Archive of ‘Le caillou rose voyage’ category

Le long de l’Aigue Brun

Le printemps arrive parsemant dans le ciel cette bonne nouvelle. Ainsi, la végétation se réveille doucement et égaye la nature de touches colorées et fleuries… Fini la grisaille ! Pour en profiter, quoi de plus sympathique qu’une balade en pleine nature, dans la campagne provençale, un après-midi par un beau soleil ?

En famille, j’adore marcher tranquillement à  mon rythme afin de m’oxygéner et respirer à pleins poumons les bonnes odeurs de la forêt, notamment dans le Parc Naturel Régional du Luberon. Il y a des endroits dont on ne se lasse jamais, malgré plusieurs visites, chaque contemplation devient rare, car privilégiée. Au sein de cet univers, presque enchanteur, semblant parfois irréel, la beauté du paysage me subjugue à chaque fois et m’impressionne littéralement. Conquise, je ne me lasse jamais d’y aller. Un sublime panorama offre toujours un spectacle unique, en sachant l’apprécier d’un regard pur.

(suite…)

Beauté naturelle : La calanque d’En-Vau

Parfois lorsque le quotidien s’assombrit un peu ou quelques contrariétés s’invitent dans ma journée, j’apprécie de me souvenir de doux instants. Immédiatement, le sourire revient et grâce à la mémoire de ces petits plaisirs, j’affronte avec joie et slalome donc plus aisément entre les embûches.  La mémoire offre toujours un cocon d’apaisement, il suffit simplement d’en ouvrir la porte de son esprit. Ainsi, je me rappelle de cette journée fabuleuse, inoubliable, animée d’un grand soleil pendant ce dernier mois.

En effet, afin de clôturer dans la bonne humeur la fin des vacances scolaires, nous décidons, avec mon mari et fiston, d’aller nous oxygéner en allant marcher en famille et découvrir alors un nouveau site naturel remarquable, en l’occurrence la calanque d’En-Vau, endroit grandiose de par ses falaises dominantes.

(suite…)

Neige déchainée

Comme tous les ans, je trépigne d’impatience à l’idée de retrouver mes amis, admirer les montagnes immaculées d’un manteau blanc, redécouvrir des paysages somptueux à la beauté naturelle, déguster les spécialités savoyardes… bref, partir loin de chez moi vers un environnement qui a su garder son charme d’antan.

Cette année, mon enthousiasme a cependant été vigoureusement éprouvé lors du départ. Autant les vacanciers réclamaient la neige en décembre, autant je souhaiterai qu’elle arrête de tomber pendant mon voyage de 900 kilomètres ! En effet, finalement, je m’aperçois aimer beaucoup moins cette foutue masse blanche lorsqu’elle s’amoncelle à une vitesse vertigineuse sur mon capot, que mes essuie-glaces peinent à la balayer pour m’offrir un semblant de visibilité et que je trottine péniblement derrière une déneigeuse sur l’autoroute, réglementée pour l’occasion à 70 km/h !

Bref, la neige habite mon cœur uniquement sur mes skis ou lorsque je suis lovée au chaud dans mon canapé en la regardant naïvement tomber par la fenêtre… Actuellement ce déchainement du ciel me donne surtout des sueurs froides tant j’angoisse, à ce rythme-là, de ne pas arriver à bonne destination avant la fin de ma location.

(suite…)

London in Love

Il y a des endroits dont on ne se lasse jamais, qui sont ancrés dans nos cœurs, évocateurs de souvenirs fabuleux, de douces rencontres et de clichés heureux. Londres reste depuis longtemps ma ville favorite, celle où je suis « moi », délaissée de ma carapace, réceptive au moindre instant de vie.

Ainsi, mes pas me portent régulièrement vers l’immensité de ce lieu somptueux dont je suis tombée amoureuse, et à chaque fois mes sentiments ne cessent de grandir. Constamment, la sensation qu’un lien invisible me guide vers Londres, comme un besoin permanent de s’y ressourcer, de marcher au gré de l’inconnu dans ses ruelles, de sentir une certaine liberté d’esprit, me procurant ainsi énormément de joie.

Pourtant cette fois-ci, ce voyage programmé comme annonciateur de magie (ah, les décorations de Noël), puisqu’effectué durant les fêtes de fin d’année 2015, s’annonçait légèrement différent. J’y allais aussi pour retrouver une amie de cœur (ma moitié d’écriture), lui faire découvrir concrètement enfin cette ville… Cependant, une petite interrogation me taraudait : et si elle n’aimait pas ? En effet, il est toujours délicat de se répandre sans aucune objectivité sur un endroit adulé, donnant alors l’envie à une personne chère de le découvrir, pour ne sentir ensuite que l’unique déception pour seule opinion.

(suite…)

1 2 3 4 7