Posts Tagged ‘bonheur’

Enfin l’été

Avec les premières chaleurs qui parcourent le ciel, c’est définitivement un réel bonheur de pouvoir enfin profiter de journées illuminées, en ayant l’impression que l’été est devenu un hôte permanent dans notre quotidien. Ainsi, s’envelopper de la douceur du soleil qui réchauffe les corps et les âmes, reléguant dans un morne passé les frimas de l’hiver et les tourments de l’automne.

Automatiquement, cette nouvelle saison me procure une sensation de bien-être, m’entrouvre les portes d’une quiétude éternelle pour ces prochains mois… Je renais et me délecte de me laisser vivre en ayant le sentiment de me trouver en vacances, malgré les tumultes de la routine. Juste en scrutant l’horizon, je découvre avec émerveillement la magie des dégradés de couleurs, l’intensité fabuleuse de la lumière. Un coucher de soleil n’est-il pas un instant unique d’une beauté remarquable ?

(suite…)

Au fil de l’amitié, sur la Côte d’Azur

Nostalgique, je viens de quitter mon amie du Sud, emportant un peu de ce soleil précieux qu’elle représente pour moi. Dernièrement, elle me rappelait que cela faisait déjà cinq ans que nous nous connaissions toutes les deux, pourtant j’étais persuadée que notre première rencontre était récente, tout en réfléchissant combien j’ai le sentiment paradoxal de la connaitre depuis toujours. Une évidence ! Cette tendre amitié et notre lien affectif sont presque nés « sur un malentendu », et, à présent, je perçois aisément notre complicité comme une redoutable certitude.

Cette fois-ci, en atterrissant sur le sol de Nice, j’ai vraiment ressenti cette impression merveilleuse d’être « à la maison », je savais qu’en retrouvant les adorables membres de sa famille tellement attachante, je n’aurais pas d’appréhension de les revoir, mais plutôt une forme de tristesse à l’idée de me séparer d’eux prochainement. En effet, tous m’ont accueillie chaleureusement, à bras ouverts, sans les fioritures d’une politesse superficielle, mais avec l’authentique générosité du cœur.

(suite…)

Loin de mon nombril

Tranquillement installée dans mon canapé, me délectant d’un bon feu de cheminée, je parcours méthodiquement un quelconque magazine. En effet, contrariée par un évènement anodin du quotidien, j’essaie de me détendre un peu, en bouquinant machinalement cette revue. En fait, je suis agacée par une multitude de choses futiles, pourtant elles semblent dérisoires, mais suffisantes pour me gâcher le plaisir de l’instant.

(suite…)

Prise de conscience

Souvent, la société actuelle nous impose une norme sociale : être au top sans relâche avec une mine éclatante, un paraitre parfait auréolé d’un état d’esprit spontanément rayonnant… Ainsi ne jamais fléchir publiquement pour éviter de devoir se relever douloureusement. Pourtant, aujourd’hui, j’ai décidé de ne pas respecter ces codes imposés. Ras-le-bol de la perfection !

En effet, je vais faire la grève du sourire, de la bienveillance et de la gentillesse pendant 24 heures. À présent, je m’accorde le choix d’être de mauvaise humeur, maussade en mode « chonchon », car j’en ai marre d’être éternellement joyeuse, à l’écoute constante des autres, et enfin parce que parfois ne plus s’écouter devient réellement harassant… Finalement, j’ai le droit moi aussi de souffrir, de ruminer bêtement afin d’évacuer, digérer les mauvaises nouvelles du quotidien, et autres péripéties de mon entourage. Maintenant, ma complaisance est aux abonnés absents.

(suite…)

1 2 3 7