London in Love

Il y a des endroits dont on ne se lasse jamais, qui sont ancrés dans nos cœurs, évocateurs de souvenirs fabuleux, de douces rencontres et de clichés heureux. Londres reste depuis longtemps ma ville favorite, celle où je suis « moi », délaissée de ma carapace, réceptive au moindre instant de vie.

Ainsi, mes pas me portent régulièrement vers l’immensité de ce lieu somptueux dont je suis tombée amoureuse, et à chaque fois mes sentiments ne cessent de grandir. Constamment, la sensation qu’un lien invisible me guide vers Londres, comme un besoin permanent de s’y ressourcer, de marcher au gré de l’inconnu dans ses ruelles, de sentir une certaine liberté d’esprit, me procurant ainsi énormément de joie.

Pourtant cette fois-ci, ce voyage programmé comme annonciateur de magie (ah, les décorations de Noël), puisqu’effectué durant les fêtes de fin d’année 2015, s’annonçait légèrement différent. J’y allais aussi pour retrouver une amie de cœur (ma moitié d’écriture), lui faire découvrir concrètement enfin cette ville… Cependant, une petite interrogation me taraudait : et si elle n’aimait pas ? En effet, il est toujours délicat de se répandre sans aucune objectivité sur un endroit adulé, donnant alors l’envie à une personne chère de le découvrir, pour ne sentir ensuite que l’unique déception pour seule opinion.

Cependant est-ce raisonnablement possible de ne pas littéralement se laisser subjuguer par Londres ? Comment ne pas s’émerveiller devant l’architecture, les diverses cultures, les traditions ancestrales, la délicieuse nourriture « so british » (oui, oui !), la tolérance, la courtoisie et le civisme des Anglais…? Lorsque j’ai vu mon amie à l’aéroport, j’ai su qu’elle aussi allait y succomber. Elle avait déjà réussi à trouver un Marks & Spencer (difficilement reconnaissable pour les novices, car dissimulé sous le logo M&S) c’était un signe imparable la connaissant !

Inévitablement, pour sa première fois, nous avons visité les lieux incontournables du shopping (Harrods, Piccadilly, Covent Garden, Regent Street, Carnaby Street, Oxford Circus…), arpenté le trajet obligatoire pour tous les touristes, admiré les merveilleuses décorations de Noël, dégusté le fameux « Fish & Chips » dans un stupéfiant pub traditionnel, célébré la transition entre deux années… Welcome 2016 !

Finalement, même les péripéties se transforment en anecdotes hilarantes dans cette ville : les deux heures de retard de l’avion, le taxi qui ne vient pas puis se perd, les travaux dans le métro, les bus qui ne s’arrêtent pas, trouver refuge après plus d’une heure de marche sous une pluie battante au Mc Do du coin (seul lieu ouvert dans la nuit), louper pour cause de papotages intensifs « Buckingham Palace », oublier sa clé, ses cigarettes, sa valise…

Bref nous avons ensemble profité sincèrement de nous, de Londres et de la chance qui nous était offerte. Nos retrouvailles sont toujours une belle parenthèse de bonheur. Cependant, en vieille « habituée », j’avais déjà vécu chaque instant, chaque visite, chaque dégustation, toutefois ils avaient encore et toujours la saveur d’un moment unique, rare et exquis.

Londres est une ville qui se partage, inutile de la garder jalousement pour soi, elle recèle d’encore plus de féérie lorsque l’on pousse la porte de sa découverte avec des gens précieux, que l’on aime tout simplement, sans raison, seulement parce qu’ils sont eux.

Have a lovely day !

DSC07098

DSC07106

DSC07107

DSC07100

DSC07109

DSC07112

DSC07114DSC07122

DSC07128

 DSC07131

DSC07134

DSC07142

DSC07146

DSC07148

DSC07150

 

Le bonheur est la seule chose qui se double si on le partage. »

Albert Schweitzer

 

Comments are closed.