La calanque de Sormiou, petit coin de paradis

Précédemment, j’avais passé une journée magique et inoubliable en admirant la beauté de la calanque d’En-Vau. Avec mon mari, nous nous étions alors promis d’instaurer la fabuleuse routine d’en visiter une chaque année. Un joli préliminaire d’un farniente dépaysant avant le programme « chargé » des prochaines vacances… Les innombrables ponts du mois de mai ont largement favorisé cette envie de lâcher prise afin de découvrir un nouvel environnement, gorgé de nature.

Depuis longtemps, j’adore marcher tranquillement, à mon rythme (plutôt lent, la sportive qui sommeille en moi ronfle toujours allègrement) afin de m’oxygéner et respirer à pleins poumons, en observant le côté pittoresque d’un paysage. Cela me détend, m’apaise et me procure un bien-être total. En mode « décompression », je ne pense à rien, seulement à profiter du cadre exceptionnel, du moment présent.

Cette fois-ci, nous avons donc découvert la calanque de Sormiou, nichée dans un recoin de Marseille, un site naturel remarquable, petit diamant brut végétal presque irréel. Motivés, nous sommes partis en fin de matinée, avec de bonnes chaussures de marche, le sac de pique-nique sur le dos, dans la joie et l’allégresse pour profiter pleinement de cet endroit féérique.

Naïvement, j’espérais aussi parsemer d’étoiles les yeux de mon fils, me rappelant (toujours cette foutue nostalgie) combien nous adorions compter les pétales des marguerites lorsqu’il était enfant… Visiblement, devenu un adorable presque adulte (hum, hum), il avait d’autres priorités que le calcul mental en balade, en compagnie de ses vieux parents. Marcher demeure trop fatiguant pour lui, rester seul à la maison, son portable greffé à la main, lui paraissait une bien meilleure idée. Impossible de lutter, le combat est perdu d’avance devant une jeunesse effrontée.

Pourtant, toute la journée, nos petits cris d’émerveillement ont spontanément résonné en contemplant l’étincellement de l’environnement. Ah le miracle de la nature qui se dévoile sous nos yeux ébahis ! Sous un magnifique ciel bleu, grâce à une énergie incroyable, sans ressentir la moindre fatigue, nous avons arpenté, armés d’une motivation qui me surprend encore, un long chemin légèrement escarpé, qui descend, puis monte, trottinant allègrement sur ses courbes harmonieuses.

Cette calanque de Sormiou, aux richesses marines qui en font l’un des berceaux de la plongée sous-marine grâce à ses nombreuses grottes, exprime toute son âme dans sa splendeur brute au sein des falaises enveloppantes. Longée de cabanons typiques, la charmante et minuscule plage de sable, à l’eau translucide d’une tonalité turquoise, me rappelle mes baignades en Corse dont l’enchantement évoque constamment le cliché d’une carte postale. Instantanément, l’éclat du site me subjugue et m’impressionne littéralement, je savoure l’envoûtement procuré par cette séduisante promenade.

Finalement, nullement besoin de partir à l’autre bout du monde pour apercevoir des paysages idylliques, la France possède également des paradis cachés sur lesquels de magnifiques couchers de soleil diffusent encore une douce luminosité.

sormiou2

sormiou1sormiou3

 

 Je ne puis regarder une feuille d’arbre sans être écrasé par l’univers. »

Victor Hugo

 

Comments are closed.