Prendre un enfant par la main

Depuis plusieurs mois interminables, je traine une maudite maladie dite « auto-immune », ce qui signifie que les médecins savent que vous avez quelque chose qui ne va pas forcément bien sans pour autant pouvoir véritablement en identifier la cause, mais vous rassure en spécifiant la véracité de votre pathologie, vous signifiant alors que votre cas n’est donc pas psychologique (non, je ne suis pas complètement folle). Bref, merci de prendre un ticket pour effectuer une batterie d’examens et hanter patiemment les couloirs des différents centres médicaux.

Me voici de nouveau à subir une troisième échographie, en moins d’une semaine, dans ce même cabinet qui me parait de plus en plus familier. En effet, la standardiste à l’accueil semble me cataloguer comme une hypocondriaque totalement givrée tant elle me dévisage suspicieusement à chacune de nos retrouvailles. De retour dans la salle d’attente bondée, afin d’obtenir le compte-rendu de mon précédent examen prestement effectué, une femme accompagnée de deux enfants vient me rejoindre. Naturellement, je souris à son adorable bébé joufflu, obstiné à tenter frénétiquement de sucer son gros orteil en tirant sur une chaussette non coopérative. Son autre jeune garçon me dévisage avec de grands yeux cerclés par des lunettes rondes qui lui donnent un air attendrissant de John Lennon.

(suite…)

L’Embarras du choix

161798_jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

« Frites ou salade ? Amis ou amants ? Droite ou gauche ? La vie est jalonnée de petites et grandes décisions à prendre. LE problème de Juliette c’est qu’elle est totalement incapable de se décider sur quoi que ce soit. Alors, même à 40 ans, elle demande encore à son père et à ses deux meilleures amies de tout choisir pour elle. Lorsque sa vie amoureuse croise la route de Paul puis d’Etienne, aussi charmants et différents l’un que l’autre, forcément, le cœur de Juliette balance. Pour la première fois, personne ne pourra décider à sa place… »

Dans cette formidable comédie romantique française, réalisée par Éric Lavaine, on retrouve, pour notre plus grand plaisir, la pétillante Alexandra Lamy, dans un rôle plus mature et ultra féminin.

De plus, ce casting, un véritable trio de choc, révèle aussi les actrices Anne Marivin et Sabrina Ouazani (excellente !) qui illuminent le film tant elles sont attachantes, malicieuses et irrésistibles. À noter aussi que Jérôme Commandeur réserve quelques scènes vraiment drôles.

Entre émotion et rire, le sujet original de l’indécision chronique est habilement étudié, même si porté par un scénario parfois un peu trop succinct. Cependant, le spectateur ne pourra être que touché par certaines scènes terriblement humaines (on sent le vécu !) et autres instants pétillants d’optimisme. Un vent frais de légèreté appréciable ! Entre les comédiens Arnaud Ducret et Jamie Bamber qui va choisir la belle Alexandra ?

Bref, voici un agréable moment, charmant, qui se savoure avec délice.

De toutes les choses contraires au bonheur, l’indécision est la pire. »

Aglaé Adanson

Kong : Skull Island

440855_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

« Un groupe d’explorateurs plus différents les uns que les autres s’aventurent au cœur d’une île inconnue du Pacifique, aussi belle que dangereuse. Ils ne savent pas encore qu’ils viennent de pénétrer sur le territoire de Kong… »

Ce nouveau film d’aventure sur King Kong, assez violent, tout en s’octroyant néanmoins une large touche d’humour désopilante, est réalisé par un jeune réalisateur plutôt méconnu, Jordan Vogt-Roberts.

Ancré dans une certaine modernité, ce divertissement s’avère spectaculaire grâce à des effets spéciaux époustouflants particulièrement réussis concernant notamment les images de ce fameux Kong, immense gorille singulièrement attachant, qui s’avèrent monumentales sur grand écran. En effet, les scènes de combat entre monstres (des créatures carrément effrayantes) restent impressionnantes. Ainsi, l’action, au rythme soutenu, règne en maître pendant 2 heures environ.

Toutefois, malgré un excellent casting jouant parfaitement, dont Samuel L. Jackson et Tom Hiddleston (toujours aussi charismatique), le scénario, dépourvu de subtilité, ne se révèle pas assez introspectif dans l’analyse des personnages souvent dénués d’émotion.

Bref, un blockbuster divertissant auréolé de décors à couper le souffle, mais, me concernant, il lui est totalement impossible de détrôner le majestueux film mythique de Peter Jackson !

À vous de choisir votre remake de King Kong…

 Une carte n’est pas le territoire. »

Alfred Korzybski

 

Le bal des pétasses

Le bal (2)

En effet, nous vous l’avions annoncé dernièrement en avant-première…

À présent, notre second livre « Le bal des pétasses » est enfin devenu réel.

Si vous souhaitez rencontrer Lina et ses « amies », partager son existence, vivre avec notre héroïne les périples du quotidien au sein d’un univers professionnel souvent rocambolesque, parfois ponctué de rires et de surprises, vous pouvez dès aujourd’hui lire ses mots dans ce nouveau récit. Ah, les tribulations des pétasses !

Avec ce roman, actuellement disponible en version numérique format Kindle sur Amazon, nous espérons de tout cœur que ces prochaines pages de lecture vous offriront diverses émotions et de délicieux instants de plaisir.

Disponible prochainement aussi en Broché !

Et tout simplement un immense merci puisque cette merveilleuse réalisation a pu être dévoilée grâce à vous. Définitivement, le bonheur est au bout du chemin…

Vivre sans espoir, c’est cesser de vivre. »

Fiodor Dostoïevski

 

 

1 2 3 80