La magie des saisons

L’été indien a doucement tiré sa révérence depuis peu. Les premiers frimas de l’hiver ne semblaient point s’inviter cette année tant l’arrière-saison a été fabuleuse dans toute la France. Quotidiennement, je ne me lasse pas d’admirer ces roses magnifiques dans le jardin en novembre. Que cette transition avant la froideur des prochains mois est savoureuse à observer !

Puis, subtilement, avec l’arrivée de la Toussaint et son infernal changement d’heure, l’automne a pointé son nez et s’est installé paisiblement. Ainsi, les feuilles des arbres ont changé de couleurs, tombant délicatement, recouvrant patiemment le sol comme une jolie chorégraphie d’un ballet de danse. Peu à peu, les paysages se parent de nouveaux coloris dorés et flamboyants, illuminant l’environnement de touches étincelantes.

À présent, l’hiver arrive à grands pas avec les premières gelées matinales et la diminution des températures extérieures. Dans un rythme récurrent, le salon de jardin est rangé précautionneusement, la piscine mise au repos et les plantes fragiles protégées par un voile épais. Dorénavant, les radiateurs sont allumés afin de maintenir un confort chaleureux dans les demeures douillettes, les cheminées fleurent délicieusement l’odeur réconfortante du feu de bois, les bougies éclairent l’obscurité des soirées chaleureuses… Alors, la nature va s’endormir paisiblement pour mieux se réveiller au prochain printemps.

Finalement, l’esprit féérique commence à s’imprégner de toutes nos pensées. Noël est si proche. Impatiemment, je guette l’arrivée des premiers flocons, l’instant poétique lorsque ces derniers recouvriront d’un pur manteau blanc cette nature, en pleine méditation, toujours merveilleuse lors de ces diverses évolutions. Même la lumière se fera alors plus étincelante pour réchauffer le spectacle de ces arbres enneigés.

Personnellement, j’adore simplement, silencieusement, observer ce prodigieux miracle. En face d’un tel tableau, la beauté de la nature est définitivement somptueuse tant le cycle de la vie reste incroyable devant son éternel recommencement.

Je redoute l’hiver parce que c’est la saison du confort ! »

Arthur Rimbaud

 

Comments are closed.