Posts Tagged ‘combat’

Discount

discount

« Pour lutter contre la mise en place de caisses automatiques qui menacent leurs emplois, les employés d’un Hard Discount créent clandestinement leur propre « Discount alternatif », en récupérant des produits qui auraient dû être gaspillés. »

Après le fabuleux film « La famille Bélier », le cinéma français offre un nouveau petit joyau avec « Discount », véritable long-métrage « coup de poing », porteur d’un message constructif via une rébellion positive.

Le film de Louis-Julien Petit dénonce habilement les abus de notre société de consommation, plus principalement le gaspillage alimentaire, mais aussi le manque d’humanité des supermarchés face à leurs employés.

Tout se jette, de la denrée périssable à l’être humain, si le besoin n’existe plus ! La rentabilité prime systématiquement au détriment du personnel. Argent, argent, argent… Toujours et encore plus.

Ainsi, il représente une délicieuse comédie sociale, à l’humour attachant avec de vives émotions non larmoyantes. Le spectateur reste dans la découverte des combats de ces courageux salariés sans basculer dans le pathos.

Les acteurs, peu connus du grand public (Corinne Masiero, Olivier Barthelemy), se révèlent tous terriblement réalistes et effacent joyeusement les quelques imperfections et incohérences du scénario.

Un magnifique esprit de solidarité dans une conjoncture difficile où règnent la crise économique et l’individualisme. Une chronique sociale jouissive dans l’ère du temps.

Un film sans prétention, seulement touchant et percutant. Une belle leçon d’humilité !

La consommation est devenue la morale de notre monde. »

Jean Baudrillard

Astérix : le domaine des Dieux

asterixaffiche-cd178

Comme tous les ans, période de fin d’année oblige, plusieurs films d’animation vont apparaitre sur les grands écrans. Par conséquent, le retour d’Astérix va se charger de divertir et satisfaire un large public lors de ses nouvelles aventures… sans réel enthousiasme de ma part. En effet, seul l’excellentissime « Mission Cléopatre » d’Alain Chabat m’avait enjouée auparavant, les autres aventures du petit Gaulois étaient, selon moi, fades et laborieuses.

Astérix revient donc en force (avec ou sans potion magique) dans le nouveau film d’animation, en 3D, écrit par le brillantissime et Louis Clichy.

« Nous sommes en 50 avant Jésus-Christ ; toute la Gaule est occupée par les Romains… Toute ? Non ! Car un village peuplé d’irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l’envahisseur. Exaspéré par la situation, Jules César décide de changer de tactique : puisque ses armées sont incapables de s’imposer par la force, c’est la civilisation romaine elle-même qui saura séduire ces barbares Gaulois. Il fait donc construire à côté du village un domaine résidentiel luxueux destiné à des propriétaires romains. : « Le Domaine des Dieux  ». Nos amis gaulois résisteront-ils à l’appât du gain et au confort romain ? Leur village deviendra-t-il une simple attraction touristique ? Astérix et Obélix vont tout faire pour contrecarrer les plans de César. »

Au-delà des images qui sont magnifiques et enchanteront n’importe quelle tranche d’âge de spectateurs, les adultes eux percevront les messages écologiques de notre époque et les petites références politiques, parfois sarcastiques, tellement contemporaines. Bref, un sujet intemporel !

De plus, ce dessin animé reste vraiment fidèle à la BD de Goscinny et Uderzo. Obélix est certainement le grand perdant de ce nouvel opus, son personnage reste moins attachant et le doublage-voix est quelque peu navrant. Dommage !

Cependant, un véritable divertissement familial, bien rythmé, avec une bonne dose d’humour et de modernité.

À ne pas louper, par Toutatis !

Ils sont fous, ces humains !  »

Astérix (La Zizanie, Tome 15)

Hunger Games – La Révolte : Partie 1

hg

« Katniss Everdeen s’est réfugiée dans le District 13 après avoir détruit à jamais l’arène et les Jeux. Sous le commandement de la Présidente Coin, chef du district, et suivant les conseils de ses amis en qui elle a toute confiance, Katniss déploie ses ailes pour devenir le symbole de la rébellion. Elle va se battre pour sauver Peeta et libérer le pays tout entier, à qui son courage a redonné espoir.»

Ce troisième et avant-dernier volet adapté des best-sellers de Suzanne Collins (aujourd’hui la mode cinématographique est de faire durer le plaisir et d’autant plus le suspense en coupant en deux parties un dernier épisode) se révèle différent des deux premiers. En fait, il nous prépare à la bataille finale pour détruire le Capitole. Des scènes d’action grandioses sont donc à prévoir… Patience !

Le rythme est cependant moins soutenu et l’histoire plus sombre. La stratégie politique pour la préparation à la rébellion a pris le pas sur l’action réelle. Le combat pour la liberté est lancé, un jeu psychologique s’installe progressivement. Même si Jennifer Lawrence est toujours excellente dans son rôle d’héroïne, séductrice à souhait, ce film de transition reste assez répétitif.

Comme une chose annoncée dès le début de la projection, on reste sur notre faim en ayant envie de découvrir l’ultime épisode final. Un sentiment d’inachevé qui peut soit susciter l’envie de voir ce dernier opus, soit lassé indéniablement le spectateur.

Rendez -vous dans un an !

Se révolter ou s’adapter, il n’y a guère d’autre choix dans la vie. »

Gustave Le Bon

Les Gardiens de la Galaxie

Gardiens-Galaxie-140517

Devant le succès phénoménal de ce film, je me suis décidée tardivement, plus d’un mois après sa sortie, à le voir, principalement pour faire plaisir à mon fils adoré. Comme on dit, il n’est jamais trop tard…

J’avoue que la bande-annonce et son scénario improbable ne m’avaient pas pleinement convaincue. Dans mon for intérieur, je pensais : encore un Marvel !

« Peter Quill est un aventurier traqué par tous les chasseurs de primes pour avoir volé un mystérieux globe convoité par le puissant Ronan, dont les agissements menacent l’univers tout entier. Lorsqu’il découvre le véritable pouvoir de ce globe et la menace qui pèse sur la galaxie, il conclut une alliance fragile avec quatre aliens disparates : Rocket, un raton laveur fin tireur, Groot, un humanoïde semblable à un arbre, l’énigmatique et mortelle Gamora, et Drax le Destructeur, qui ne rêve que de vengeance. En les ralliant à sa cause, il les convainc de livrer un ultime combat aussi désespéré soit-il pour sauver ce qui peut encore l’être … »

Je dois reconnaitre que ce film de James Gunn, mêlant science-fiction et action, aux scènes spectaculaires, est une excellente réalisation où l’humour omniprésent est un pur régal.

Très bonne surprise !

Les acteurs, dont Chris Pratt, Zoe Saldana (qui se grime d’une couleur de peau verte, après le bleu d’Avatar), Dave Bautista sont remarquables en tant que superhéros losers.

Ce film original change des blockbusters habituels et regorge de scènes drôles avec ses personnages hétéroclites (un raton laveur qui parle, un arbre humanoïde…), un pur régal pour toute la famille.

De plus, ce long-métrage possède une bande-son incroyable et les références à la culture des années 80 y sont excellentes. Plein de clins d’œil à une certaine société, avec un rythme endiablé et prenant.

Fun, divertissant et attachant !

Son succès à la tête du box-office américain en 2014 est justifié et amplement mérité.

L’humour est un antalgique, on l’utilise quand on a mal. »

Jean-Louis Fournier

1 2 3 4