Week-end à Rome

Généralement, je n’accorde que peu d’importance à cette fameuse fête de la Saint Valentin. Pour mon homme et moi, tous les jours, nous nous prouvons notre amour et une date sur un calendrier ne ravive pas la flamme lorsque cette dernière est toujours illuminée.

Et pourtant, cette année, je suis tombée amoureuse de la St Valentin ! Cupidon a fait fort ! Ma moitié poilue est revenue un soir avec deux billets d’avion pour Rome. J’en rêvais, il l’a fait ! C’est bien connu, tous les chemins mènent à Rome.

Immédiatement, j’ai adoré cette ville et sa beauté surréaliste. La ville des amoureux par excellence et j’ai compris pourquoi à l’instant où nous avons découvert le centre. Effectivement, je n’ai jamais vu autant de beaux bâtiments. Le tournis me gagne rapidement à la vue de véritables merveilles historiques. En marchant, il suffit simplement de regarder, de contempler. Tourner la tête en observant le spectacle enchanteur qui se profile devant notre horizon. Les Italiens si chaleureux respirent la vie, en parlant fort avec les mains et en affichant un sourire chantant. Leur joie de vivre communicative nous porte radicalement. Instinctivement, un bien-être nous envahit. Dans la journée, mon homme et moi savourons des glaces italiennes, une pizza « maison », un café extraordinaire au parfum envoutant… Délice gustatif garanti !

(suite…)

Yves Saint Laurent, le film

ysl

Pas vraiment fan des biopics en général, j’ai pourtant souhaité vivement visionner le film Yves Saint Laurent. Toute petite déjà, l’univers de ce grand Monsieur de la mode me passionnait littéralement et j’étais plus qu’admirative de son gigantesque talent. Un génie mystérieux en puissance, tellement fascinant !

À mon avis, cette adaptation cinématographique est une totale réussite, réduisant à néant tous mes préjugés, non justifiés.

En effet, le spectateur s’intègre immédiatement au sein du monde d’YSL, presque choqué de pénétrer aussi facilement dans son intimité, en toute pudeur. Les décors et costumes subliment magnifiquement le film, mais ce qui se révèle le plus passionnant reste incontestablement l’immersion dans la réalité de ce couturier, sans aucun tabou. Certes, un maitre de l’art, mais aussi, et plus particulièrement, une personnalité sombre, caractérielle, difficilement gérable, dépendant de la drogue et de paradis artificiels.

Le film dévoile aussi le hasard du destin dans une vie. Pierre Bergé est certainement le « sauveur » d’Yves Saint Laurent, le « guide » lui permettant la réussite dans sa carrière et la reconnaissance publique nécessaire à tout créateur. Difficile de dissocier les deux hommes tant l’empreinte de Monsieur Bergé s’avère immense. Une formidable histoire d’amour, avant tout, entre deux êtres !

Les acteurs Pierre Niney (Yves Saint Laurent) et Guillaume Galienne (Pierre Bergé) se révèlent époustouflants de vérité et de justesse. Ils semblent « habités » par les deux protagonistes, reflétant parfaitement les caractères et dérives de chacun.

Tragique, bouleversant, déconcertant… Impossible de rester neutre face à ce petit bijou d’émotions.

Le noir est mon refuge, le noir est un trait sur la page blanche. »

Yves Saint Laurent

Envie de mardi

Bien au chaud sous ma couette dans ce cocon ouaté, un doux rêve enveloppe et parcourt délicatement mon esprit.

Toutefois, je me réveille en sursaut à cause de la sonnerie intempestive (et fort désagréable) de l’interphone.

Aussitôt, en me levant instinctivement, je maudis et récite mentalement la liste, non exhaustive, de tous les jurons que je connais par cœur. Qui est cet horrible individu qui se permet d’interrompre ma nuit réparatrice de sommeil, à une heure si incongrue le matin ?

Cependant, je hurle immédiatement de plaisir en constatant la livraison de mes bottes, je les essaye et constate que je serai grandiose pour affronter la neige (même en nuisette avec de gros blocs poilus aux pieds, je me trouve parfaite ! Optimisme matinal !)

Finalement, je vénère (et tente de me remémorer des adjectifs pleins de bonté) ce livreur en constatant qu’il est 8h45 et que mon réveil n’a pas sonné ! Sans son doigt divin sur ma sonnette, je serais toujours dans les bras de Morphée.

(suite…)

Beauté à l’air pur

Une partie de mon existence a été malheureusement empiétée par mes complexes : trop grande, trop ronde, trop « blanc de poulet » avec cette peau blafarde, trop introvertie, trop fragile. À l’époque, « trop » était certainement le mot qui me définissait le mieux.

Pourtant, j’ai tenté de me convaincre sincèrement que l’on ne se contente jamais de ce que l’on a, même si beaucoup de personnes enviaient ce physique qui me répugnait personnellement tant.

Et elle est arrivée dans ma vie…

Immédiatement, je n’ai vu que cette dernière dans ce paysage blanc, elle m’a de suite aperçue tellement je semblais étrangère à cet environnement. « T’es bien la seule à ne pas bronzer, au ski, à la montagne… Hein, Blanche Neige ! », phrase ponctuée d’un grand éclat de rire.

Cette première tirade, prélude de notre rencontre, aurait pu provoquer un repli de ma personne trop hypersensible… et trop susceptible. Cependant, ces quelques mots humoristiques ont ponctué d’un énorme sourire mon visage.

(suite…)

1 87 88 89 90