50 nuances de Grey

50

Impossible de rester indifférent à ces 50 nuances… On aime ou on déteste, même le duo du « Caillou Rose » est divisé !

« L’histoire d’une romance passionnelle, et sexuelle, entre un jeune homme riche amateur de femmes, et une étudiante vierge de 22 ans. »

Voici le film tant attendu, dont personne ne devait parler, seulement murmurer sur la bande-annonce… et finalement il y a peu de choses à en dire suite à sa sortie en salle le 11 février. La patience n’est pas toujours récompensée, l’attente et l’espoir restent finalement parfois préférables.

Les fans du premier livre d’E.L. James, seront certainement décontenancés par la platitude du long-métrage, ce dernier omettant certains faits et retranscrivant peu les scènes dites torrides. À moins que l’érotisme ne devienne ennuyeux à ce point ?

Le personnage de Christian Grey n’est pas assez exploré, son côté sombre, sa face mystérieuse ne transpercent pas dans le film. L’acteur Jamie Dornan semble trop « propret », playboy douceâtre, pour endosser un tel rôle de dominance. La fraicheur liée à la spontanéité de la belle Dakota Johnson permet toutefois de se laisser bercer par certaines illusions au romantisme feint.

Cependant, cela demeure un film plaisir, bon divertissement au goût sulfureux, à visionner un soir de procrastination.

À voir pour se faire une opinion et surtout pour écouter sans modération l’exquise bande originale. Sans aucun doute, la perception du spectateur sera sensiblement différente si ce dernier a ou non lu le roman dont le film est inspiré.

Personnellement, je préfère me remémorer mes souvenirs d’enfance et la liaison torride entre Mickey Rourke & Kim Basinger… et le glaçon !

Pour une fois avec Carole, nous ne sommes pas d’accord sur la critique de ce film qui fait actuellement le buzz, comme les livres précédemment. C’est pourquoi exceptionnellement deux avis sont donnés.

Franchement en tant que grande romantique, j’ai adoré ce film que j’ai vu ce week-end avec mon homme pour la fête de la Saint Valentin.

Ayant dévoré la trilogie (oui, j’avoue ce n’est pas de la grande littérature, mais en tant de crise, ce style léger permet de se vider la tête rapidement et d’oublier l’austérité environnante), il était hors de question de louper ce long-métrage.

Pour moi, ce film représente avant tout une histoire d’amour intense et torride, une sorte de conte de fées contemporain pour adultes. Les comédiens sont excellents et les scènes de sexe plutôt soft…

Quel bonheur de retrouver Monsieur « maniaque du contrôle » sur grand écran.

Tous les goûts sont dans la nature et chacun peut se faire sa propre idée… À vous de juger !

L’érotisme c’est de donner au corps les prestiges de l’esprit. »

Georges Perros

Comments are closed.