Le bal des pétasses, première bougie

Nos deux premiers livres représentent en quelque sorte nos « bébés » et pourtant, avouons-le, nous sommes réellement des mères indignes pour nos enfants littéraires. En effet, notre second roman « Le bal des pétasses » a fêté dernièrement son premier anniversaire, en mars, sans que nous lui prêtions la moindre attention… Quel scandale !

Heureusement, nos précieuses lectrices et charmants lecteurs sont souvent plus consciencieux que notre duo atypique, ainsi certains magnifiques messages (Merci du fond du cœur) nous ont demandé pourquoi il n’y avait rien d’organiser pour célébrer dignement cette première bougie. Cordialement (en vérité totalement dépitées), nous avons répondu à cette interrogation judicieuse par de modestes mails, aux formules commerciales excessivement polies, expliquant que débordées par nos nouvelles activités, nous avions un peu de retard dans la concrétisation de cet évènement. Soyons honnêtes, nous avions totalement zappé ces douze derniers mois durant lesquels ce livre a parcouru seul son chemin. Honte à nous et mea culpa !

Beaucoup d’entre vous nous ont soumis l’idée originale d’un concours permettant de remporter un livre dédicacé (suggestion qui a éventuellement flatté notre égo un bref instant) mais selon nous, en choisissant cette possibilité, nous aurions alors pu contenter seulement un nombre minime de participant(e)s. Alors, après une intense réflexion laborieuse, et afin d’offrir un nouveau départ à notre cher livre, nous avons souhaité toutes les deux le présenter à un plus large public, lui donnant alors de nouvelles opportunités dans sa continuité.

À présent, c’est chose faite !

Dès aujourd’hui, vous pouvez retrouver « Le bal des pétasses », en format Kindle, sur Amazon, au prix exceptionnel de 0,99 euro !

Pour celles ou ceux ne l’ayant pas encore découvert ou qui veulent en faire profiter des amis, de la famille, des proches, des collègues de travail, voici l’occasion rêvée d’accompagner nos personnages dans leurs aventures rocambolesques au sein d’un univers professionnel impitoyable.

Maintenant, promis, nous serons de parfaites auteures totalement assidues au devenir de nos « petits ». Cela devient réellement nécessaire tant le bébé numéro 3 (actuellement en couvade) semble craindre de poursuivre sa finalisation en notre compagnie.

Bonne lecture !

Celui dont l’âme est heureuse ne ressent pas le poids des ans. »

Platon

Comments are closed.