Départ pour un nouvel envol

Tous les ans, la tradition incontournable des bonnes résolutions revient inlassablement chaque 1er janvier. Parfois, le réveillon festif de la veille (accompagné d’un peu trop de bulles de champagne) égaye encore plus d’un fol optimisme la réalité enjolivée de notre esprit quelque peu embué.

En vieillissant dans la joie et la bonne humeur, malgré une certaine maturité évidente (ce que les jeunes appellent, avec dédain, les rides), l’inventaire de toutes nos espérances inassouvies augmente, nos projets personnels deviennent alors totalement fantasmagoriques… Cependant, la croyance dans la concrétisation de ces souhaits reste souvent une expérience éphémère le temps des cris joyeux de la « Bonne Année ».

À présent, je préfère, grâce à une forme de sagesse, ne pas me risquer à céder à la tentation d’une énième liste de bonnes résolutions, puisque je ne m’en rappelle nullement la semaine suivante et même en notant rigoureusement l’ensemble de mes motivations, je sais oh combien mon manque de conviction ne me permettra jamais d’atteindre la quête de perfection que je m’affligeais régulièrement auparavant. Ah la lucidité !

Pourtant, cette année, la lassitude de l’habitude quant à des promesses rapidement oubliées ne m’a pas gagnée. En effet, je suis habitée d’une heureuse dynamique, d’une féroce envie de bonheur, pour entamer ces douze prochains mois.

En toute honnêteté, l’année 2017 a vraiment été ponctuée d’embuches tant son chemin fut caillouteux, douloureux et sinueux. Ainsi, le meilleur de cette fichue période ne peut être que le pire de 2018.

Parfois, il suffit de réapprendre à gravir l’escalier de la vie !

S’aimer, en restant soi-même, demeure certainement la plus belle des résolutions.

D’ailleurs, j’en profite pour vous souhaiter, au nom du duo Le Caillou Rose, une formidable et merveilleuse année 2018.

Toute ma vie, j’ai été à la quête du bonheur. »

France Gall

Comments are closed.