Posts Tagged ‘cohabitation’

Marie-Francine

arton34628

« Trop vieille pour son mari, de trop dans son boulot, Marie-Francine doit retourner vivre chez ses parents… … à 50 ans ! Infantilisée par eux, c’est pourtant dans la petite boutique de cigarettes électroniques qu’ils vont lui faire tenir, qu’elle va enfin rencontrer Miguel. Miguel, sans oser le lui avouer, est exactement dans la même situation qu’elle. Comment vont faire ces deux-là pour abriter leur nouvel amour sans maison, là est la question… »

Rien que le titre attrayant de ce film fleure bon la comédie française romantique. On devine déjà combien la charmante héroïne vivra de nombreux bouleversements du cœur suite à cet aléa majeur dans sa vie. Ainsi, tout perdre à l’âge de la cinquantaine, et se retrouver telle une enfant à devoir retourner vivre chez ses parents, exprime un message social d’actualité encore risible par certains, pourtant tellement révélateur du malaise de notre société contemporaine. Sur fond de nostalgie, le conflit générationnel promet bien des étincelles ainsi que des éclats de rire !

Totalement fan de la femme atypique et actrice Valérie Lemercier, j’ai de nouveau succombé à son style décalé, son humour cinglant inégalable, ses émotions qu’elle laisse transparaitre naturellement d’un simple regard, son élégance charismatique et son don des mots qu’elle énonce toujours avec une certaine magie poétique. Face à elle, l’acteur Patrick Timsit se révèle surprenant dans un rôle de dragueur, en totale opposition au registre dans lequel il se cantonne habituellement. Concernant les indétrônables parents, la merveilleuse Hélène Vincent et l’attachant Philippe Laudenbach sont délicieusement excellents.

Voici un très beau film, tendre, piquant et émouvant… Enfin, une agréable bouffée de bonheur dans le cinéma français. Divin !

Grandir sa vie, c’est servir ses parents. »

Amadou Koné

L’Etudiante et Monsieur Henri

monsieur

« A cause de sa santé vacillante, Monsieur Henri ne peut plus vivre seul dans son appartement parisien. Particulièrement bougon, il finit néanmoins par accepter la proposition de son fils Paul de louer une chambre à une jeune étudiante. Loin de tomber sous le charme, Henri va se servir d’elle pour créer un véritable chaos familial… »

Personnellement, depuis toute petite et totalement accro à « La Boum », Claude Brasseur représente un peu mon papa de cinéma. Sa voix reconnaissable, son côté un peu ronchon et pourtant bien français lui confèrent inévitablement un charisme inégalable. Encore une fois, il exprime l’immensité de son talent légendaire dans cette réalisation d’Ivan Calbérac.

Dans ce conflit de générations, la jeune actrice Noémie Schmidt se révèle particulièrement convaincante et les seconds rôles demeurent tout aussi attachants. La cohabitation semble difficile, mais elle recèle de moments hilarants, saisissants et terriblement poignants. La justesse des dialogues confère tout le bien-fondé de ce long-métrage sur les rapports humains intergénérationnels. En effet, il est souvent complexe d’exprimer ouvertement l’amour et d’accepter la rencontre imposée par le destin… Difficile d’accepter de baisser la garde !

Ce film tendre est une dose grandiose de bonheur. Entre rires et chaudes larmes, le spectateur succombe à la délicatesse et à la finesse du scénario. La bande-son prend aussi définitivement part à l’histoire et nous transporte intelligemment.

Simplement touchant tant la beauté des sentiments s’exprime dans ces personnages remarquables. Un film émouvant  empreint d’une magnifique sagesse, qui chamboule le cœur.

Il n’existe pas de conflits de générations, il n’y a que de l’intolérance. »

Renée Garneau