Le fil de l’amitié

Parfois, certaines personnes intimes sont simplement des passages de notre vie. Sur l’instant, elles nous semblent indispensables puis certains faits douloureux ou actes (où  l’absence de leur présence se révèle concrètement à nos yeux) apportent inévitablement l’amer constat de l’infondé de ces relations opportunistes. Malgré la tristesse qui peut nous submerger en comprenant combien nous avons été induits en erreur dans les valeurs de l’amitié et de l’amour, souvent le temps permet ensuite d’apaiser et d’entrevoir alors la libération qu’offre la séparation avec ces êtres nuisibles.

Et il existe les autres… Ces personnes qui éparpillent du bonheur dans votre vie, celles qui pourtant ne sont pas présentes physiquement au quotidien, mais dont le lien tissé ne cesse de se renforcer au fil des jours. Celles qui sont sacrées, puisque différentes dans votre propre conception de l’amitié. En effet, chacun perçoit et construit une relation selon ses affinités. Chaque être considérée en qualité d’amie deviendra alors unique dans votre cœur puisque ce ressenti ne pourra se reproduire avec quelqu’un d’autre…

Avec elle, trop rares sont nos moments de retrouvailles, tant les kilomètres qui nous séparent représentent une barrière parfois infranchissable, toutefois lorsque je la revois, j’ai l’impression merveilleuse de l’avoir quittée seulement la veille, faisant alors totalement abstraction des longs mois qui viennent pourtant de s’écouler. Quand l’ennui ne s’immisce pas dans une relation puisque le plaisir du contact provoque encore des étincelles de joie, cela représente véritablement toute la spécificité de certaines rencontres magiques.

Ainsi, nous communiquons virtuellement tous les jours, nos doigts papotent frénétiquement avec entrain sur divers claviers, nous reprenons constamment nos bribes de conversations restées en suspens sans pour autant nous parler véritablement de vive voix. Étrangement sans se voir ou s’entendre quotidiennement, notre relation reste continuellement dans un suivi, actuel et palpable, totalement ininterrompue par la vie qui s’écoule. En effet, un simple SMS ou un modeste Mail me procure immédiatement une dose de bonne humeur.

Toutefois, nous nous téléphonons rarement, pas par peur du vide qui pourrait s’installer dans nos discussions, mais véritablement plus par manque de disponibilité commune. Et pourtant, nous sommes toutes deux constamment présentes l’une pour l’autre à longueur de journée. Alors, pourquoi remplacer les paroles par des écrits ? Parfois, lorsque nous nous décidons à nous parler de vive voix, nous nous promettons toujours que cela sera rapide, nous avons déjà tant communiqué dans la journée, que pourrions-nous alors rajouter ?

« Juste 5 minutes », je l’entends encore me le préciser d’un ton taquin … Et comme souvent, nos joyeuses conversations entrecoupées d’éclats de rire se prolongent à l’infini. Ces quelques minutes annoncées se sont subitement muées en heures. À peine raccroché, le besoin de lui écrire encore quelques mots se fait ressentir, le sentiment de ne pas lui avoir tout dit. Décidément, l’horloge galope beaucoup trop énergiquement, défiant alors les lois figées du temps.

Entre nous, il n’y a jamais « à bientôt », encore moins « au revoir », mais toujours « à demain »… La promesse de ce futur reste certainement la définition qui caractérise parfaitement notre belle amitié, tellement atypique et un brin fantaisiste.

On ne se fait pas des amis, on les reconnaît. »

Paterson

Comments are closed.