Octobre Rose 2017

Voilà, encore une année qui s’écoule doucement puisque nous sommes déjà au mois d’octobre.

Ce désormais célèbre mois d’Octobre rose,  le mois où l’on parle le plus du cancer du sein, le mois où je dois faire obligatoirement ma mammographie de contrôle, le mois où cette angoisse stressante me vrille le corps et le souvenir de « Petit crabe » enserre douloureusement mon cœur, le mois durant lequel je passe mon doigt sur les cicatrices de mon sein conservé…

Et cette année 2017 honore aussi les 25 ans du célèbre ruban rose, symbole emblématique et internationale de la lutte pour la sensibilisation au cancer du sein.

Octobre exprime souvent une petite piqure de rappel me concernant et pour toutes les personnes toujours sous surveillance médicale… Cet automne si particulier rime avec l’effeuillage de mon être : je me mets à nue pour connaitre la sentence médicale, mon cerveau reste en éveil prêt à canaliser une bonne ou mauvaise nouvelle, une crampe perpétuelle au creux de mon ventre me crispe durant cette incontournable attente d’octobre… Ensuite, si tout va bien, je referai peau neuve.

Tous les jours, je me dis que je suis si heureuse de pouvoir profiter de ma famille bien-aimée, de mes amis intimes, des proches que j’aime tant, de respirer tout simplement en prenant mon temps. Ma liberté représente mon bien le plus précieux. Au fond de moi, je suis pleinement consciente de la chance inouïe d’être en bonne santé alors je compte bien le rester encore dans les prochaines années… Que mon être continue d’être dans ce présent, au sein de ces instants furtifs et tellement précieux de l’existence. Ah les joies de la rémission ! Enfin, je me sens tellement vivante aujourd’hui. Merci la VIE !

Depuis la fin de mon traitement, je continue ma destinée sereinement en m’éclatant avec Carole, grâce à notre blog, à notre premier livre exutoire « À chaque jour suffit sa peine » et à notre deuxième roman « Le bal des pétasses ». L’écriture comble désormais mes journées et mes attentes. Il y a bien une existence après un cancer… La vie continue quoiqu’il arrive… Friedrich Nietzsche affirmait : « Tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. » Dorénavant, cette philosophie habite mon esprit.

Donc, je suis sincèrement heureuse que cet évènement, un peu « la Toussaint du cancer du sein », permette de sensibiliser la société sur un sujet délicat, parfois, hélas, encore tabou. Ainsi, un coup de projecteur s’avère essentiel. Merci à la presse ou la télévision de mettre cette perfide maladie sur le devant de la scène, car elle peut toucher n’importe qui à tout moment, elle n’attend pas une simple permission avant de grignoter votre corps, elle guette sournoisement. Cette maladie demeure vicieuse, perfide, cachée dans l’ombre afin de vous atteindre, et pour la combattre, seuls la prévention et le suivi médical existent.

En détectant à un stade précoce le cancer du sein, la guérison se révèle efficace dans 9 cas sur 10 ! Une simple mammographie et une banale consultation médicale peuvent changer votre destin… Combattre ses appréhensions, ses réticences, vaincre ses propres défaillances, grâce à la prévention. Une simple mammographie vous propose la liberté de continuer votre chemin.

Faites-vous dépister, ne vous privez pas de cette chance ! Osez le faire !

Ce sera certainement le plus beau cadeau que vous puissiez vous offrir… un bien inestimable pour continuer à dire OUI à la vie.

La vie est une lutte contre les coups du sort, que tantôt l’on prévient, que tantôt l’on répare. »

Jacques-Henri Meister

Comments are closed.