Posts Tagged ‘choix’

L’Ascension

277478

« Pour toi, je pourrais gravir l’Everest ! » Samy aurait mieux fait de se taire ce jour-là… D’autant que Nadia ne croit pas beaucoup à ses belles paroles. Et pourtant… Par amour pour elle, Samy quitte sa cité HLM et part gravir les mythiques 8848 mètres qui font de l’Everest le Toit du monde. Un départ qui fait vibrer ses copains, puis tout le 9-3 et c’est bientôt la France entière qui suit avec émotion les exploits de ce jeune mec ordinaire, mais amoureux. A la clé, un message d’espoir : à chacun d’inventer son avenir, puisque tout est possible. »

Avec ce premier long métrage, Ludovic Bernard présente ici une libre adaptation du livre « Un tocard sur le toit du monde » de Nadir Dendoune, inspiré d’une histoire vraie, même si cette dernière semble totalement invraisemblable puisque tellement rocambolesque.

Cette fantastique comédie, à la fois d’aventure et sentimentale, vient d’être récompensée du Grand Prix et Prix du Jury au Festival de l’Alpe d’Huez. Elle relate le défi amoureux d’un jeune banlieusard de cité n’ayant jamais approché une montagne, pourtant en décrochant ainsi l’Everest il réussit principalement à guider sa propre vie vers le sommet de ses rêves.

Entre rires et larmes, avec pour décor de somptueux paysages et images sensationnelles du Népal, le spectateur vibre émotionnellement avec l’excellent acteur et humoriste Ahmed Sylla (un Nantais, yes !) déconcertant de naturel et de sensibilité. Un premier rôle au cinéma très prometteur…

Ce film tendre, social, et finalement original, offre de multiples surprises émouvantes et diverses situations cocasses. Un véritable road-movie poignant, terriblement « feel good », qui insuffle du baume au cœur.

Un petit conseil… N’hésitez pas à embarquer rapidement dans ce beau voyage initiatique !

Mon cœur t’a choisi, et ma raison approuve le choix de mon cœur. »

George Sand

Ballerina

affiche-ballerina

« Félicie est une jeune orpheline bretonne qui n’a qu’une passion : la danse. Avec son meilleur ami Victor qui aimerait devenir un grand inventeur, ils mettent au point un plan rocambolesque pour s’échapper de l’orphelinat, direction Paris, ville lumière et sa Tour Eiffel en construction ! Félicie devra se battre comme jamais, se dépasser et apprendre de ses erreurs pour réaliser son rêve le plus fou : devenir danseuse étoile à l’Opéra de Paris… »

Ce sympathique film d’animation français est réalisé par Eric Summer et Eric Warin. Cette belle histoire, dont la trame n’a rien à envier aux dessins animés Walt Disney, présente une épopée romanesque aux fortes valeurs morales. Émotions, amitié, tendresse et humour symbolisent le parcours des protagonistes sur un rythme palpitant.

En effet, les décors sont de toute beauté et le voyage entre la Bretagne et l’Opéra offre une magnifique reconstitution d’un Paris haussmannien à la fin du XIXe siècle. Certes, l’adorable héroïne, véritable charmeuse auréolée d’une certaine grâce, se révèle particulièrement attachante tant nous avons aussi envie de croire en la réalisation de son rêve.

Cependant, ce sont certainement les différentes chorégraphies (créées avec minutie par l’ancienne danseuse étoile Aurélie Dupont et son époux, le danseur Jérémie Bélingard) qui époustouflent le spectateur. Au son d’une musique envoutante, entre petits pas, arabesques et autres entrechats, chaque danse se joue d’audace et de perfection devant le travail réalisé soigneusement, entretenu par le désir de la passion.

Un sublime conte qui illuminera d’étoiles le regard des plus petits et offrira de beaux instants de féérie aux plus grands. Un concentré de bonheur au cinéma !

La vie est un rêve, fais en une réalité. »

Mère Teresa

Réparer les vivants

viva

« Tout commence au petit jour dans une mer déchaînée avec trois jeunes surfeurs. Quelques heures plus tard, sur le chemin du retour, c’est l’accident. Désormais suspendue aux machines dans un hôpital du Havre, la vie de Simon n’est plus qu’un leurre. Au même moment, à Paris, une femme attend la greffe providentielle qui pourra prolonger sa vie… »

Adapté brillamment du roman culte de Maylis de Kerangal, ce film touchant, véritable documentaire, présente habilement la transition entre la mort et la vie. Savoir apprendre et accepter le départ impensable d’un être cher tout en approuvant la continuation du futur pour un parfait inconnu.

Dans un cocon de pudeur, la réalisatrice Katell Quillévéré décrit avec justesse les différents instants chirurgicaux, mais aussi psychologiques qui parcourent tout protagoniste face au choix du don d’organes. Qu’importe l’âge réel du donneur ou du receveur, le jugement n’a pas sa place dans cette offrande à un prochain destin. Une belle leçon d’amour devant l’image de ce cœur qui bat !

Au sein d’un casting efficace (Bouli Lanners, Tahar Rahim, Alice Taglioni et Anne Dorval), l’actrice Emmanuelle Seigner se révèle magnifique dans le rôle délicat de la mère de l’adolescent décédé, terriblement poignante lorsque confrontée au tunnel de la mort et la lumière de cette autre existence.

Un film intense, bouleversant, d’une grande humanité et habité d’une vive émotion. Difficile de contenir ses chaudes larmes devant un tel mélodrame ! Même les âmes les moins sensibles ne pourront sincèrement y résister.

Le seul mauvais choix est l’absence de choix. »

Amélie Nothomb

Captain Fantastic

captain-fantastic-affiche-avec-viggo-mortensen-affiche

« Dans les forêts reculées du nord-ouest des Etats-Unis, vivant isolé de la société, un père dévoué a consacré sa vie toute entière à faire de ses six jeunes enfants d’extraordinaires adultes. Mais quand le destin frappe sa famille, ils doivent abandonner ce paradis qu’il avait créé pour eux. La découverte du monde extérieur va l’obliger à questionner ses méthodes d’éducation et remettre en cause tout ce qu’il leur a appris. »

Dans cette fabuleuse fable moderne, totalement utopique, le réalisateur Matt Ross dresse le portrait d’une famille, plutôt marginale, en total retrait du monde réel dit « civilisé ». Cette immersion surprenante au sein de ce foyer extravagant nous offre une belle comédie féérique mettant en relief certaines questions éducatives, sans jamais sombrer dans un côté moralisateur. Ainsi, chacun est libre de son propre jugement et du regard porté sur cette existence hors-norme… Reste à savoir où commence ce semblant de normalité dictée par notre société actuelle ?

En patriarche de cette galerie de portrait d’êtres atypiques, l’acteur Vigo Mortenssen se révèle extraordinaire dans son interprétation sensationnelle. En effet, sa présence charismatique illumine et agrémente merveilleusement ce film tant il compose avec bonheur son personnage de chef de tribu, parfois sectaire ou impuissant face à ses convictions personnelles.

Avec une constante émotion, entre rires et larmes, voici un film d’une rare intelligence, sensible sur l’humanité dans lequel la tolérance n’est pas un vain mot.

Un voyage humain fantastique et percutant !

L’éducation se compose de ce qu’il faut dire et de ce qu’il faut taire. »

Joseph Joubert

1 2 3 4