Archive of ‘Le caillou rose déménage’ category

Bienvenue chez nous

Tous mes changements d’adresse sont effectués, l’état des lieux d’entrée du futur logement réalisé, le nouveau bail signé… Let’s go, il est temps de partir !

Le déménagement et l’installation : deux moments générateurs d’émotions, mais aussi de réels constats !

En effet, ce genre d’événement permet de tester ces véritables amis. Les gens sont toujours disponibles pour venir manger chez vous et répondre favorablement à toutes invitations « pieds sous la table », en revanche pour donner un coup de main, les abonnés absents sont parfois nombreux. Dans mon cas, pas de déception sur le genre humain ! En effet, je possède peu d’amis (la qualité primant sur la quantité) et je sais sur lesquels je peux sincèrement compter, la réciproque étant vraie me concernant.

Malgré mon stress, le déménagement s’est extraordinairement bien déroulé. Tout le monde était à l’heure, les cartons ont valsé de main en main dans une ambiance joyeuse, rien n’a été cassé (même pas, hélas, le vase hideux de cousine Berthe !) et le timing respecté. Gros soulagement !

(suite…)

Recyclage sélectif

En effectuant du rangement pour mon déménagement imminent, je pensais en mon for intérieur sortir victorieuse de cette bataille « vide maison »… j’avais bien tort !

Certes à présent, tous les cartons qui seront à transporter dans mon nouveau « Home Sweet Home » s’amoncellent dans un coin du séjour (chaque carton comportant un numéro et la pièce auquel il sera destiné), mais je suis aussi envahie pour une pile monstrueuse de « trucs » dont je ne veux plus, qui ne peuvent être donnés et dont je me demande encore comment ils ont pu un jour m’appartenir ? Existe-t-il des cambrioleurs qui rentrent par effraction, chez vous, pendant votre sommeil, pour vous coller comme par magie des objets hideux et inutilisables ?

Après mainte réflexion, je décide donc de jeter tout cela pour enfin me sentir libérée et prête à démarrer cette nouvelle vie. Mon chéri me précise rapidement (en se marrant comme une baleine) que tout mon « bordel » ne rentrera pas dans les deux malheureuses poubelles nous appartenant, et je dois donc attendre qu’il soit disponible pour qu’il puisse m’accompagner à la déchetterie. Devant ces remarques désobligeantes (non, ma mère ne m’a pas offert tous ces bibelots hideux… certains viennent de la tienne !) et vexée dans mon âme de féministe (débutante), je décide alors de me rendre moi-même à cette fameuse déchetterie.

(suite…)

L’angoisse du déménagement

Ce matin, je ressens un réel sentiment de solitude.

Je suis assise, seule, au milieu de mon salon, enfin ce qui ressemblait à un salon avant l’invasion des cartons. Quand je les contemple, toutes ces boites qui occupent mon espace vital, j’hésite entre les larmes et la crise de nerfs. Cette situation me stresse totalement. Plus le temps passe, plus je me sens lamentablement dépassée. « Je ne serais jamais prête à temps » tourne en boucle dans mon esprit torturé.

La fatigue me submerge considérablement (merci les insomnies) et je finis par ruminer toute seule dans mon coin. En fin de compte, j’arrive à douter du choix plus ou moins judicieux de mon changement de logement.  Je n’étais pas si mal avant.  Pourquoi me suis-je mise dans cette galère ? Face à ce constat, je traverse un gros moment de doute absolu.

J’ai le sentiment d’être incomprise : après tout, personne ne m’a obligée à déménager. L’épuisement physique et moral me rend vulnérable et la moindre remarque de mon chéri est une source de querelles. Certes, lui travaille et ne peut donc pas m’aider à tout préparer, mais ce n’est pas pour autant que je doive endurer tout cela toute seule !

(suite…)

Nuits sans rêves

Vivant actuellement une situation génératrice de stress (mon déménagement qui m’épuise énormément en me demandant beaucoup d’énergie), je traverse une zone d’anxiété passagère. Bref, je suis limite sur le point de craquer même si je me force à garder le sourire de jour… comme de nuit ! En effet, en ce moment, et pour la première fois de ma vie, je suis sujette à de terribles insomnies.

D’habitude, lorsque je me couche dans mon lit bien douillet, dans les bras de mon tendre amour, je m’endors aussitôt. Juste en fermant les yeux, je sombre immédiatement dans de doux rêves sans m’en rendre compte. Hop ! Je me mets dans ma position fœtale et je dors profondément. Depuis longtemps, j’entends parler d’insomnies autour de moi, mais je dois avouer que je ne connaissais pas le sujet. Hélas, je n’étais pas consciente de ma chance, dormir instantanément, sans me réveiller durant la nuit : de véritables heures de repos, nécessaires pour régénérer l’énergie et se sentir ainsi prête à affronter une longue journée. C’est triste à dire, mais je ne pensais pas que cette facilité me serait un jour ôtée.

Lorsqu’enfin, je parviens à m’assoupir, je me réveille en sursaut et n’arrive plus à me rendormir. Je cauchemarde, les yeux grands ouverts : des cartons me poursuivent et m’écrasent violemment, ma vaisselle préférée se brise, je me coupe maladroitement… Allongée sur le dos, je retourne en boucle les mêmes pensées dans mon esprit perturbé : serais-je prête à temps pour le déménagement ? Ai-je bien effectué tous mes changements de domiciliation ? Pourquoi me suis-je lancée dans cette aventure ? (il n’était pourtant pas si mal mon logement actuel).

J’entends encore les phrases d’une « copine » qui m’explique combien un déménagement est facile. Bien évidemment, cette dernière s’est contentée de poser ses fesses, tout en croisant gracieusement les jambes, dans un fauteuil et a encouragé du regard les déménageurs qui emballaient consciencieusement, un à un, chaque objet… Ne rien faire et donner des conseils ! En y réfléchissant, je ne dors pas, mais je suis carrément énervée ! La même « copine » qui m’explique combien il ne faut pas s’attacher aux biens matériels, mais qui claque des sommes astronomiques dans son shopping au quotidien (au point d’être grevée de dettes, mais l’image sociale lui semble plus importante qu’un simple compte bancaire virant constamment au rouge !) Avec elle, l’expression « parler comme un livre ouvert » prend tout son sens péjoratif !

(suite…)

1 2