Posts Tagged ‘amitié’

Peter et Elliott le Dragon

042288

« Depuis de longues années, M. Meacham, un vieux sculpteur sur bois, régale les enfants du coin avec ses histoires sur un féroce dragon qui vivrait au plus profond de la forêt voisine. Pour sa fille Grace, garde forestière de son état, tout ceci n’est que contes à dormir debout… jusqu’au jour où elle fait connaissance avec Peter. Ce mystérieux petit garçon de 10 ans – qui dit n’avoir ni famille ni foyer – assure qu’il vit dans les bois avec un dragon géant baptisé Elliott. Et la description qu’il en fait correspond étonnamment à celui dont parle son père… Avec l’aide de la jeune Natalie – la fille de Jack, le propriétaire de la scierie -, Grace va tout mettre en oeuvre pour découvrir qui est vraiment Peter, d’où il vient, et percer le secret de son incroyable histoire… »

Encore un nouveau remake d’un classique de Disney datant de l’année 1977. Pourtant, dépoussiéré un vieux film traditionnel représente toujours un challenge incroyable, surtout lorsque la première version conserve encore la magie des souvenirs d’une tendre enfance.

Sur fond de message écologique, le réalisateur David Lowery offre une certaine modernité à ce classique du genre avec notamment de superbes images, vraiment crédibles, du dragon Elliott, beaucoup plus charismatique que celui de la version originale. L’acteur incarnant Peter (Oakes Fegley) se révèle extraordinaire et fait oublier les autres protagonistes… Même un mythique Robert Redford (certes vieillissant) ne peut lutter face cette adorable bouille d’enfant.

Sans s’encombrer de fioritures, l’histoire retranscrit superbement la relation amicale, hautement symbolique, et terriblement émouvante entre un jeune orphelin et son environnement atypique, plus particulièrement avec cette figure paternelle représentée par un animal. Devant une telle complicité, chacun d’entre nous rêverait d’avoir un ami aussi formidable !

Un beau conte fantastique à réserver à un public encore friand d’une certaine féérie et toujours croyant en un monde d’aventures irréelles…

Retrouver son meilleur ami, c’est aussi retrouver une partie de sa vie. »

Anthony Ca

Le BGG – Le Bon Gros Géant

167530_jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

« Le Bon Gros Géant ne ressemble pas du tout aux autres habitants du Pays des Géants. Il mesure plus de 7 mètres de haut et possède de grandes oreilles et un odorat très fin. Il n’est pas très malin mais tout à fait adorable, et assez secret. Les géants comme le Buveur de sang et l’Avaleur de chair fraîche, sont deux fois plus grands que lui et aux moins deux fois plus effrayants, et en plus, ils mangent les humains. Le BGG, lui, préfère les schnockombres et la frambouille. À son arrivée au Pays des Géants, la petite Sophie, une enfant précoce de 10 ans qui habite Londres, a d’abord peur de ce mystérieux géant qui l’a emmenée dans sa grotte, mais elle va vite se rendre compte qu’il est très gentil. Comme elle n’a encore jamais vu de géant, elle a beaucoup de questions à lui poser. Le BGG emmène alors Sophie au Pays des Rêves, où il recueille les rêves et les envoie aux enfants. Il va tout apprendre à Sophie sur la magie et le mystère des rêves… »

Le grand maitre Steven Spielberg présente ici son adaptation du roman culte éponyme de l’auteur britannique Roald Dahl (qui fêtera son centenaire en septembre) en nous délectant avec bonheur de son immense talent de conteur.

Même si cette fabuleuse histoire d’amitié entre un géant et une adorable petite fille n’est pas sans rappeler l’histoire magnifique d’E.T., elle ne parvient pas à égaler la richesse et la tendresse qui nous animaient lors de la contemplation du voyage poétique de ce désormais célèbre Extra-Terrestre, si présent encore dans notre cœur. Cependant, le spectateur succombe rapidement au charisme de ce Bon Gros Géant, dont le regard enfantin, souvent malicieux, nous propulse inévitablement dans les délices de nos propres souvenirs et permet forcément de croire en la force de vaincre les différences, tout en ayant confiance en l’autre (ce qui en résulte d’une très belle initiative).

Surfant sur le parallèle du monde réel et de l’imaginaire, les images d’animation sont réellement superbes et les effets spéciaux vraiment réussis. Malgré quelques longueurs du rythme qui peuvent lasser les petits et grands, certaines séquences demeurent irrésistibles de beauté (notamment le royaume des rêves) et surprenantes (la visite au palais de The Queen), apportant ainsi de l’émerveillement au récit.

Un conte familial fantastique, doté d’une extraordinaire B.O, à découvrir avec une âme d’enfant.

Respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. »

Jacques Brel

Simplement Merci

Le mois de juillet, conjugué sous le soleil, dévoile le début des vacances d’été, pour tous les chanceux qui auront la chance d’en profiter…

Au moment de boucler les valises, de gérer sa patience dans les prochains bouchons et juste avant de succomber à l’économie de sa propre énergie pour se lover dans une liberté totalement relaxante, nous voudrions vous remercier pour votre soutien et votre fidélité. En effet, vous êtes de plus en plus nombreux à nous suivre sur notre cher blog, ainsi votre lecture de nos quelques mots nous apporte énormément de bonheur.

Depuis le début de cette formidable aventure commune, nous avons reçu de magnifiques messages d’encouragement, des conseils ou diverses remarques, auxquels nous répondons toujours individuellement, bien évidemment avec un réel plaisir. Votre soutien nous donne des ailes, en nous offrant la force de continuer à nous investir littéralement.

(suite…)

Le Monde de Dory

le-monde-de-dory

« Dory, le poisson chirurgien bleu amnésique, retrouve ses amis Nemo et Marin. Tous trois se lancent à la recherche du passé de Dory. Pourra-t-elle retrouver ses souvenirs ? Qui sont ses parents ? Et où a-t-elle bien pu apprendre à parler la langue des baleines ? »

Impossible sincèrement d’oublier ce personnage charmant, tendre et émouvant qu’était Dory dans le mythique et fabuleux « Monde de Némo ». Cette suite inventive des studios Pixar (après 13 longues années de patience) permet de redécouvrir avec enchantement l’extravagance de ce poisson bleu, à la mémoire défaillante, ainsi que de nouveaux protagonistes totalement loufoques et attachants. Alors allez-vous aussi succomber au caractère rebelle du poulpe Hank ?

Grâce aux nombreux rebondissements et à un humour dynamique, vraiment irrésistible, le spectateur, totalement captivé, s’immerge rapidement, et avec un réel plaisir, dans les fonds marins. Au-delà d’une beauté visuelle extrêmement réussie, le message social, sur la base de l’amitié, se pare de poésie pour explorer le handicap, le retour aux origines et la difficulté d’appréhender son passé.

Ce magnifique film d’animation représente donc une véritable réussite qui ravivera un large public. En période estivale, voici un concentré de bonheur dans l’océan !

Et un petit conseil : restez jusqu’à la fin du générique…

La mémoire est pleine d’images déformées qu’un feu lointain éclaire. »

Hubert Haddad

1 2 3 4 9