Au fil de l’amitié, sur la Côte d’Azur

Nostalgique, je viens de quitter mon amie du Sud, emportant un peu de ce soleil précieux qu’elle représente pour moi. Dernièrement, elle me rappelait que cela faisait déjà cinq ans que nous nous connaissions toutes les deux, pourtant j’étais persuadée que notre première rencontre était récente, tout en réfléchissant combien j’ai le sentiment paradoxal de la connaitre depuis toujours. Une évidence ! Cette tendre amitié et notre lien affectif sont presque nés « sur un malentendu », et, à présent, je perçois aisément notre complicité comme une redoutable certitude.

Cette fois-ci, en atterrissant sur le sol de Nice, j’ai vraiment ressenti cette impression merveilleuse d’être « à la maison », je savais qu’en retrouvant les adorables membres de sa famille tellement attachante, je n’aurais pas d’appréhension de les revoir, mais plutôt une forme de tristesse à l’idée de me séparer d’eux prochainement. En effet, tous m’ont accueillie chaleureusement, à bras ouverts, sans les fioritures d’une politesse superficielle, mais avec l’authentique générosité du cœur.

Une douce immersion, naturelle et fluide, durant ce séjour ponctué de joyeux rires, de franches discussions, d’échanges sur notre passion commune, de saveurs culinaires, de bulles de Champagne… Ainsi, de beaux moments spontanés qui se résument aux simples plaisirs de la banalité du quotidien. Parfois, lorsque le temps semble insignifiant, chaque instant devient véritablement inestimable.

Comme d’habitude, j’ai contemplé les ruelles de Nice, admiré les façades lumineuses réchauffées par une lumière vive, dégusté les plats typiques (Pissaladière, Socca, Tourte de blettes, Panis aux olives, Tapenade…), effectué diverses promenades shopping (Polygone Riviera et Cap3000, mon chouchou), mais j’ai surtout eu la chance de découvrir pour la première fois Marineland et le Parc Phoenix.

Lors de la journée incroyable à Marineland, la chance semblait de notre côté, tant le parc paraissait désertique, offrant alors une belle quiétude pour découvrir les diverses espèces (tortues, requins, ours, dauphins, otaries…), rencontrer l’équipe pédagogique, en enrichissant nos connaissances sur l’univers de ces animaux. Observer de près, grâce à l’accueil des soigneurs au bord du bassin, une orque (aussi impressionnante qu’extraordinaire de tendresse) reste une présentation privilégiée, un échange marquant.

Sincèrement, en découvrant le Parc Phoenix, je ne m’imaginais pas combien j’allais succomber à cet espace aux couleurs de la nature dans une faune et flore riche en surprises. Une immense aire de verdure (7 hectares) en plein cœur de Nice, un sentiment de bien-être lors de la contemplation de multiples fleurs et un attendrissement total en s’extasiant devant les différentes espèces animalières qui animent le spectacle visuel… L’un de mes moments préférés tant ce lieu appelle à la zénitude et à la méditation.

Malheureusement, le temps est encore passé trop vite, ces quelques jours étaient trop courts, ces instants partagés restent trop parfaits et nos retrouvailles toujours trop brèves. Finalement, il y a eu beaucoup trop de « trop » entre nous, c’est certainement ce qui rend notre amitié d’autant plus belle.

20170516_133659

20170516_135925

20170518_111735

DSC08637

DSC08821  DSC08822 DSC08829 DSC08830 DSC08831 DSC08832

DSC08725

DSC08719

DSC08696

DSC08748

20170516_150844

DSC08776

DSC08774

DSC08788

DSC08804 DSC08803

DSC08807

DSC08797

DSC08799

DSC08814

DSC08781

La distance rend toute chose infiniment plus précieuse. »

Arthur Charles Clarke

Comments are closed.