Elle

elle

« Michèle fait partie de ces femmes que rien ne semble atteindre. À la tête d’une grande entreprise de jeux vidéo, elle gère ses affaires comme sa vie sentimentale : d’une main de fer. Sa vie bascule lorsqu’elle est agressée chez elle par un mystérieux inconnu. Inébranlable, Michèle se met à le traquer en retour. Un jeu étrange s’installe alors entre eux. Un jeu qui, à tout instant, peut dégénérer. »

« Elle » est l’adaptation du livre « Oh… » écrit par l’intemporel Philippe Djian.

Comme souvent le réalisateur Paul Verhoeven s’amuse ici à la provocation, bouleverse la moralité bien-pensante avec ce thriller psychologique, qui devrait déranger une certaine partie du public tant le vice entre les personnages est haletant.

Avec une mise en scène soignée et rigoureuse, le rythme de cette descente aux enfers monte crescendo. Les protagonistes (Laurent Lafite, Virginie Efira, Charles Berling, et Anne Consigny) sont tous particulièrement étonnants de justesse, parfois inquiétants et souvent troublants, mais bien évidemment on succombe rapidement à LA femme de ce long-métrage : l’unique Isabelle Huppert.

L’actrice est tout simplement époustouflante dans son rôle de femme machiavélique aux multiples facettes. À la fois perverse et ambigüe, jonglant entre les souvenirs de l’enfance et ses propres pulsions, son talent d’interprétation explose face à la cruauté des situations. Somptueuse et impériale, elle est définitivement cette « Elle ».

Entre noirceur, suspense saisissant et humour corrosif, ce film, totalement amoral,  véritablement jubilatoire, au délicieux goût de scandale, réveille nos sens. Monsieur Verhoeven signe ainsi un retour magistral !

La crainte suit le crime, et c’est son châtiment. »

Voltaire

Comments are closed.