Posts Tagged ‘beauté’

La magie des saisons

L’été indien a doucement tiré sa révérence depuis peu. Les premiers frimas de l’hiver ne semblaient point s’inviter cette année tant l’arrière-saison a été fabuleuse dans toute la France. Quotidiennement, je ne me lasse pas d’admirer ces roses magnifiques dans le jardin en novembre. Que cette transition avant la froideur des prochains mois est savoureuse à observer !

Puis, subtilement, avec l’arrivée de la Toussaint et son infernal changement d’heure, l’automne a pointé son nez et s’est installé paisiblement. Ainsi, les feuilles des arbres ont changé de couleurs, tombant délicatement, recouvrant patiemment le sol comme une jolie chorégraphie d’un ballet de danse. Peu à peu, les paysages se parent de nouveaux coloris dorés et flamboyants, illuminant l’environnement de touches étincelantes.

(suite…)

L’Odyssée

238897_jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

« 1948. Jacques-Yves Cousteau, sa femme et ses deux fils, vivent au paradis, dans une jolie maison surplombant la mer Méditerranée. Mais Cousteau ne rêve que d’aventure. Grâce à son invention, un scaphandre autonome qui permet de respirer sous l’eau, il a découvert un nouveau monde. Désormais, ce monde, il veut l’explorer. Et pour ça, il est prêt à tout sacrifier. »

Grâce à ce biopic admirable, Jérôme Salle réalise un film sincère, en dressant un portrait sans concession, sur un homme mythique, dont la valorisation médiatique a souvent été très controversée.

Que l’on apprécie ou non ce personnage emblématique et complexe aux multiples facettes, l’esthétisme de ce long-métrage reste majestueux. En effet, la beauté visuelle demeure époustouflante grâce aux splendides paysages et fonds sous-marins présentés durant ce voyage autour du globe. Certaines séquences sont aussi magnifiées par une musique envoutante, contemplative de chaque instant. Un moment magique d’enchantement !

Bien évidemment, Lambert Wilson compose superbement le personnage du commandant de la Calypso. Ainsi, outre sa transformation physique liée à une importante perte de poids, il semble habité par l’aura de Cousteau, sa force et sa fragilité dans cette dramatique relation familiale terriblement conflictuelle. Le bonnet rouge lui sied donc à merveille ! L’acteur Pierre Niney se révèle aussi exceptionnel, mais la réelle surprise est incarnée par la stupéfiante (et vieillissante) Audrey Tautou qui donne vie à cette épouse sacrifiée par son mari au profit de sa gloire individuelle, et dont l’histoire personnelle semble assez méconnue du grand public.

Une magnifique Odyssée émotionnelle au sein de la nature, jonglant entre un univers paradisiaque et la complexité des rapports humains. Définitivement, l’apaisement provient du monde du silence ! À voir absolument.

On aime ce qui nous a émerveillés, et on protège ce que l’on aime. »

Jacques-Yves Cousteau

L’encre d’un écran

Toute jeune enfant déjà, j’adorais la texture du papier et l’odeur si particulière qui s’y dépose lorsque l’écriture a imprégné son intimité. À présent, je me souviens avec nostalgie de cette heureuse sensation quand je découpais minutieusement de longues bandes de ces feuilles blanches, souvent immaculées, pour les enrouler autour de mes petits doigts enfantins afin de sentir constamment ce perpétuel frottement.

En grandissant, je suis donc devenue une passionnée des livres, tant j’aime la beauté de ces fabuleux objets. Ce sont toujours de doux souvenirs qui se rappellent à moi lorsque je feuillette un ouvrage, en touchant d’une main délicate chaque page puis en m’imprégnant des mots contenus ou de l’éclat visuel des photos qui le composent. Dorénavant, j’affectionne certains livres pour l’histoire proposée, mais aussi pour celle que j’ai moi-même créée pendant de si nombreuses années en leur présence quotidienne. Définitivement, je représente la parfaite personne ne pouvant vivre sans une bibliothèque autour de moi. À chacun ses doudous !

(suite…)

Douceur à Portofino

Dernièrement, suite à deux jours de pluie consécutifs, j’ai subitement pris conscience de la fin imminente de l’été, du point final de cette chaleureuse saison, que j’affectionne particulièrement. Même mes pauvres petons, le soir venu, commençaient à ressentir cette fraicheur naissante, m’obligeant presque à reléguer mes tongs adorées au profit de chaussettes bien chaudes, plus enveloppantes. Devant un tel constat et avant que la déprime saisonnière ne me gagne, j’ai décidé de réserver prestement quelques jours en Italie, ce pays si cher à mon cœur.

(suite…)

1 2 3 4 7