Octobre Rose

Comme tous les ans, octobre se pare de rose afin de nous rappeler constamment que, parfois, notre survie dépend d’un simple dépistage.

En effet, ce précieux mois permet de développer une opération de sensibilisation fondamentale pour les femmes. Aujourd’hui encore, il demeure essentiel que la prévention active devienne un réflexe spontané, un acte anodin ancré dans notre quotidien. Effectivement, lors de la détection d’un nodule, un diagnostic dès le début du cancer offre de plus grandes chances de guérison, permettant alors un taux de survie important. Afin que le dépistage reste primordial dans nos vies, la mobilisation et l’information demeurent toujours essentielles !

Pourtant, cette année, Octobre Rose a une saveur différente pour moi. Évidemment, je me sens forcément toujours concernée par ce mois tristement célèbre qui met en lumière le cancer du sein. Malheureusement, cette fois-ci, la prévention a touché une des personnes que j’aime le plus au monde : ma maman.

Ainsi, une simple mammographie et sa vie a basculé, tout comme la mienne par ricochet. Lors de ce simple contrôle anodin, le radiologue vous annonce, d’une voix mal assurée, pourtant dorénavant beaucoup trop habitué à ce genre de constat, que vous avez une tumeur nichée en votre sein. Cette phrase va inévitablement changer votre attitude, l’ombre de la mort va planer à chaque instant. Dorénavant, votre avenir va basculer dans l’inconnu et la peur viscérale du lendemain sera votre plus fidèle compagne.

Sournoisement, ce fichu « petit crabe » qui a quitté mon corps depuis maintenant quelques années, a frappé à nouveau, a osé s’attaquer à un membre de ma famille. Subitement, la maladie s’est rappelée à moi, m’infligeant une sordide réalité : le cancer ne concerne pas que les autres. Même si vous pensez avoir été sa victime, endossant la peine de la maladie, le cancer ne se contentera pas d’épargner vos proches pour autant. Constamment, il veille, guettant sa prochaine proie, souhaitant grappiller jusqu’au dernier souffle de vitalité. Dans toute son horreur, le cancer règne en tortionnaire.

Lors de ma propre sentence, l’épouvante m’a gagnée instantanément, la vie auparavant banalement normale et limpide m’a semblé ne plus tenir qu’à un fil. Pourtant, malgré la peur, j’ai lutté, tentant désespérément de ne pas me laisser engloutir dans le puits sans fonds de la maladie. Hélas, à présent, je deviens une spectatrice face au combat que doit affronter ma maman chérie. Cela fait écho incontestablement à ma propre histoire, mais, aujourd’hui, impuissante, je ne peux pas endosser ses souffrances, l’accompagner dans cette lutte physique… Seulement quelques paroles réconfortantes, mon soutien permanent, ma main qui guidera la sienne dans l’espoir de gravir l’échelle de la guérison et mon amour inconditionnel lui offriront ces doux moments de répit face à l’épouvante du cancer.

En décidant de partager mon cas personnel, je souhaite vous faire prendre conscience de la nécessité d’Octobre Rose, pas simplement à cet instant, en y pensant un bref moment, mais consciencieusement toute l’année grâce à un élémentaire suivi médical.

Autorisez-vous un magnifique cadeau, offrez-vous le bonheur de vivre en planifiant une mammographie de dépistage. Accordez-vous ce droit, ne vous privez pas de cette chance !

Tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. »

Friedrich Nietzsche

Comments are closed.