibrants d’émotion, de fascination et d’effroi.

Dans la première partie, le spectateur comprend peu à peu la situation tragique, espère avec cette maman et son enfant, lutte avec eux dans cet instinct de survie, protecteur et sauvage, puis garde espoir en leur évasion… Dans la seconde, le constat est différent. Certes, cette découverte de monde extérieur, l’exploration de simples petits plaisirs inconnus durant leur détention, les retrouvailles familiales offrent un véritable cocon de douceur en expérimentant une nouvelle adaptation. Cependant, même si une liberté physique est la racine d’une future renaissance, la reconstruction morale ne reste jamais acquise face à ce genre de traumatisme.

Un film original, touchant, sensible et poétique dans sa perspective humaine. À découvrir absolument !

La liberté est le fruit de l’intelligence et de l’amour. »

Félicité Robert de Lamennais

Nous Trois ou Rien

nous trois

« D’un petit village du sud de l’Iran aux cités parisiennes, Kheiron nous raconte le destin hors du commun de ses parents Hibat et Fereshteh, éternels optimistes, dans une comédie aux airs de conte universel qui évoque l’amour familial, le don de soi et surtout l’idéal d’un vivre-ensemble. »

Souvent on guide nos pas vers les salles obscures pour passer le temps, se vider la tête, fantasmer sur une célébrité ou simplement savourer les fameux pop corn… Avec ce film magistral, il ne s’agit pas de combler un piètre trou dans un planning, il faut absolument trouver un instant dans le quotidien pour courir le voir.

Le scénario regorge de richesse et d’originalité en racontant l’histoire vraie du papa du réalisateur Kheiron, qui signe ici son premier film. Son témoignage précis rend un véritable hommage à cet homme extraordinaire. Une authentique preuve d’amour entremêlant à la fois tristesse, joie, humour et horreur.

Cette vie portée sur grand écran m’a complètement bouleversée. Les acteurs sont extraordinaires : Gérard Darmon et Zabou Breitman, les parents, jouent avec brio la corde sensible bercée d’une douceur apaisante, sans jamais succomber aux clichés tandis que Leïla Bekhti exprime l’étendue de son immense talent dans ce rôle poignant, incontestablement le plus remarquable de sa carrière.

Le spectateur subjugué arriverait presque à en oublier que ce périple d’une existence a réellement été vécu tant ce film, débordant d’amour, représente un conte de Noël en raison de son optimiste, sa tolérance et son humilité profonde dans l’apprentissage du vivre ensemble. Une magnifique leçon de vie, porteuse d’un message d’espoir, sur l’intégration des immigrés, sujet actuellement hautement sensible et à polémique médiatique.

Certainement l’une des plus belles comédies dramatiques de cette fin d’année. Une pépite cinématographique rare ! À voir impérativement.

La famille, c’est l’amour sans regrets et sans amertume. »

Ninon de Lenclos

1 2