Recyclage sélectif

En effectuant du rangement pour mon déménagement imminent, je pensais en mon for intérieur sortir victorieuse de cette bataille « vide maison »… j’avais bien tort !

Certes à présent, tous les cartons qui seront à transporter dans mon nouveau « Home Sweet Home » s’amoncellent dans un coin du séjour (chaque carton comportant un numéro et la pièce auquel il sera destiné), mais je suis aussi envahie pour une pile monstrueuse de « trucs » dont je ne veux plus, qui ne peuvent être donnés et dont je me demande encore comment ils ont pu un jour m’appartenir ? Existe-t-il des cambrioleurs qui rentrent par effraction, chez vous, pendant votre sommeil, pour vous coller comme par magie des objets hideux et inutilisables ?

Après mainte réflexion, je décide donc de jeter tout cela pour enfin me sentir libérée et prête à démarrer cette nouvelle vie. Mon chéri me précise rapidement (en se marrant comme une baleine) que tout mon « bordel » ne rentrera pas dans les deux malheureuses poubelles nous appartenant, et je dois donc attendre qu’il soit disponible pour qu’il puisse m’accompagner à la déchetterie. Devant ces remarques désobligeantes (non, ma mère ne m’a pas offert tous ces bibelots hideux… certains viennent de la tienne !) et vexée dans mon âme de féministe (débutante), je décide alors de me rendre moi-même à cette fameuse déchetterie.

Finalement, après avoir passé une bonne heure à entasser tous ces monticules dans ma voiture, je prends la route, toute guillerette et fière de mon initiative… même si je m’égare un peu dans la campagne environnante et atterris alors malencontreusement chez Truffaut. Je prends cet échec de direction comme un signe du « Dieu du shopping » et m’autorise ainsi quelques achats dans ce magasin que j’affectionne particulièrement ! (Les pichets et verres décorés de poules adorables et colorées avec ravissement seront divins pour un prochain pique-nique)

Enfin, malgré cet intermède, me voici, triomphante à la déchetterie. Novice, j’observe et lis consciencieusement TOUTES les pancartes de TOUTES les bennes afin de savoir ce que chacune doit contenir. Il y a l’art du tri, mais aussi l’art de jeter.

En fait, je pensais, naïvement, balancer rapidement le contenu de ma voiture… Il n’en est rien !

Le bois doit être jeté dans la benne à bois SEULEMENT si c’est le matériau pur ! Autrement, c’est la benne tout-venant.

Le carton ira rejoindre ses potes cartons EXCLUSIVEMENT s’il ne contient pas de papier !  Autrement, c’est la benne tout-venant.

Le plastique est autorisé dans sa benne destinée à cet effet UNIQUEMENT si c’est du plastique dur ! (du coup, la chanson du groupe Elmer Food Beat me poursuivra toute la journée !) Autrement, c’est la benne tout-venant. Bref, cette dernière est vraiment la bonniche de service !

Spontanément, je me propose à moi-même de tout mettre dans la benne tout-venant pour gagner du temps. INTERDIT ! Le monsieur mal-aimable, mais très visible avec sa tenue jaune fluo, m’informe que je dois trier MON tri. Son travail à lui étant de vérifier MA compréhension et ME réprimander au besoin.

Deux heures plus tard (après avoir aussi découvert la benne à peinture, encore plus fascinante que ses consœurs), je repars cependant avec 2 numéros de téléphone de « charmants » messieurs, touristes eux aussi de la déchetterie, souhaitant m’aider à vider, trier, jeter… et éventuellement me culbuter sur cette polyvalente benne tout-venant !

Je ne pensais pas qu’une journée à la déchetterie pouvait engendrer autant d’émotions et de rencontres. Finalement, l’écologie regorge de secrets.

La poubelle est le meilleur des accessoires de rangement. »

Frédéric Dard

Comments are closed.