L’Autriche : entre Tyrol et Bavière

Après une attente interminable à l’aéroport, puis une périlleuse arrivée à Munich (nous devions normalement atterrir à Innsbruck et nous prélasser joyeusement dès 17 heures à l’hôtel, lieu de repos que nous avons péniblement atteint à 4 heures du matin le lendemain !), nous avons ensuite pu profiter pleinement des richesses visuelles entre villages pittoresques, montagnes et lacs impressionnants, de l’architecture baroque couplée à l’histoire impériale et de l’extrême gentillesse des habitants !

L’Autriche n’était pourtant pas une destination que je convoitais particulièrement, pourtant je dois bien admettre que j’avais amplement tort et je conseille donc vivement à chacun de découvrir ce pays germanophone d’Europe centrale qui regorge de secrets. En voici un résumé !

Après une agréable balade en bateau sur le lac Chiemsee, près des Alpes bavaroises, puis une arrivée majestueuse en calèche, nous découvrons le château d’Herrenchiemsee, l’une des grandes œuvres du roi Louis II de Bavière, que les locaux nomment avec un plaisir non dissimulé « le mini-Versailles ». Un palais grandiose, admirablement entretenu aux salles luxuriantes.

Innsbruck, remarquable capitale régionale, reste certainement ma ville préférée, je prévois déjà un prochain week-end pour la découvrir plus précisément. Outre la visite du Palais Impérial, la vieille ville est charmante, auréolée de petites boutiques, sur laquelle trône l’emblématique « Petit Toit d’Or ». Sans oublier une délicieuse dégustation, très chocolatée, de la « Sachertorte » qui éveille les papilles ! Pour les amateurs de sport, un détour pour contempler le tremplin de saut à ski de Bergisel tout en observant une vue panoramique sublime d’Innsbruck. En prime, nous avons même eu le privilège d’assister à l’entrainement de l’adorable et vraiment très charmant Markus Gruber.

Toutefois, Munich, la capitale bavaroise, possède aussi un attrait certain, véritablement appréciable. En bon touriste qui se respecte, nous avons attendu patiemment l’une des curiosités les plus appréciées :  le « Glockenspiel » qui représente l’animation des figurines du carillon mécanique de l’hôtel de ville sur la Marienplatz. Ensuite, nous sommes allées découvrir la cathédrale Notre Dame avant de nous promener sous un beau ciel bleu, au sein du vieux centre-ville dans un somptueux marché local, après la visite surprenante d’une brasserie traditionnelle. Depuis, je pense être tombée en amour pour l’emblématique « Arbre de mai » qui symbolise une magnifique tradition.

En visitant de nombreux palais ou châteaux tels que celui de Nymphenburg, ancienne résidence d’été des princes électeurs et des rois de Bavière (dont la célèbre galerie des beautés du roi Louis Ier est stupéfiante ! La splendeur artistique est à couper le souffle devant un tel réalisme) nous comprenons l’importance de cette culture unique, propre aux Autrichiens. L’histoire impériale reste omniprésente dans la continuité du présent.

Cependant, l’Autriche ne se résume pas aux monuments témoins du passé. Certains villages médiévaux tyroliens (particulièrement Kitzbuhel, Rattenberg, Schwaz) permettent une déconnexion totale au sein de leurs ruelles animées. D’autres villages de montagnes, notamment Achenkirch et Pertisau, surplombant des lacs, offrent aussi immédiatement un dépaysement salvateur, lors de la contemplation des sommets qui se reflètent dans les eaux pures, d’un splendide coloris turquoise étincelant. Le lac Achensee en est le parfait exemple tant la quiétude nous enveloppe de sérénité.

Pour les amoureux inconditionnels de plein air, une route panoramique vous mènera vers le Grossglockner d’où vous aurez un point de vue époustouflant sur un vaste paysage dominé par le plus haut sommet, à 3798 mètres d’altitude, tout en savourant visuellement le Pasterze, le plus vaste glacier d’Autriche. De nombreuses marmottes adorables vous serviront parfois de guide en quête d’une petite récompense gourmande. Impossible de ne pas être subjugués devant l’aura magique et sensationnelle de cette nature sauvage et verdoyante.

Pour clore cette fabuleuse semaine autrichienne, il nous était indispensable de nous rendre à Wattens afin de visiter le monde du cristal de Swarovski, sur le lieu de naissance de l’entreprise. Adeptes ou non de ces bijoux mondialement connus (personnellement, je suis fan depuis très longtemps), l’exposition des cristaux vous enveloppe d’une atmosphère féérique, agrémentant d’étoiles vos yeux écarquillés devant tant d’émerveillement.

Ainsi l’Autriche possède de multiples facettes et son exploration permet de l’apprécier de mille et une façons différentes. Sur un air de Mozart, l’enchantement n’en est que plus merveilleux !

20180612_092725

20180612_103134 20180612_103130

20180612_180638

20180613_093652

20180613_104336

20180613_112844

20180613_113426 20180613_134830

 20180613_161734

20180613_171456

20180613_171520

20180614_110539

20180614_175054

20180615_103753

20180615_111838

20180615_142050 20180615_154216

20180615_142424

20180615_144151

20180615_161035

20180616_103326 20180616_113918

20180616_124921

20180616_125025

20180616_125332

20180616_140511

20180616_140752

20180616_173233

20180617_092920

20180617_093402

20180617_094641

20180617_094448

20180617_095615

20180617_100140

20180617_100758

20180617_100831

20180617_100908

20180617_100923

20180617_101032

20180617_092924

Je cherche les notes qui s’aiment. »

Wolfgang-Amadeus Mozart

Comments are closed.