Le Petit Prince

prince

« Pour réussir son entrée à la prestigieuse Académie Werth, la Petite Fille et sa maman emménagent dans une nouvelle maison. Les vacances studieuses de la Petite Fille (sérieuse et adulte avant l’âge), rythmées par l’emploi du temps rigoureux établi par sa maman, vont être perturbées par l’Aviateur, un voisin aussi excentrique que généreux. Avec lui, elle va découvrir un monde extraordinaire où tout est possible. Un monde dans lequel l’Aviateur a autrefois croisé un mystérieux Petit Prince. C’est alors que l’aventure de la Petite Fille dans l’univers du Petit Prince commence. C’est aussi là que la Petite Fille redécouvre son enfance au travers des rencontres du Petit Prince avec le Renard, la Rose, le Serpent, le Vaniteux, le Businessman. Elle comprendra qu’on ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux. »

Cette remarquable adaptation très librement inspirée du splendide livre d’Antoine de Saint-Exupéry est une véritable réussite. Mark Osborne réalise ici une époustouflante vision moderne de ce chef d’œuvre littéraire intemporel.

Ce superbe film d’animation est un authentique conte philosophique qui dessine habilement le réalisme de notre société actuelle. Les joies et peines de la vie (l’amour, la mort, la perte de son enfance) sont explorées finement avec poésie, sans jamais tomber dans une forme de mièvrerie.

Toutefois, les images en 3D, malgré une prouesse dans la création, ne me semblent pas assez réussies émotionnellement, le graphisme étant assez sombre. Heureusement, le stop-motion (animation image par image) commémore dignement, avec tendresse, les délicates aquarelles de Saint-Exupéry.

De plus, le doublage français (ah ! le renard qui parle grâce à Vincent Cassel) se révèle particulièrement réussi, notamment grâce à l’incroyable André Dussolier qui donne réellement vie au personnage de l’aviateur.

Certains seront sans doute perplexes et ce film sera sans doute trop audacieux, ultra modernisé, totalement éloigné du récit de Saint-Exupéry. Cependant, afin de l’apprécier pleinement, il faut s’évader du roman, ne retenir que ce titre de « Petit Prince » pour alors vivre cette histoire en contemplant la magie de ce récit initiatique.

De l’enfance à l’âge adulte, l’important étant toujours, continuellement, de continuer à rêver.

On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux. »

Antoine de Saint-Exupéry

Comments are closed.