Oh Johnny, si tu savais

Récemment, j’ai lu l’excellent livre « La vérité sur l’affaire Harry Quebert » de Joël Dicker, un immense succès, justifié d’ailleurs. Bref, étrangement, ce titre m’a fait penser à un sujet d’actualité, totalement éloigné de l’histoire de ce roman, concernant la vérité sur l’affaire du clan Hallyday.

Sordide, vous avez dit sordide, je le répèterai inlassablement. Consternant, inimaginable ! Ce sont les premiers mots qui me viennent à l’esprit quand je pense à cette story familiale. Un vulgaire amalgame d’immondices verbales savamment distillé pour attiser la méchanceté, la haine. Même si je ne veux pas y réfléchir, savoir qui à tort ou raison, impossible cependant d’y échapper concrètement.

Sa mort m’avait bouleversée, comme tout le monde, fan absolu ou pas. Sans m’en rendre compte, il faisait partie de ma vie, de nos vies, grâce à ses magnifiques chansons incontournables, ses concerts mythiques… Cette figure emblématique représentait différentes phases de notre existence et inconsciemment les paroles de ses chansons se fredonnent aisément tant Johnny est et sera toujours Johnny !

Ce chanteur aux multiples tatouages était trop « jeune » pour partir et nous laisser sans de nouveaux albums, de prochains shows. Et, pour être totalement honnête, une personne qui meurt d’un cancer me touche infiniment. Forcément, je me sens toujours un peu concernée. Si un homme comme lui décède, cet invincible, la maladie gagne encore le combat. En contemplant la vie de Johnny, je savais combien il avait pourtant survécu plusieurs fois et lorsque l’on est malade, un tel être en exemple, avec une telle force, une telle envie de vivre, permet souvent d’espérer que l’impossible devient réalisable afin d’affronter cette lutte.

Sous forme d’un dernier hommage, j’avais besoin d’écrire un petit texte, comme un exutoire, sans exprimer cependant un jugement. Je ne suis à la place de personne, la vie privée d’un artiste lui appartient. Une anonyme comme moi ne peut donner aucune leçon de morale, mais simplement, humainement, mon cœur saigne devant tant de déballage et d’horreur. Naïvement, j’espère sincèrement qu’une solution commune sera envisagée afin que chaque protagoniste puisse continuer son chemin et effectuer dignement, dans l’intimité, son deuil. Car j’aime Sylvie Vartan, son fils David Hallyday, Nathalie Baye, sa fille Laura Smet, ainsi que Laeticia et ses adorables fillettes Jade et Joy. En tant que grande romantique, l’authentique histoire d’amour entre cette ravissante blonde et son « Mamour » aura duré 22 ans… Parfois, les actes se suffisent à eux-mêmes.

Actuellement, selon les dernières informations (réelles ou tronquées), les médias se délectent de ce terrible buzz, mettant en pâture tel ou tel personnage de cette tragédie moderne, le soumettant alors à la vindicte populaire. Cette  proie, « victime de l’instant », se laissera ainsi dévorer par des hyènes affamées représentatives d’un public avide dont la seule ambition reste de se délecter d’un vif moment sensationnel.

Johnny, où que tu sois, si tu savais les propos véhiculés en ton nom, si tu voyais les affrontements autour de ta légende…

Te concernant, hélas, le respect semble dorénavant un vain mot.

Je vis au jour le jour, pour demain, pas pour hier. »

Johnny Hallyday

 

Comments are closed.