Sans enfants et Heureuse

D’aussi loin que je me souvienne, sincèrement, je n’ai jamais eu de désir d’enfant. Toute petite déjà, je ne me suis jamais visualisée dans mon futur en qualité de maman, entourée d’un ou plusieurs bambins en culottes courtes. Tout comme, il semble incohérent de demander à des hétérosexuels ou homosexuels le choix de leur sexualité, certaines jeunes filles ne ressentent aucune envie de donner la vie. Et fréquemment cela dérange énormément notre société actuelle soumise à une intense pression sociale. La Femme doit féconder pour se réaliser…

(suite…)

À bras ouverts

408364_jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

« Figure de la scène littéraire et médiatique française, Jean-Etienne Fougerole est un intellectuel humaniste marié à une riche héritière déconnectée des réalités. Alors que Fougerole fait la promotion dans un débat télévisé de son nouveau roman « A bras ouverts », invitant les plus aisés à accueillir chez eux les personnes dans le besoin, son opposant le met au défi d’appliquer ce qu’il préconise dans son ouvrage. Coincé et piqué au vif, Fougerole prend au mot son adversaire et accepte le challenge pour ne pas perdre la face. Mais dès le soir-même, on sonne à la porte de sa somptueuse maison de Marnes-la-coquette… Les convictions des Fougerole vont être mises à rude épreuve ! »

« À bras ouverts » représente la nouvelle comédie de Philippe de Chauveron, le réalisateur de l’immense succès de « Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ».

D’ailleurs (on ne change pas une équipe qui gagne !), il reprend les mêmes acteurs incontournables, à l’énergie débordante : Christian Clavier et Ary Abittan, tous deux excellents dans la loufoquerie de leur prestation réciproque. La belle Elsa Zylbertein rejoint, avec brio, ce casting de choc.

Agrémentées de dialogues percutants, certaines scènes se révèlent vraiment poilantes. De plus, ce long-métrage permet de délivrer un message de tolérance en abordant un sujet social délicat et toujours d’actualité… En espérant cependant que les nombreux clichés largement amplifiés de par la vision entre une riche bourgeoisie hypocrite et une communauté de Roms, constamment décriée médiatiquement, ne seront pas perçus au premier degré par certains spectateurs.

Bref, un joyeux spectacle, souvent pertinent. À apprécier seulement, loin de toutes polémiques, pour se délecter d’un agréable instant de rire. En effet, ce film n’a pas la prétention de devenir culte, mais permet agréablement d’ensoleiller un peu notre quotidien… C’est le but réussi de cette comédie rafraichissante !

Prendre en compte le hasard, et intégrer l’imprévu. »

Lars von Trier

Le bal des pétasses, le livre

Le bal des pétasses

Tout d’abord, un immense MERCI, du fond du cœur, à nos lectrices et lecteurs ayant commandé, en version numérique, notre second livre. Sincèrement, nous espérons que ces pages de lecture vous ont procuré de délicieux instants de plaisir, parfois ponctués de rires et d’émotions.

Même si de nos jours, les liseuses se révèlent être en pleine expansion tant elles sont pratiques pour le stockage de multiples ouvrages, les divers déplacements, la facilité d’utilisation… Pour de nombreuses personnes, l’utilisation de ce petit appareil, véritable bibliothèque numérique ambulante, n’est pas encore un acte aisé, non ancré dans leurs habitudes de vie. Bref, un certain lectorat reste encore fidèle aux mots couchés sur une feuille, à ce toucher de page qui se tourne (parfois en écornant les coins), à cette sensation unique qu’évoque le froissement du papier.

Ainsi, pour répondre à toutes les demandes et satisfaire le choix personnel de chacun, nous sommes ravies de vous proposer « Le bal des pétasses », dans un nouveau format.

Afin que l’héroïne de ce roman, Lina, puisse partager les tribulations de son existence, vivre les périples de son quotidien au sein d’un univers professionnel souvent rocambolesque, vous pouvez dès aujourd’hui acquérir ce roman en version papier, format broché, actuellement disponible sur Amazon.

Encore une fois, MERCI de nous permettre de réaliser notre rêve d’écriture…

À très bientôt pour de nouvelles aventures !

Un livre est une fenêtre par laquelle on s’évade. »

Julien Green

 

Corporate

140482_jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

« Emilie Tesson-Hansen est une jeune et brillante responsable des Ressources Humaines, une « killeuse ». Suite à un drame dans son entreprise, une enquête est ouverte. Elle se retrouve en première ligne. Elle doit faire face à la pression de l’inspectrice du travail, mais aussi à sa hiérarchie qui menace de se retourner contre elle. Emilie est bien décidée à sauver sa peau. Jusqu’où restera-t-elle corporate ? »

Réalisé par Nicolas Silhol, ce film redoutable met en évidence le harcèlement moral et les lois impitoyables d’une entreprise, au management effroyable sans réelles valeurs humaines, dominée par une hypocrisie machiavélique.

Au sein de ce véritable thriller psychologique, la manipulation perfide, le cynisme et la perversion dominent efficacement ce polar social tant la pression s’impose au spectateur dès le début. De toute évidence, la souffrance au travail n’est pas une histoire fictive, mais un thème hélas contemporain.

Dans une atmosphère oppressante entre les grands patrons et les employés vulnérables, les deux protagonistes Céline Sallette (sublime en qualité de responsable des Ressources Humaines, d’une froideur glaciale) et Lambert Wilson (autoritaire, strict et incisif) se révèlent tous deux excellents dans l’interprétation de leurs personnages respectifs. À noter aussi la présence de l’actrice Violaine Fumeau jouant superbement l’inspectrice du travail, véritable enquêtrice porteuse d’un certain espoir.

Abordant un sujet terriblement d’actualité, voici un très bon long-métrage, sans concession, qui sensibilisera peut-être les mentalités et offrira le droit de parole aux victimes concernées par ces maux proliférant dans un monde du travail fréquemment déshumanisé.

Contre la peur, un seul remède : le courage. »

Louis Pauwels

 

1 2 3 83