Posts Tagged ‘bonheur’

PortAventura : parc à thèmes vertigineux

Après la visite de l’immense ville de Barcelone, et afin de clôturer ces petites vacances familiales, il était fort tentant de nous rendre à  PortAventura Park. En effet, situé plus au sud, entre Vila-seca et Salou, à seulement une heure environ de route, ce parc regorge de multiples attractions réparties sur 119 hectares et distribuées en six zones thématiques : Méditerranée, Polynésie, Sésamo Aventura, Chine, Mexique et Far West.

Ouvert de 10 heures à minuit, PortAventura se classe ainsi parmi les plus grands parcs d’Europe et les quarante attractions, proposées dans ces différents mondes, permettent de contenter un large public. Cette année, le parc fête ses 20 ans. Impossible alors de résister à l’appel de cet anniversaire.

Je l’admets volontiers si, tout comme moi, vous aimez les attractions tranquilles et reposantes (à Eurodisney, pour vous situer ma zone de confort, je ne dépasse pas le manège « Les tasses du Chapelier fou » et préfère nettement « Le vol de Peter Pan » ou le monde des poupées « It’s a small world »), vous pourrez courageusement vous diriger vers les diverses boutiques, profiter d’une large gamme de spectacles et admirer les somptueuses plantes et majestueux palmiers qui forment l’atmosphère paradisiaque des Caraïbes.

(suite…)

Bonnes Vacances !

Ce sont huit mois de cette année 2015, riche en émotions, qui viennent de s’écouler. Sincèrement, nous n’avons pas vu le temps passé, et pourtant nous l’avons délicieusement apprécié.

Cependant, impossible de résister à l’appel des vacances qui restent vraiment synonymes de liberté, repos, détente… No stress, seulement du bonheur bien mérité après un trop plein d’occupations.

Ainsi, maintenant, c’est l’occasion de se ressourcer en gardant en mémoire des instants précieux afin de se préparer à affronter la rentrée à venir et les futurs éventuels jours de morosité hivernale qui, concernant le duo du Caillou Rose, devraient être minimisés face au florilège de projets, haut en couleur, qui l’anime.

Durant ce farniente, chacun vit à son propre rythme et tous les goûts sont permis selon le mode d’hébergement choisi : camping, hôtel, location de villa, club de vacances ou tout simplement rester chez soi… Liberté totale ! Quelle joie de n’avoir aucune contrainte, aucune obligation, ni horaire fixe : se délecter alors d’une sincère écoute du corps et de l’esprit. (suite…)

Londres, ville de cœur

Je dois bien l’admettre, même si je tente vainement de me raisonner, qu’importe les innombrables voyages en son sein, cette ville me comble toujours autant. En effet, j’ai souvent le sentiment qu’un lien invisible me guide constamment vers elle, comme un besoin constant d’y revenir, d’y ressourcer mon manque de confiance et de m’imprégner alors de la richesse culturelle qui l’anime.

À maintes reprises, j’y ai vécu de tendres moments, partager de magnifiques visites, rencontrer des amis (et plus si affinités) succomber à des plaisirs culinaires… Tellement d’heures magiques qui ont le goût d’encore. En ce qui me concerne, l’objectivité ne rime pas avec ce lieu, et même si je sais oh combien l’herbe n’est pas plus verte ailleurs, Londres reste mon oasis de bonheur.

Pour la première fois, je la visitais (même en la connaissant profondément, Londres est une cachotière qui garde sournoisement bon nombre de secrets et recoins cachés) avec une amie dont je me sens particulièrement proche. Souvenez-vous, nous nous étions quittées en mai, trépignant d’impatience de nous revoir en juillet et d’arpenter ensemble le sol londonien.

À nous deux, Londres serait différente puisqu’alors elle garderait l’empreinte de nos instants communs.

Inévitablement, nous avons visité de nombreux endroits connus de tous touristes fréquentables, pourtant ils avaient sans cesse la saveur d’une première fois.

(suite…)

Un rayon de soleil

Mon appréhension injustifiée a laissé place à la tristesse de se quitter déjà. Enfin, j’ai rejoint cette relation « virtuelle » non sans quelques craintes, toutefois totalement envolées et infondées lors de nos premiers échanges.

Rien ne nous prédestinait vraiment à nous rencontrer physiquement. Notre lien derrière nos écrans aurait pu se conjuguer encore de nombreuses années. Maintenant, tout semble différent… Parfois, le web, ce monde virtuel sans véritables fondements de valeurs qui se nourrit peu à peu de vanité et de superficialité, offre toutefois un splendide arc-en-ciel relationnel. Une bulle d’oxygène !

Auparavant, en pensant à elle, je ressentais uniquement une forte sympathie à son égard, pourtant, à présent je l’évoque en qualité d’amie proche, terme pourtant employé avec beaucoup de restrictions me concernant de par mon coté sélectif (à mes yeux, la qualité des liens prime sur la quantité). En effet, l’amitié ne s’accorde pas avec une logique tangible, difficile de comprendre pourquoi nous construisons de réelles affinités avec telle ou telle personne ?

Avec elle, je ne peux toujours pas répondre à cette question fondamentale. Depuis elle, je n’évoque plus ces interrogations élémentaires. Simplement, je sais et le ressens.

Quelques modestes jours ont suffi pour que notre complicité soit réciproque, qu’une confiance évidente s’installe entre nous, permettant de partager des sujets parfois intimes, sans jugements et avec beaucoup de rires communiés.  Une étrange sensation de se connaître depuis toujours, de ne pas être seulement une étrangère l’une pour l’autre. Une totale fluidité dans le cours naturel de la vie.

À présent, je l’associe à certains moments de bonheur, je me rappelle avec un sourire aux lèvres certaines expressions de langage, je pense aussi à des moments du quotidien banalement normaux ayant cependant provoqué un débat dans une belle hilarité. Ces rares journées auprès d’elle ont chassé les nuages qui parfois assombrissaient mes pensées.

Spontanément, elle m’a ouvert les portes de sa charmante maison, sa famille (redoutablement formidable) m’a accueillie sans aucune retenue. Tous ont donné une saveur délicieuse au temps partagé, de simples moments insignifiants sont devenus de beaux instants.

Le futur de notre relation reste encore indéfini, mais promet certainement de précieux moments. Comme une évidence, lorsqu’une lumière éclaire vos pas, il n’est plus nécessaire d’avancer à tâtons vers le lendemain.

La seule amitié qui vaille est celle qui naît sans raison. »

Arthur Van Schendel

1 3 4 5 6 7